Publié dans Société

Banc du Leven Nosy Be - Un bateau de pêche kényan pris en flagrant délit

Publié le mardi, 09 juillet 2024

Le pillage des ressources de Madagascar continue malgré la grande vigilance de l’Etat. Selon le ministère de la Pêche et de l’Economie bleue (MPEB), un bateau de pêche battant pavillon kényan a été pris en flagrant délit au Banc du Leven, à 87 km au nord-ouest de Nosy Be dans le Canal de Mozambique, lundi dernier.

C’est l’équipe du Centre de surveillance des pêches (CSP) qui a pu relever cette infraction commise en pleine zone économique spéciale (ZES) de Madagascar en cours du contrôle effectué par bateau de surveillance Atsantsa. L’équipage de l’embarcation MAAB AQUA en infraction – 14,25 mètres de longueur, 4,98 mètres de largeur et d’une puissance de 160 chevaux – est composé de trois Kényans et de cinq Sri-lankais.

Vérification faite, l’équipage n’a pas pu produire aucun document officiel délivré par Antananarivo attestant de leur autorisation. Ces pêcheurs étrangers ne sont donc en possession d’aucune licence de pêche valide pour leur activité dans les eaux territoriales malagasy.

Des poissons fraîchement pêchés comme des requins avec leurs ailerons pesant 250 kg et des requins congelés pesant 150 kg avec des espèces protégées car menacées d’extinction ont été trouvés à bord. D’autres quantités de poissons congelés l’ont été également. Ces pêcheurs étrangers se sont servis de filets et de palangre.

Toute pêche illégale dans la ZES de Madagascar est punie d’une amende de 900 millions à 2,1 milliards d’ariary, selon les dispositions de l’article 91 de la loi 2015-053 du 3 février 2016 portant code de la pêche et de l’aquaculture modifiée par la loi 2018-026 du 26 décembre 2018. Le bateau étranger en flagrant délit et son équipage ont été arraisonnés à Nosy Be pour la suite de la procédure.

La pêche illicite, non déclarée et non réglementée (dite pêche INN) représente l’une des menaces pour les écosystèmes marins et l’économie bleue. L’équipe du jeune ministre Tsimanaoraty Paubert Mahatante fait de la lutte contre ce fléau au détriment de la population malagasy l’un de ses chevaux de bataille. Des équipements de surveillance modernes continuent d’affluer pour renforcer la lutte.

 

M.R.

Fil infos

  • Nouveau Gouvernement - Les lobbyings agitent en coulisses
  • Eradication de la poliomyélite - Fy, jeune influenceuse et défenseuse des jeunes pour la vaccination
  • Nouveau Gouvernement - Après Paris, Bissau et Luanda ?
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves
  • Nouveau Gouvernement Ntsay Christian - Amputé de deux poids lourds
  • Prétendus « sujets Bacc » - Deux facebookers arrêtés
  • Edgard Razafindravahy à la tête de la COI - Rayonnement de Madagascar dans l'Océan indien 
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Secteur combatif
    Le tourisme, le fer de lance pour la relance de l’économie nationale, se trouve en tête de la ligne du front dans la bataille sans merci contre la malédiction, si on peut s’exprimer ainsi, qui semble s’éterniser. En effet, il faut batailler dur si l’on veut briser à jamais le blocage en béton gênant la remontada. En diapason avec le ministère des Transports et de la Météorologie, le département du Tourisme et de l’Artisanat, en tête de peloton, sous l’impulsion de l’inamovible ministre Randriamandranto Joël conduit en tandem avec le ministre Ramonjavelo Manambahoaka Valéry Fitzgerald, le combat. En fait, les ministères du Tourisme et des Transports sont deux départements appelés à unir leur force dans un cadre de stratégie commune afin de coordonner les actions.

A bout portant

AutoDiff