Publié dans Société

Kidnapping - La tête du commanditaire Del mise à prix, un colonel de la Gendarmerie arrêté

Publié le mercredi, 27 février 2019

Dorénavant, la Gendarmerie agit avec poigne pour mater le phénomène du kidnapping au pays, en particulier à Tsaratanàna. Actuellement, tout citoyen responsable est appelé à fournir tous les renseignements à propos d’un certain Del ou encore « Tersa », commanditaire supposé de tous les enlèvements qui se sont produits à Tsaratanàna ces dernières semaines. Sa tête est mise à prix et la Gendarmerie offre 2 millions d’ariary à celui qui détient toute information à son sujet. Les gendarmes recherchent le vrai nom du concerné. Les citoyens sont également exhortés à faire de la délation en vue de démasquer tous les complices ou surtout les proches de Del, ceux qui l’hébergent ou le cachent, les endroits où ils nichent, etc.  Mais un colonel de la Gendarmerie, qui n’est autre que l’ex-commandant de compagnie de gendarmerie à Tsaratanàna serait aussi l’autre gros gibier de l’affaire. Arrêté, il y a quelques jours à Tsaratanàna, l’officier gendarme anciennement à la tête de ladite compagnie est actuellement soumis à un interrogatoire à la section de recherches criminelles à Fiadanana.

Mais il ne serait pas seul car plusieurs autres autorités civiles et opérateurs économiques de cette région en turbulence se trouvent également dans le viseur des enquêteurs.  Tous ces récents développements s’inscrivent dans le cadre de la prise de responsabilité du chef de Gouvernement et du secrétaire d’Etat à la Gendarmerie devant les efforts fournis, en vue de combattre l’insécurité et notamment le kidnapping dans le District de Tsaratanàna. Le 26 février dernier, ces deux hauts responsables du Gouvernement se sont déplacés sur place pour superviser l’avancement de la mission des gendarmes. Plusieurs autres mesures ont été prises dont le renforcement de l’effectif des gendarmes dans les brigades ou autres postes avancés locaux. Le public est encouragé à établir le contact avec la Gendarmerie à travers sa page internet baptisée « Doléances Gendarmerie » ou sur le mail "Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ", ou encore appeler d’urgence le numéro de téléphone qui suit  0341401388. L’utilisation de ces moyens de communication sert à passer les différents messages ou autres renseignements devant des cas d’éventuelles complicités de certains avec les ravisseurs, etc.  Enfin, la Gendarmerie et l’Armée nationale ont une stratégie commune dans la mise en œuvre de la sécurisation de la région de Tsaratanàna devant la recrudescence des enlèvements ou autres actes de banditisme qui y règnent.
Franck Roland

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff