Publié dans Société

Incendie à Anosibe - Des sinistrés en grande difficulté

Publié le mercredi, 27 février 2019

Une semaine après la tragédie qui s’est produite dans le quartier d’Anosibe Ouest secteur  II, les  victimes vivent toujours dans des conditions déplorables. Les 22 maisons en bois touchées par les flammes ont causé une grande perte pour les 32 familles concernées.   Faisant suite à ce drame, l’éducation des enfants issus des familles sinistrés demeure incertaine. En effet, 65 des 95 enfants victimes de cet incendie sont actuellement déscolarisés. La plupart d’entre eux sont inscrits dans des écoles publiques. Cependant, leurs parents ne disposent plus les moyens de leur acheter des nouvelles fournitures scolaires. « Toutes nos affaires personnelles dont les cartables, les cahiers ainsi que les manuels scolaires des enfants ont été réduites en cendre. Les flammes ont également emporté leurs papiers administratifs et nos économies », raconte Raymond, un père de 5 enfants étant parmi les sinistrés. Selon Andrianiaina Herimanana Jacquie, chef dudit secteur, des appels à l’aide sont actuellement lancés pour pouvoir scolariser ces enfants.

Quant aux parents d’élèves, ils sont déjà allés à la rencontre des directeurs d’établissements scolaires pour discuter de la continuité des cours en tenant compte de l’absence de fournitures scolaires.  En outre, le problème au niveau de la santé constitue un important sujet au lendemain  de cet incendie, notamment dans les bas quartiers. Le regroupement des victimes dans une seule tente favorise la propagation des maladies. Pour cette raison, les membres du Comité local de secours (CLS), mis en place au niveau des « Fokontany » depuis 2014, se sont mobilisés pour lancer des appels au secours à l’endroit des responsables hiérarchiques. Au lendemain de cette catastrophe, ils sont venus auprès des établissements sanitaires afin de négocier une prise en charge gratuite des sans-abri en cas de difficulté. « Le Centre de santé de base niveau II à Namontana s’est engagé à consulter gratuitement les sinistrés et à leur fournir des médicaments qui sont à leur disposition. Pour assurer une bonne organisation, un carnet a été attribué aux 32 familles en guise de vérification et de confirmation de leur identité », indique un membre du Comite local de secours.

Fil infos

  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars
  • Lutte contre l’insécurité dans la Sofia - Le député Velontsara dénonce l’immixtion de politiciens
  • Maroc - Le retour des Marocains au pays facilité
  • Colloque sur le grand Sud - Un grand pipeline d’eau à construire et 700km de routes à réhabiliter
  • Epidémie de  Covid-19 _ Reconduction de l’état d’urgence sanitaire - Assouplissement des mesures sanitaires - Défilé militaire dans les 6 Chefs-lieux de province
  • Parlement africain - Le parlement européen doit éviter de s'impliquer dans la crise entre le Maroc et l'Espagne
  • Taolagnaro - Un colloque régional pour résoudre les problèmes du Grand Sud

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Le PAC fait-il peur ?
    Le Pôle anti-corruption (PAC) sème-t-il la terreur quelque part ? A en croire certaine manigance orchestrée autour d’une proposition de loi 01-2020 PL échafaudée et soumise à l’Assemblée nationale, on s’interroge légitimement. Modifiant et complétant certaines dispositions de la loi n° 2016-021 portant règlementation du fonctionnement du PAC, elle inquiète.

A bout portant

AutoDiff