Publié dans Société

Conseil œcuménique des Eglises chrétiennes - Le pasteur Irako Andriamahazosoa comme nouveau dirigeant

Publié le lundi, 21 janvier 2019

La cérémonie d’ouverture officielle de l’année d’exercice 2019 pour l’Eglise reformée de Madagascar (FJKM) s’est tenue hier au grand stade de Mahamasina. Cet évènement a été marqué par un culte. Outre la cérémonie, c’était aussi l’occasion de présenter le nouveau président du Conseil œcuménique des églises chrétiennes de Madagascar (FFKM), en l’occurrence le pasteur Irako Andriamahazosoa Ammi, actuel président de la FJKM, d’une part, ainsi que la passation de fanion avec son prédécesseur, le pasteur Ranarivelo Samuel Jaona qui préside l’Eglise épiscopale de Madagascar (EEM), de l’autre.

Le Conseil œcuménique des églises chrétiennes regroupe l’Eglise réformée, l’Eglise catholique apostolique romaine, l’Eglise anglicane et luthérienne. Le FFKM représente une force très importante dans le pays, notamment dans le domaine politique. En tenant le rôle de médiateur, ces Eglises membres ont participé à la recherche des solutions durant les crises politiques qui se sont succédé dans le pays, outre leur rôle de berger. D’ailleurs, le FFKM est inséparable avec la vie de la Nation.
2019 est une année de changement pour l’Eglise FJKM, notamment le renouvellement des membres du bureau de chaque branche. Dans son discours, son président a été strict quant à l’intégrité des personnes élues pour constituer ce bureau. Cette année, les écoles protestantes célèbrent leur  bicentenaire. Pourtant, la qualité de l’éducation ne cesse de se dégrader au sein de ces établissements. D’après le pasteur Irako, bon nombre des pasteurs, dirigeants et enseignants n’ont plus confiance aux écoles protestantes. Ainsi, ils envoient leurs enfants étudier ailleurs. Une situation qui témoigne le manque de confiance entre les deux parties, avance-t-il. L’attitude, le comportement ainsi que le mode d’habillement des élèves et des professeurs sont de plus en plus indécents. Le pasteur réclame le retour de l’ordre dans ces écoles et instituts concernant le respect de la discipline.
Cette célébration sera marquée d’une pierre blanche par la construction d’un institut de formation des enseignants à Imerimandroso, Ambatondrazaka. Outre la participation à la promotion des écoles FJKM, le pasteur Irako Andriamahazosoa a aussi avancé l’union entre chaque membre de l’Eglise et avec ceux des autres croyances. « Cette semaine est dédiée à la réunion des prières. Sur ce, les dirigeants au sein des temples FJKM devront consulter leurs collègues au sein de l’Eglise catholique, luthérienne ou épiscopale pour concevoir ensemble la propagation de l’évangile », conclut-il.
Anatra R.

Fil infos

  • Armée Malagasy - Haro sur les conspirations
  • Preuves accablantes contre Paul R. et consorts - « Madagascar Oil » confirme le projet de coup d’Etat
  • Christian Ntsay sur la tentative d’assassinat du Président - « Ce n’est pas du cinéma, il est question de vie ! »
  • Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar
  • Frontières malagasy - Réouverture incertaine 
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - L’Etat-major des armées françaises lâche les deux officiers arrêtés
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - Les pièces à conviction saisies : Des armes de guerre et des milliards d'ariary
  • Projet d’attentat contre le Président de la République - Condamnation tous azimuts
  • Restitution des îles Eparses - Pas un mot des “collabos” !
  • Tentative d’élimination physique du Président Andry Rajoelina - Des ressortissants malagasy et étrangers arrêtés
Pub droite 1

Editorial

  • CUA, la résurrection !
    Antananarivo, la ville d’Andrianjaka, la Ville des Mille renaît-elle de ses cendres ! Guy Willy Razanamasy resurgit-il de sa tombe ! Ou plutôt, le maire Naina Andriantsitohaina jouit-il de la réincarnation du Lahimatoan’Iarivo ! Autant de questions qui taraudent l’esprit en constatant de visu la prouesse du premier magistrat de la ville et son équipe autour de l’assainissement de la Capitale.Les trottoirs de Soarano-Behoririka se dégarnissent. Ces étalagistes, les petits marchands informels qui occupaient indûment les trottoirs déménagent, à contrecœur évidemment. A coup de sifflets, de cris et des huées, ils ont occupé la rue mais les éléments de la Police municipale épaulés par ceux de la Police nationale maîtrisent la situation. En fait, ils déclinent carrément l’offre de la Commune à savoir les recaser au « Tsenaben’ny Behoririka », un nouveau et joli bâtiment « Manara-penitra », de surcroît, dédié pour. Ces étalagistes délogés jugent trop exigus le 1,5…

A bout portant

AutoDiff