Publié dans Société

Kidnapping à Tsaratanàna - 
Les bandits ont pris une femme en otage

Publié le dimanche, 11 février 2024



A nouveau, on assiste à une brusque recrudescence du phénomène de kidnapping à Ambakireny et Brieville, District de Tsaratanàna. Actuellement, trois femmes issues de foyers différents sont toujours entre les mains de leurs ravisseurs. A propos, c'est au tour de la fille de l'adjoint du Fokontany de Maromaniry d'avoir été enlevée, jeudi dernier.
Selon le maire de la Commune d'Ambakireny, les bandits auraient demandé une rançon contre sa liberté.
Ce jeudi-là, la victime de 32 ans, qui fut accompagnée d'une autre femme, venait d'effectuer quelques travaux de champ lorsque les assaillants l'ont enlevée. En revanche, ils ont laissé partir l'amie de la victime.
A part celle-ci, qui fut la dernière en date à être kidnappée, deux autres femmes sont toujours les otages des bandits. Cette fois-ci, les victimes qui ont 17 et 28 ans sont des habitantes d'Ambolosy, toujours dans la Commune d'Ambakireny. A ces dernières, le montant des rançons s'élèvent à 140 millions d’ariary.
D'après toujours le maire, les ravisseurs opèrent par bande incluant une vingtaine d'hommes équipés de 5 kalachnikovs, de Mas 36 et de 5 fusils de chasse.
La première fois où la Commune d'Ambakireny a vu un enlèvement se déroulant sur son territoire, c'était en 2018. Depuis, les Forces de défense et de sécurité ont lancé des opérations visant à contrecarrer les agissements des ravisseurs. Du coup, le phénomène s'estompait de manière significative.
Par la suite, les opérations militaires se sont progressivement raréfiées, situation qui tourne à la faveur des kidnappeurs.
Ces derniers sont soupçonnés d'être des habitants du nord d'Analamanga. Ils sont rapaces et n'hésitent pas à liquider ceux qii osent se mettre en travers de leur chemin.
C'était le cas au cours de la semaine précédente où ils ont éliminé froidement un "Andrimasom-pokonolona" dont la mission est d'agir en tant qu'auxiliaire des Forces sur le terrain.
Les assaillants étaient tombés sur l'élément de l'autodéfense. Ayant refusé de coopérer, les bandits lui ont tiré dessus impitoyablement. Ce drame s'est déroulé à Ambohidronono vers la fin de la semaine dernière.
50 Fokontany composent la Commune d'Ambakireny alors qu'il n' y a qu'une seule brigade de Gendarmerie dans la Région. Cela donne un aperçu des difficultés rencontrées par la population locale dans le domaine sécuritaire.


Franck R.

Fil infos

  • Castration des violeurs - L’Etat malagasy choisit le camp des enfants
  • Déplacement présidentiel en Turquie - Nouvelle offensive économique et diplomatique en vue
  • Castration des violeurs d’enfants - Ingérence de l’Union européenne
  • Arena Rajoelina - Critiques infondées sur ses activités
  • Actu-brèves
  • Forces armées - Pluie d’étoiles chez les officiers
  • Toamasina - Le corps d'un étranger retrouvé dans l'océan
  • Actu-brèves
  • Epidémie de choléra - Un paquebot en escale à Nosy Be suspecté
  • Peine pour les violeurs de mineures - La HCC approuve la castration chirurgicale

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • ODOF, oui mais … !
    La mise sur pied des unités de production dans le cadre du projet gouvernemental ODOF avance à grand pas. L’industrialisation, parmi les trois piliers, 3 Andry, sur lesquels s’appuie la Politique générale de l’Etat (PGE) reprend du souffle, du concret. Le projet One district, one factory, ODOF, est l’un des projets-phare du régime Orange. Un des projets qui marchent à une vitesse grand « V ». Tout porte à croire et au rythme actuel des actions, le projet ODOF couvrira le territoire national à la fin du second mandat de Rajoelina. Et la devise « aucun district n’est oublié » sera atteinte ! D’après certains observateurs de la vie nationale, la concrétisation dudit Projet entre dans la nécessité de la continuité du régime pour un second mandat. Elle justifie la réélection du Président sortant Rajoelina Andry en décembre 2023. Evidemment, il existe d’autres projets en marche qu’il faut, à tout…

A bout portant

AutoDiff