Publié dans Société

Charbon de bois - Hausse inévitable du prix dans toute l’île

Publié le mardi, 09 avril 2019

En janvier dernier, le ministre de l’Environnement et du Développement durable (MEDD), Alexandre
Georget, a émis une note-instruction concernant l’interdiction de toute coupe, exploitation, circulation et exportation de produits forestiers sur tout le territoire national. En effet, cette note ne concerne pas que les bois précieux comme les bois de rose, ébène et palissandre. Par conséquent, ceci entraine la suspension des autorisations, agréments, convections et permis d’exploitation ainsi que l’exportation et la circulation desdits produits. Cette mesure provoque en effet des problèmes au niveau de la source d’énergie domestique, c’est-à-dire le charbon de bois, puisque le prix de ce produit ne cesse de grimper à l’échelle nationale. Effectivement, à Madagascar, le bois est utilisé par plus de 90 % des habitants comme source d’énergie domestique. Les foyers des grandes villes utilisent principalement le charbon de bois. Depuis des décennies, la situation n’a pas beaucoup évolué. Il s’agit donc d’un combustible plus que nécessaire pour toute la population. Pourtant, le charbon de bois est en passe de devenir inaccessible pour beaucoup de gens.


En difficulté
En effet, le prix minimum d’un sac de charbon est désormais de 18 000 ariary. Et encore, c’est le prix affiché par ceux qui le vendent à la source. Pour le prix moyen du sac, on doit désormais compter entre 25 000 et 30 000 ariary. Ce qui est le cas pour Majunga où ce combustible se fait de plus en plus rare. Les habitants sont ainsi dans la panique totale car bientôt, ce prix risquera d’augmenter encore. Cette hausse est surtout due à cette mesure prise par les autorités d’interdire toute exploitation des produits forestiers. « Aujourd’hui, nous ne pouvons plus acheter un sac de charbon dans notre foyer. On se contente d’acheter en détail, ce qui n’est pas du tout pratique car la quantité diminue en permanence. Au lieu d’une somme de 500 à 700 ariary consacrée à la cuisine et à l’eau chaude, désormais, nous achetons chaque jour jusqu’à 2 000 ariary de charbon. Nous ne pouvons même pas cuire des grains
car cela nécessite plus de charbon », explique un père de famille habitant dans la Commune de Boanamary, Majunga II.
Quoi qu’il en soit, Mahajanga n’est pas le seul concerné par ce problème. Antananarivo ainsi que toutes les autres Régions subissent également cette hausse. Ce problème devra être résolu au plus vite puisque les petites gens ne peuvent pas s’offrir le luxe de cuisiner avec du gaz qui coûte largement plus cher que le charbon de bois. Le ministre responsable a cependant assuré que des solutions seront préconisées ultérieurement, en concertation avec les charbonniers, pour l’exploitation de certains bois comme l’eucalyptus. Mais apparemment, cela nécessite encore du temps.
T.A.

Fil infos

  • Armée Malagasy - Haro sur les conspirations
  • Preuves accablantes contre Paul R. et consorts - « Madagascar Oil » confirme le projet de coup d’Etat
  • Christian Ntsay sur la tentative d’assassinat du Président - « Ce n’est pas du cinéma, il est question de vie ! »
  • Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar
  • Frontières malagasy - Réouverture incertaine 
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - L’Etat-major des armées françaises lâche les deux officiers arrêtés
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - Les pièces à conviction saisies : Des armes de guerre et des milliards d'ariary
  • Projet d’attentat contre le Président de la République - Condamnation tous azimuts
  • Restitution des îles Eparses - Pas un mot des “collabos” !
  • Tentative d’élimination physique du Président Andry Rajoelina - Des ressortissants malagasy et étrangers arrêtés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • CUA, la résurrection !
    Antananarivo, la ville d’Andrianjaka, la Ville des Mille renaît-elle de ses cendres ! Guy Willy Razanamasy resurgit-il de sa tombe ! Ou plutôt, le maire Naina Andriantsitohaina jouit-il de la réincarnation du Lahimatoan’Iarivo ! Autant de questions qui taraudent l’esprit en constatant de visu la prouesse du premier magistrat de la ville et son équipe autour de l’assainissement de la Capitale.Les trottoirs de Soarano-Behoririka se dégarnissent. Ces étalagistes, les petits marchands informels qui occupaient indûment les trottoirs déménagent, à contrecœur évidemment. A coup de sifflets, de cris et des huées, ils ont occupé la rue mais les éléments de la Police municipale épaulés par ceux de la Police nationale maîtrisent la situation. En fait, ils déclinent carrément l’offre de la Commune à savoir les recaser au « Tsenaben’ny Behoririka », un nouveau et joli bâtiment « Manara-penitra », de surcroît, dédié pour. Ces étalagistes délogés jugent trop exigus le 1,5…

A bout portant

AutoDiff