Publié dans Société

Pôle anti-corruption d’Antananarivo - Vonjy Andriamanga et Rivo Radanielina  condamnés à 10 ans de travaux forcés

Publié le mardi, 14 mai 2024

Vonjy Andriamanga et Rivo Radanielina, respectivement anciens directeur général et directeur général par intérim de la société d'Etat JIRAMA (Jiro sy Rano Malagasy), ont été condamnés à une peine de dix ans de travaux forcés, accompagnée d'une amende de 40 millions d'ariary. Cette décision a été prononcée par la Cour criminelle du Pôle anti-corruption (PAC) d'Antananarivo. Leur complice, Angelsa Zasy, directrice générale adjointe de la société à l'époque des faits, a également écopé de la même peine. En plus des deux anciens directeurs généraux, le procès qui a impliqué une quarantaine d'employés de la JIRAMA a débuté et s'est terminé rapidement. Les condamnations ont été motivées par des accusations d'abus de fonction, de détournement de deniers publics et de blanchiment d'argent.

En plus des peines de prison et de travaux forcés, les condamnés doivent verser conjointement et solidairement une somme totale de 2,5 milliards d'ariary à la JIRAMA à titre de dommages et intérêts. Leurs comptes bancaires ont été saisis par l'Agence de recouvrement des avoirs illicites (ARAI).

D’autres acteurs

Au total, 48 individus ont été appelés à comparaître devant la Cour. La majorité d'entre eux ont été condamnés pour leur implication dans des détournements de fonds, tandis que d'autres ont été relaxés. Cette affaire a été révélée à la fin de l'année 2021 grâce aux réseaux sociaux, mettant en lumière des primes exceptionnelles allant jusqu'à 180 millions d'ariary au sein de la JIRAMA. Par ailleurs, le non-respect des règles de passation de marchés publics, en particulier l'acquisition de véhicules sans appel d'offres et sans l'aval du Conseil d'administration, a également été soulevé. Le Bureau indépendant anti-corruption (BIANCO) s'est saisi de cette affaire en 2022 pour enquêter sur ces pratiques douteuses au sein de la compagnie nationale d’eau et d’électricité.

 

Nikki Razaf

Fil infos

  • Appui au développement local - Rajoelina boucle sa tournée dans le Sud
  • Actu-brèves
  • Actu-brèves
  • Districts de Vohibato, Ikongo et Ivohibe - Vers un avenir lumineux et développé
  • Soins de proximité - De nouveaux bénéficiaires à Fianarantsoa
  • Développement - Le Président veut enclencher la vitesse supérieure 
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves
  • Réhabilitation de la RN7 - Le Président annonce des travaux imminents
  • Regards croisés sur la corruption à l'aéroport d’Ivato - Douanes et Sécurité publique s'expriment

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Probes et résolus !
    La bataille fait rage. A sept jours de la date butoir, la campagne entre dans sa dernière ligne droite. Campagne ou propagande ! Qu’à cela ne tienne, ce qui importe pour le peuple, même s’il ne s’exprime pas ouvertement, consiste à avoir affaire à un Parlement où siègeront des élus intègres et déterminés.Il reste une semaine aux états-majors politiques, à tous les candidats, pour convaincre les indécis à se joindre à leur cause. Une semaine pour faire valoir aux électeurs une visibilité du programme du parti ou de l’individu qu’ils entendent défendre durant leur mandat. En réalité, un député n’a pas un programme individuel pour une Circonscription donnée. Il ne peut pas prendre la place d’un maire, d’un chef de District, d’un gouverneur ou du Gouvernement. Il n’est pas là non plus pour contrôler ni superviser les actions d’un maire, d’un représentant du pouvoir central ou d’un gouverneur ou d’un…

A bout portant

AutoDiff