Publié dans Société

Incendie à Anosibe - Des sinistrés en grande difficulté

Publié le mercredi, 27 février 2019

Une semaine après la tragédie qui s’est produite dans le quartier d’Anosibe Ouest secteur  II, les  victimes vivent toujours dans des conditions déplorables. Les 22 maisons en bois touchées par les flammes ont causé une grande perte pour les 32 familles concernées.   Faisant suite à ce drame, l’éducation des enfants issus des familles sinistrés demeure incertaine. En effet, 65 des 95 enfants victimes de cet incendie sont actuellement déscolarisés. La plupart d’entre eux sont inscrits dans des écoles publiques. Cependant, leurs parents ne disposent plus les moyens de leur acheter des nouvelles fournitures scolaires. « Toutes nos affaires personnelles dont les cartables, les cahiers ainsi que les manuels scolaires des enfants ont été réduites en cendre. Les flammes ont également emporté leurs papiers administratifs et nos économies », raconte Raymond, un père de 5 enfants étant parmi les sinistrés. Selon Andrianiaina Herimanana Jacquie, chef dudit secteur, des appels à l’aide sont actuellement lancés pour pouvoir scolariser ces enfants.

Quant aux parents d’élèves, ils sont déjà allés à la rencontre des directeurs d’établissements scolaires pour discuter de la continuité des cours en tenant compte de l’absence de fournitures scolaires.  En outre, le problème au niveau de la santé constitue un important sujet au lendemain  de cet incendie, notamment dans les bas quartiers. Le regroupement des victimes dans une seule tente favorise la propagation des maladies. Pour cette raison, les membres du Comité local de secours (CLS), mis en place au niveau des « Fokontany » depuis 2014, se sont mobilisés pour lancer des appels au secours à l’endroit des responsables hiérarchiques. Au lendemain de cette catastrophe, ils sont venus auprès des établissements sanitaires afin de négocier une prise en charge gratuite des sans-abri en cas de difficulté. « Le Centre de santé de base niveau II à Namontana s’est engagé à consulter gratuitement les sinistrés et à leur fournir des médicaments qui sont à leur disposition. Pour assurer une bonne organisation, un carnet a été attribué aux 32 familles en guise de vérification et de confirmation de leur identité », indique un membre du Comite local de secours.

Fil infos

  • Meurtre d’un opérateur économique français - Le principal suspect extradé de Madagascar
  • AG des Nations unies - Renforcement des capacités pharmaceutiques de l’Afrique souhaité
  • 332 millions $ d’aide non remboursable du FMI - La plaidoirie de Rajoelina fait mouche
  • Membres du Gouvernement - La descente sur le terrain continue
  • Lu sur le Net - Madagascar, pays sans Covid et sans dictature vaccinale
  • Andry Rajoelina sur les îles Eparses - Appel à une veille « bienveillante et cohérente » des Nations unies
  • Acte de banditisme à Tsiazotafo - La propriétaire d’un magasin délestée d’1 million Ar
  • Assemblée générale des Nations unies - Le President Rajoelina rencontre le SG Antònio Guterres
  • Midongy- Atsimo - Quarante-cinq morts dans un affrontement
  • Assemblée générale des Nations Unies - Une première pour le Président élu Andry Rajoelina

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Projets délirants ?
    Fous ! Chimériques ! Utopiques ! Tels sont les termes signifiant comment les sceptiques voient les projets présidentiels. Des projets pharaoniques, impossibles disent les uns. Fruits de la rêverie d’un jeune visionnaire ironisent les autres. En effet, étant vu les capacités matérielles limitées de la Grande île, compte tenu des ravages de la pandémie et considérant les besoins nécessaires pour la relance économique, les concrétisations de grands projets dans un contexte pareil relèvent de la délire, un pari inaccessible ! Contre toute appréhension et en dépit des doutes, lesdits projets prennent forme l’un après l’autre. Du moins en phase d’être pour certains cas.Projet « Tanamasoandro » à Antananarivo et environs. Quand le roi Andrianjaka (1610-1630) investit la colline d’Analamanga en 1610 et fonda la « Cité des Mille » (guerriers) en chassant les Vazimba, la plaine d’en-bas (Plaine d’Antananarivo) n’était qu’un espace désert. Il a fallu le transformer en zone…

A bout portant

AutoDiff