Publié dans Société

Kidnapping d'un Indien - La victime retrouvée pieds et poings liés

Publié le vendredi, 09 février 2024

Enlevé par des inconnus, mardi soir dernier, alors qu'il était avec son chauffeur dans son 4x4, une Kia Sorento sur la Rocade d'Andohatapenaka, un résident Indien assez âgé fut finalement relâché après quelques heures de séquestration et moyennant paiement de rançon, selon une source. Nous y reviendrons encore. Ainsi, l'otage, dont l'identité reste inconnue, fut alors retrouvé dans une clairière d'Ambohidava, dans la Commune d'Ambatolampy Tsimahafotsy, mercredi dernier. Ce sont deux jeunes, qui allaient regagner leur foyer, qui l'ont retrouvé en premier à cet endroit et ils ont informé les responsables de ladite localité, vers 20h ce mercredi-là.

Les ravisseurs l'ont alors laissé seul dans le noir en T-shirt léger, en le baillonnant et le ligotant dans une position particulièrement inconfortable. Un témoin a affirmé avoir vu un 4x4 blanc l'y déposer.

Transporté dans sa propre voiture

Bien qu'aucun autre complément d'information n'ait été fourni pour expliquer ou décrire la scène du kidnapping proprement dit sur cette voie rapide qui passe près du Maki à Andohatapenaka, il existe toutefois une certitude. Les ravisseurs de l'Indien se sont engouffrés dans cette Suv Kia Sorento avant de prendre la direction de la sortie nord de la Capitale.

En cours de route, les bandits, une foisarrivés en vue d'Andranotapahina, ont relâché le chauffeur. 

Quant à l'otage Indien, ils l'ont emmené avec eux, toujours dans son propre 4x4, non sans qu'ils n'aient contacté ses proches pour la rançon. De source officieuse, les ravisseurs auraient exigé 200 millions ariary. "Mais la famille n'aurait versé que 12 millions ariary. Les ravisseurs ont alors relâché l'otage. D'autant plus qu'ils ont réalisé que la Gendarmerie n'allait pas les lâcher. Aussi, ils ont préféré remettre l'otage en liberté", explique une source.

Pour l'heure, aucune confirmation n'a fuité, du moins côté Forces de l'ordre. Seule, l'unité de Gendarmerie de Talatamaty a affirmé avoir immobilisé et saisi la Kia de la victime, en attendant que l'enquête ne soit ficelée. "La balle est dans le camp de la brigade criminelle Anosy. De notre côté, nous n'avons que récupérer la victime à cet endroit-là d'Ambohidava", explique pour sa part une source au niveau de la brigade d'Antehiroka. Enfin, la famille de la victime se mure encore dans un silence de cathédrale face à cette situation. L'enquête suit son cours.

 

Franck R.

Fil infos

  • Castration des violeurs - L’Etat malagasy choisit le camp des enfants
  • Déplacement présidentiel en Turquie - Nouvelle offensive économique et diplomatique en vue
  • Castration des violeurs d’enfants - Ingérence de l’Union européenne
  • Arena Rajoelina - Critiques infondées sur ses activités
  • Actu-brèves
  • Forces armées - Pluie d’étoiles chez les officiers
  • Toamasina - Le corps d'un étranger retrouvé dans l'océan
  • Actu-brèves
  • Epidémie de choléra - Un paquebot en escale à Nosy Be suspecté
  • Peine pour les violeurs de mineures - La HCC approuve la castration chirurgicale

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • ODOF, oui mais … !
    La mise sur pied des unités de production dans le cadre du projet gouvernemental ODOF avance à grand pas. L’industrialisation, parmi les trois piliers, 3 Andry, sur lesquels s’appuie la Politique générale de l’Etat (PGE) reprend du souffle, du concret. Le projet One district, one factory, ODOF, est l’un des projets-phare du régime Orange. Un des projets qui marchent à une vitesse grand « V ». Tout porte à croire et au rythme actuel des actions, le projet ODOF couvrira le territoire national à la fin du second mandat de Rajoelina. Et la devise « aucun district n’est oublié » sera atteinte ! D’après certains observateurs de la vie nationale, la concrétisation dudit Projet entre dans la nécessité de la continuité du régime pour un second mandat. Elle justifie la réélection du Président sortant Rajoelina Andry en décembre 2023. Evidemment, il existe d’autres projets en marche qu’il faut, à tout…

A bout portant

AutoDiff