Publié dans Société

Ministère des Transports - Les cadenceurs formés pour une bonne gérance des « taxi-be »

Publié le lundi, 15 avril 2019

A part la gabegie se trouvant sur les routes, les désordres et irrégularités sont constatés surtout sur les arrêts de bus. Bousculades ou la loi du plus fort, ce sont souvent ceux qui ont les plus gros bras qui arrivent à entrer dans le bus, ne laissant aucune chance aux plus petits mais surtout aux personnes handicapées. C’est justement pour réglementer la circulation et mettre de l’ordre au niveau des transports en commun que les  « cadenceurs » existent depuis quelques temps. Certes, ces derniers sont peu nombreux pour le moment, mais leur objectif est justement de garantir la sécurité et la sûreté des passagers mais aussi des transporteurs dans la Capitale. Justement, une formation spéciale pour ces cadenceurs a été donnée par le ministère des Transports, et cela à travers la Direction de la sécurité et la sûreté des transports et du tourisme. C’était hier dans la salle de conférence du ministère à Anosy où une vingtaine de cadenceurs ont répondu présents.


Projet à long terme
« L’objectif de la Direction est de minimiser les accidents et actes de vandalisme dans le secteur du tourisme et des transports. En effet, nous avons constaté plusieurs failles et des accidents surtout au niveau des transports. Raison pour laquelle nous avons organisé cette formation, figurant parmi nos plusieurs projets, afin d’atteindre l’objectif qui est d’assurer la sécurité des passagers. Les gens ne sont plus en sécurité car ils se plaignent des irrégularités existant sur les arrêts de bus. Beaucoup en ont marre des bousculades et la loi du plus fort, mais surtout des abus faits par les "taxi-be". Il ne faut plus rappeler que certains abusent d’un surnombre de voyageurs, ce qui provoque le mécontentement des usagers. D’autres ne s’arrêtent pas sur les arrêts de bus ou ne transportent tout simplement pas les passagers. Mais surtout, même si ces derniers font la queue, il y a toujours des personnes qui ne respectent pas la file d’attente, provoquant un désordre total sur les arrêts. C’est justement pour régler tous ces problèmes que la séance a été organisée », confie Rabeandriamaro Hajatiana, directeur de la Direction  « sécurité et sûreté » au sein des transports et du tourisme. Et lui d’ajouter : « on parle de sécurité quand les cadenceurs arrangent les entrées dans le bus, donc il n’y aura plus d’accident sur les arrêts. Leur tâche arrive même jusqu’à la fermeture des portes du véhicule, en assurant qu’il n’y ait aucun passager debout, ce qui assure davantage les passagers. On parle également de sûreté car avec l’ordre et le calme sur les arrêts de bus, même les pickpockets n’oseront plus s’y aventurer, ce qui empêche les sacs et cartables de se faire déchirer ou piller en rentrant dans la voiture ». Il est à noter que cette formation n’est que le début d’un grand projet à long terme qui servira à réglementer le domaine des transports en commun. En partant de l’axe Sabotsy-Namehana, les candenceurs seront éparpillés partout dans la zone suburbaine. Par ailleurs, le rôle de ces derniers sera de faire respecter l’ordre. En cas de non suivi des règlements imposés, ils auront également le droit de faire des rapports à leurs supérieurs. Une grille de sanctions a d’ailleurs été mise en œuvre. Ainsi, ceux qui sont « hors-la-loi » seront sanctionnés. Par ailleurs, des formations pour les transporteurs et receveurs, en partenariat avec les coopératives seront  données prochainement. Puisqu’il s’agit d’un projet à long terme, beaucoup de procédures seront réalisées progressivement. Il faut également dire que le respect du cahier des charges est fortement conseillé pour les « taxi-be ».
T.A.

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff