Publié dans Société

Naufrage d'un canot à Mananjary - 5 personnes portées disparues

Publié le vendredi, 09 février 2024

Un canot à moteur a échoué en mer à Ambohitsara-Est, dans le District de Mananjary, hier vers 11h. Malgré le mauvais temps, 14 personnes sont montées à bord de ce type de navire. 5 passagers sont encore portés disparus, tandis que les 8 autres sont sains et saufs. Jusqu'à hier vers 19h, au moment où le  directeur général du Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC), le Général Elack Olivier Andriankaja a effectué ce rapport, aucun de ces 5 passagers n’a été encore retrouvé et la recherche continue. Face à cette catastrophe, il sollicite la population de suivre à la lettre les instructions émanant des autorités locales afin d'éviter une situation similaire.

Dans la Capitale, l’effondrement d’une maison à Ambohidratrimo a engendré un décès. Face à ce drame, le directeur général du BNGRC encourage les familles qui vivent dans une zone menacée par la montée des eaux, un risque d’éboulement ou d’effondrement de quitter les lieux et de se réfugier ailleurs jusqu'à ce que les menaces soient écartées. « Les gens concernés ne devraient pas se faire du souci au sujet des sites d’hébergement puisque l'Etat s’est déjà préparé. Le seul problème, c’est que nous ne pouvons pas connaître tous les faits qui se produisent dans la Capitale et ses environs. Mais il vous suffit de contacter les chefs Fokontany ou encore le Comité local de secours qui effectueront ensuite un rapport au niveau de leur hiérarchie respective, puis le BNGRC », soutient-il. Cependant, ces personnes déplacées ne devraient pas s’attendre à une aide de l’Etat puisqu’elles ne sont pas encore considérées comme des sinistrés. D’ailleurs, elles peuvent encore travailler et poursuivre leurs activités quotidiennes. D’un autre côté, tout le monde peut consulter le Corps de la protection civile ou les sapeurs-pompiers en vue de la démolition d’une maison qui présente un danger pour le public.

 

Anatra R.

Fil infos

  • Castration des violeurs - L’Etat malagasy choisit le camp des enfants
  • Déplacement présidentiel en Turquie - Nouvelle offensive économique et diplomatique en vue
  • Castration des violeurs d’enfants - Ingérence de l’Union européenne
  • Arena Rajoelina - Critiques infondées sur ses activités
  • Actu-brèves
  • Forces armées - Pluie d’étoiles chez les officiers
  • Toamasina - Le corps d'un étranger retrouvé dans l'océan
  • Actu-brèves
  • Epidémie de choléra - Un paquebot en escale à Nosy Be suspecté
  • Peine pour les violeurs de mineures - La HCC approuve la castration chirurgicale

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • ODOF, oui mais … !
    La mise sur pied des unités de production dans le cadre du projet gouvernemental ODOF avance à grand pas. L’industrialisation, parmi les trois piliers, 3 Andry, sur lesquels s’appuie la Politique générale de l’Etat (PGE) reprend du souffle, du concret. Le projet One district, one factory, ODOF, est l’un des projets-phare du régime Orange. Un des projets qui marchent à une vitesse grand « V ». Tout porte à croire et au rythme actuel des actions, le projet ODOF couvrira le territoire national à la fin du second mandat de Rajoelina. Et la devise « aucun district n’est oublié » sera atteinte ! D’après certains observateurs de la vie nationale, la concrétisation dudit Projet entre dans la nécessité de la continuité du régime pour un second mandat. Elle justifie la réélection du Président sortant Rajoelina Andry en décembre 2023. Evidemment, il existe d’autres projets en marche qu’il faut, à tout…

A bout portant

AutoDiff