Publié dans Société

Ma jupe, mon droit - Le ministère de l'Education nationale reconnaît ses erreurs

Publié le dimanche, 14 avril 2019

« Le port d'une tenue vestimentaire décente diminue le sentiment de désir mêlé d'irritation des violeurs. Il est du devoir des parents d'éduquer leurs filles à ne pas s'habiller d'une manière provocante ». Cette publication effectuée par le ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement technique et professionnel (MENETP) via sa page Facebook la semaine dernière, sous-entendant que les victimes de viol en sont responsables de par leur habillement, a fait et continue de faire couler beaucoup d'encre. Pour apaiser cette tension, cette institution a présenté ses excuses et s'est engagée à prendre les mesures nécessaires afin de sanctionner de tels agissements contraires à l'éthique et à la morale.

« Tout en reconnaissant que le fait de relier le port d'une tenue vestimentaire quelconque par une fille ou une femme à la probabilité d'une violence sexuelle perpétrée contre elle, n'est pas la meilleure façon de sensibiliser sur la nécessité de décence dans l'éducation des enfants malagasy, le ministère partage les préoccupations des uns et des autres et affirme que rien ne peut justifier les agressions sexuelles qui pourraient être commises envers les filles ou les femmes, et encore moins leurs tenues vestimentaires », rapporte-t-il dans un communiqué.   Quelques minutes après cette publication, le ministère l'a supprimé et a sanctionné le premier responsable tout en passant par la restructuration immédiate de l'Office de l'éducation de masse et des citoyens auprès de cette institution. A travers ce communiqué, le ministère a rassuré les parents sur leur crédibilité dans leur mission dans le sens d'une bonne éducation des enfants.

Pour la majorité de la population, notamment les parents d'élèves, le rôle du MENETP se définit à l'éducation nationale et l'alphabétisation des élèves. L'exigence au niveau des tenues des filles relève de ses attributions. C'est au niveau des établissements scolaires respectifs que ce sujet doit s'imposer. Ils sont libres à élaborer leur propre discipline par rapport aux habits de leurs élèves pour une réussite scolaire. « Ma fille aînée aura bientôt 18 ans. Mais je ne lui ai jamais prescrit un code vestimentaire quelconque. D'ailleurs, le genre d'habit qui n'est pas classique est  formellement interdit dans l'établissement scolaire où elle est inscrite », raconte un père de famille.

K.R.

Fil infos

  • Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo - « Paul Rafanoharana n’a jamais été conseiller du Président de la HAT »
  • Menaces intérieures et extérieures - Les Forces armées derrière le Président
  • Ralaialitiana Andrianarisoa, témoin d’histoire - « La mise en cause des intérêts économiques de sociétés étrangères entraîne à chaque fois la déstabilisation du régime »
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - « Un tel projet va à l’encontre des valeurs malagasy »
  • Cardinal Tsarahazana Désiré à Iavoloha - « Les catholiques s’opposent à la violence et l’attentat à la vie »
  • Kidnapping à Anjozorobe - Un suspect échappe de la protection des Forces et meurt lynché
  • Présidents en exercice à Madagascar - Au moins quatre attentats manqués depuis 1975
  • Conjoncture - Une inflation à surveiller de très près !
  • Tentative d'élimination physique du Président - 11 gendarmes dont 4 GSIS et deux généraux auditionnés
  • Mobilisation pour le Sud - Vers la capitalisation des ressources en eau

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Trop de princes !
    Que la triste et choquante tentative d’élimination physique de la personne du Chef de l’Etat ne nous voile pas les réalités toujours compliquées et encore difficiles vécues par les concitoyens. Qu’il nous soit permis de dresser sans état d’âme, ni complaisance ou détours le tableau qui met en relief la vie nationale vue surtout sous l’angle du train de vie des « Mpitondra Fanjakana ». Et qu’il nous soit admis également de rappeler, en toute humilité et en toute franchise, les consignes decelui à qui le peuple a confié son pouvoir et son avenir.La population vit dans une ambiance des plus tordues. Les effets délétères de la pandémie corsent tous les secteurs des activités économiques dont le tourisme qui littéralement s’agenouille. Les opérateurs attirent sérieusement l’attention des décideurs que leurs chiffres d’affaires ont baissé d’au moins 56 %. Le nombre des sans-emplois gonflent. Le coût de la vie, de son…

A bout portant

AutoDiff