Publié dans Société

Ma jupe, mon droit - Le ministère de l'Education nationale reconnaît ses erreurs

Publié le dimanche, 14 avril 2019

« Le port d'une tenue vestimentaire décente diminue le sentiment de désir mêlé d'irritation des violeurs. Il est du devoir des parents d'éduquer leurs filles à ne pas s'habiller d'une manière provocante ». Cette publication effectuée par le ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement technique et professionnel (MENETP) via sa page Facebook la semaine dernière, sous-entendant que les victimes de viol en sont responsables de par leur habillement, a fait et continue de faire couler beaucoup d'encre. Pour apaiser cette tension, cette institution a présenté ses excuses et s'est engagée à prendre les mesures nécessaires afin de sanctionner de tels agissements contraires à l'éthique et à la morale.

« Tout en reconnaissant que le fait de relier le port d'une tenue vestimentaire quelconque par une fille ou une femme à la probabilité d'une violence sexuelle perpétrée contre elle, n'est pas la meilleure façon de sensibiliser sur la nécessité de décence dans l'éducation des enfants malagasy, le ministère partage les préoccupations des uns et des autres et affirme que rien ne peut justifier les agressions sexuelles qui pourraient être commises envers les filles ou les femmes, et encore moins leurs tenues vestimentaires », rapporte-t-il dans un communiqué.   Quelques minutes après cette publication, le ministère l'a supprimé et a sanctionné le premier responsable tout en passant par la restructuration immédiate de l'Office de l'éducation de masse et des citoyens auprès de cette institution. A travers ce communiqué, le ministère a rassuré les parents sur leur crédibilité dans leur mission dans le sens d'une bonne éducation des enfants.

Pour la majorité de la population, notamment les parents d'élèves, le rôle du MENETP se définit à l'éducation nationale et l'alphabétisation des élèves. L'exigence au niveau des tenues des filles relève de ses attributions. C'est au niveau des établissements scolaires respectifs que ce sujet doit s'imposer. Ils sont libres à élaborer leur propre discipline par rapport aux habits de leurs élèves pour une réussite scolaire. « Ma fille aînée aura bientôt 18 ans. Mais je ne lui ai jamais prescrit un code vestimentaire quelconque. D'ailleurs, le genre d'habit qui n'est pas classique est  formellement interdit dans l'établissement scolaire où elle est inscrite », raconte un père de famille.

K.R.

Fil infos

  • Aide aux sinistrés - Le Président incite les églises à l'hospitalité
  • Axe Antananarivo-Toamasina - La circulation rétablie !
  • Coupure sur la RN2 - Un pont « Bailey » pour rétablir la circulation
  • Ligne aérienne Réunion-Antananarivo - Le coût du billet fait grincer des dents
  • Débordement du barrage d’Antelomita - Evacuation immédiate des riverains de l’Ikopa
  • Dégâts des intempéries sur la Route nationale - Les stocks de carburant suffisants pour la Capitale
  • Rajoelina dans les bas-quartiers - Le courant passe toujours !
  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Velirano dérange !
    Les projets phares du Président Rajoelina perturbent. Dans la perspective de démarrage de gros chantiers promis par le candidat portant le dossard numéro 13 du MAPAR, certains acteurs politiques locaux, aux esprits obtus animés par l'obscurantisme, lèvent les boucliers. Sous d'autres cieux également, certains parlementaires de l'ancienne puissance coloniale montent au créneau et se permettent de remettre en cause un des projets-clés du régime. En effet, Velirano dérange ! On ne se prive pas par tous les moyens de le gêner et de lui jeter des bâtons dans les roues.

A bout portant

AutoDiff