Publié dans Société

Ambanin'Ampamarinana - Des riverains s'entêtent à rester

Publié le mardi, 05 février 2019

A cause du mépris de la loi et surtout de leur ignorance du danger qui les guette, des riverains d'Ambanin'Ampamarinana, là où l'éboulement de blocs de vieux granits a fait des victimes, ont encore continué à occuper les lieux. C'était le cas la nuit du lundi où certains d'entre eux ont tout simplement bravé l'interdiction par la Gendarmerie l'accès dans toute la zone exposée au risque de prochains éboulements.

Bien que la Gendarmerie ait donc publiquement fait savoir qu'il est désormais interdit à toute personne d'y circuler ou surtout y passer la nuit, ces habitants s'étaient entêtés à rester sur place sous prétexte de surveiller leurs biens et éviter tout risque d'incursion d'éventuels profiteurs. De plus, des personnes directement proches des quatre victimes tuées lundi matin, ont argué qu'il leur est impossible de se plier au délai d'évacuer les meubles des ruines, au plus tard jeudi prochain comme le circulaire du Fokontany l'a officiellement recommandé. “Les inhumations sont prévues ce jour dont l'une à Antsirabe et l'autre à Talatavolonondry. Ce qui est donc impossible pour nous de partir jeudi prochain. Le problème, c'est que nous ne saurons pas où mettre ces meubles dont il faudrait démonter en majorité”, déclare une mère de famille.

Parfois, certains habitants concernés font preuve d'une irresponsabilité exacerbant sinon d'un manque  total de logique, prouvant ainsi le degré d'ignorance  de leur part de la nature ou de la gravité du danger. Une mère de famille a par exemple fait savoir qu'elle ne quittera jamais l'endroit  même si les autorités, après l'avoir décreté zone rouge, recommandent  formellement de démolir toutes les habitations bâties à 70 mètres d'une servitude de passage à Ambanin'Ampamarinana.

Cette femme était allée même jusqu'à dire que le danger ne viendra pas de ces vieux granits mais plutôt des débris de végétaux qui les entourent. “Qu'on nous autorise à retourner au village une fois que les autorités réussiront à dynamiter les rochers les plus menaçants situés en amont”.

Franck Roland

Fil infos

  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars
  • Lutte contre l’insécurité dans la Sofia - Le député Velontsara dénonce l’immixtion de politiciens
  • Maroc - Le retour des Marocains au pays facilité
  • Colloque sur le grand Sud - Un grand pipeline d’eau à construire et 700km de routes à réhabiliter
  • Epidémie de  Covid-19 _ Reconduction de l’état d’urgence sanitaire - Assouplissement des mesures sanitaires - Défilé militaire dans les 6 Chefs-lieux de province
  • Parlement africain - Le parlement européen doit éviter de s'impliquer dans la crise entre le Maroc et l'Espagne
  • Taolagnaro - Un colloque régional pour résoudre les problèmes du Grand Sud
Pub droite 1

Editorial

  • Le PAC fait-il peur ?
    Le Pôle anti-corruption (PAC) sème-t-il la terreur quelque part ? A en croire certaine manigance orchestrée autour d’une proposition de loi 01-2020 PL échafaudée et soumise à l’Assemblée nationale, on s’interroge légitimement. Modifiant et complétant certaines dispositions de la loi n° 2016-021 portant règlementation du fonctionnement du PAC, elle inquiète.

A bout portant

AutoDiff