Publié dans Société

Arrêts des taxis-be - A la bonne heure !

Publié le jeudi, 31 janvier 2019

Parmi les mesures envisagées par les autorités de la Capitale pour résorber un tant soit peu les embouteillages, figure le déplacement ou la suppression de certains arrêts des taxis-be, notamment ceux à proximité des carrefours (ronds-point ou intersections). A la bonne heure !. Car le mauvais placement desdits arrêts est un fait déraissonnable que nous avions déjà pointé du doigt maintes fois dans nos colonnes mais, jusque là, la critique  -  pourtant constructive  -  semble avoir été ignorée par les responsables à différents niveaux. Pas plus tard que le 19 janvier dernier, nous avions  soulevé que « ceux-ci  (les arrêts de taxi-be) , par nature, sont déjà sources de ralentissement de la circulation, voire de bouchon. Les encombrer davantage avec des taxibe à l’arrêt est tout simplement aberrant ». A cette occasion, nous avions pris l’exemple du carrefour Ampefiloha-Ampatsakana (près du siège de la CnaPS) que nous avions alors qualifié d’ « infernal ». Pour en avoir le cœur net, les responsables de la circulation gagneraient à se rendre à l’endroit en question aux heures de pointe. Ils constateront immanquablement de visu  que notre qualificatif n’est pas exagéré, voire qu’il est en-decà de la réalité (voir encadré).
Puisque la question est déjà à l’étude, au cas où ils échappent à la vigilance de nos décisionnaires, ci-après quelques « points noirs » en matière d’emplacement aberrant d’arrêts de taxis-be qui méritent donc d’être revus. Des exemples parmi tant d’autres.



 Ampefiloha-Barrière (vers complexe scolaire) : Arrêt juste après un…passage à niveau suivi d’un pont, alors qu’un autre existe quelques dizaines de mètres seulement plus loin. Anosy (Rnm- Carlton) : La longue file de taxis-be à l’arrêt bloque les véhicules se dirigeant vers ou venant du lycée d’ampefiloha
Ampefiloha-Ampatsakana :  4 (quatre) arrêts juste avant et juste après l’intersection dans les deux axes  -   EPP Ampefiloha vers Total et CNaPS vers  Ampatsakana  -  créant des situations inextricables et dangereuses aux heures de pointe (voir notre article du 17 janvier dernier)
Ampefiloha (Fiaro) : Les taxis-be ayant également un arrêt près du siège de la Cnaps ne devraient pas s’y arrêter. Non seulement leurs deux arrêts sont trop rapprochés mais, pour prendre leur file (celle de gauche), ils doivent couper celle de droite.  Andavamaba : Arrêt juste après la sortie Anatihazo Isotry. La longue file de taxis-be à l’arrêt bloque ceux qui en viennent ou qui y vont. Grand rond-point Antanimena (vers Ankorondrano): Arrêt juste après le rond point alors qu’au moins 2 files de voitures s’engouffrent dans ce rétrécissement à une voie. Rond point Ankorondrano-Marais Masay : Arrêt juste avant le rond-point, encombrant la file de droite qui doit pourtant être empruntée par ceux qui bifurquent vers le marais Masay. Ces derniers, pour doubler les taxis-be à l’arrêt, doivent prendre la file de gauche, puis se rabattre immédiatement sur celle de droite. Le risque est d’être confrontés aux fréquents démarrages intempestifs des taxis-be et d’être bloqués sur la mauvaise file. En sens inverse, rond-point Fraise – Jesosy Mamonjy :  l’arrêt juste après le rond –point  surprend  ceux qui , venant d’Ankorondrano, ont pris la file de droite pour aller à Ankazomanga, les obligeant à changer de file dare dare Même topo un peu plus loin, rond-point d’Ankazomanga : l’arrêt juste après le rond point bloque ceux qui, venant d’Andraharo, ont pris la file de droite pour emprunter le « lalam-baovao ». Comme ci-dessus, ces derniers sont obligés de s’arrêter ou, pour ceux qui auront été surpris, changer de file d’une manière intempestive. Sur le même axe, à l’entrée des 67ha : Un arrêt juste après l’intersection gêne /ralentit  l’axe prioritaire venant du « lalam-baovao », bloquant du même coup la rue sécante.
(Liste non exhaustive)

Fil infos

  • Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo - « Paul Rafanoharana n’a jamais été conseiller du Président de la HAT »
  • Menaces intérieures et extérieures - Les Forces armées derrière le Président
  • Ralaialitiana Andrianarisoa, témoin d’histoire - « La mise en cause des intérêts économiques de sociétés étrangères entraîne à chaque fois la déstabilisation du régime »
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - « Un tel projet va à l’encontre des valeurs malagasy »
  • Cardinal Tsarahazana Désiré à Iavoloha - « Les catholiques s’opposent à la violence et l’attentat à la vie »
  • Kidnapping à Anjozorobe - Un suspect échappe de la protection des Forces et meurt lynché
  • Présidents en exercice à Madagascar - Au moins quatre attentats manqués depuis 1975
  • Conjoncture - Une inflation à surveiller de très près !
  • Tentative d'élimination physique du Président - 11 gendarmes dont 4 GSIS et deux généraux auditionnés
  • Mobilisation pour le Sud - Vers la capitalisation des ressources en eau
Pub droite 1

Editorial

  • Trop de princes !
    Que la triste et choquante tentative d’élimination physique de la personne du Chef de l’Etat ne nous voile pas les réalités toujours compliquées et encore difficiles vécues par les concitoyens. Qu’il nous soit permis de dresser sans état d’âme, ni complaisance ou détours le tableau qui met en relief la vie nationale vue surtout sous l’angle du train de vie des « Mpitondra Fanjakana ». Et qu’il nous soit admis également de rappeler, en toute humilité et en toute franchise, les consignes decelui à qui le peuple a confié son pouvoir et son avenir.La population vit dans une ambiance des plus tordues. Les effets délétères de la pandémie corsent tous les secteurs des activités économiques dont le tourisme qui littéralement s’agenouille. Les opérateurs attirent sérieusement l’attention des décideurs que leurs chiffres d’affaires ont baissé d’au moins 56 %. Le nombre des sans-emplois gonflent. Le coût de la vie, de son…

A bout portant

AutoDiff