Publié dans Société

Ambohidahy - Chute mortelle de plusieurs mètres d’un fonctionnaire

Publié le mercredi, 09 janvier 2019

L’agent de 46 ans d’un ministère a fait une chute de plusieurs mètres, précisément depuis le 5e étage de l’immeuble où il a travaillé à Ambohidahy. Ce drame est survenu à l’approche de l’heure de sortie de bureau lundi soir dernier. La victime était tuée sur le coup après avoir heurté violemment le sol et probablement à la suite d’un polytraumatisme sévère.

C’est du moins ce qu’a assuré une source hospitalière. Toutefois, rien n’est susceptible de confirmer ce qui a pu bien provoquer l’accident. Des zones d’ombre planent encore sur la raison qui a poussé ce père de famille à basculer ainsi dans le vide. « Nous ignorons totalement ce qui a pu se passer. Mais il existe une certitude. Ses collègues de travail  s’étaient réunis dans un coin du bureau et il était avec eux. A un moment donné, le malheureux s’était écarté du petit groupe pour aller quelque part. Mais personne n’a pas vérifié ce qu’il était allé faire. C’est le seul évènement que nous avons pu noter à son propos. Enfin, les préposés qui étaient en poste en bas de l’immeuble nous ont signalé la chute de la victime quelques moments après », assure un collègue de la victime. Pour l’heure donc, la mort de ce fonctionnaire suscite encore plusieurs questions.

Nul, sauf les enquêteurs, et ce, après un constat, ne peut faire aucune conclusion pour avancer qu’il s’est suicidé ou qu’on l’avait assassiné. Si c’est le cas, l’on ne peut d’ailleurs s’empêcher de s’interroger par qui ? Le doute est permis car tout comme les proches de la victime dont son épouse, ses collègues affirment qu’il n’est pas dans l’habitude du défunt de s’enivrer.

Et surtout, il était bien portant. Actuellement, des membres de son entourage seraient encore soumis à un interrogatoire dans les locaux de la Brigade criminelle à Anosy. Hier matin, les membres de sa famille et  ses collègues s’étaient rendus à la morgue pour les formalités d’inhumation. Enfin, la victime qui a laissé une veuve et des orphelins fut domicilié à Ambatomaro. L’enquête poursuit son cours.

Franck Roland

Fil infos

  • Armée Malagasy - Haro sur les conspirations
  • Preuves accablantes contre Paul R. et consorts - « Madagascar Oil » confirme le projet de coup d’Etat
  • Christian Ntsay sur la tentative d’assassinat du Président - « Ce n’est pas du cinéma, il est question de vie ! »
  • Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar
  • Frontières malagasy - Réouverture incertaine 
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - L’Etat-major des armées françaises lâche les deux officiers arrêtés
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - Les pièces à conviction saisies : Des armes de guerre et des milliards d'ariary
  • Projet d’attentat contre le Président de la République - Condamnation tous azimuts
  • Restitution des îles Eparses - Pas un mot des “collabos” !
  • Tentative d’élimination physique du Président Andry Rajoelina - Des ressortissants malagasy et étrangers arrêtés
Pub droite 1

Editorial

  • CUA, la résurrection !
    Antananarivo, la ville d’Andrianjaka, la Ville des Mille renaît-elle de ses cendres ! Guy Willy Razanamasy resurgit-il de sa tombe ! Ou plutôt, le maire Naina Andriantsitohaina jouit-il de la réincarnation du Lahimatoan’Iarivo ! Autant de questions qui taraudent l’esprit en constatant de visu la prouesse du premier magistrat de la ville et son équipe autour de l’assainissement de la Capitale.Les trottoirs de Soarano-Behoririka se dégarnissent. Ces étalagistes, les petits marchands informels qui occupaient indûment les trottoirs déménagent, à contrecœur évidemment. A coup de sifflets, de cris et des huées, ils ont occupé la rue mais les éléments de la Police municipale épaulés par ceux de la Police nationale maîtrisent la situation. En fait, ils déclinent carrément l’offre de la Commune à savoir les recaser au « Tsenaben’ny Behoririka », un nouveau et joli bâtiment « Manara-penitra », de surcroît, dédié pour. Ces étalagistes délogés jugent trop exigus le 1,5…

A bout portant

AutoDiff