Publié dans Société

Fin mai - début juin - Trois jours chômés mais payés en une semaine

Publié le mardi, 21 mai 2019

Les heures de travail réduites de 24h. Trois jours fériés, chômés mais payés sont enregistrés pour la fin mai et le début juin. Le week-end prochain sera plus long que d’habitude pour la plupart des salariés, grâce à une journée chômée, prévue le lundi 27 mai. La liste des jours fériés validée en Conseil du Gouvernement au mois de mars dernier en tient compte. Il s’agit de la journée prévue pour les élections législatives à Madagascar. Une occasion pour les citoyens de voter pour ceux qui vont les représenter à l’Assemblée nationale. « Contrairement aux autres longs week-ends, nous allons rester en ville cette fois-ci. Il n’est pas question de rater les élections, même si ma femme et mes enfants me conseillent de se rendre aux urnes tôt le matin afin d’aller en périphérie pour une journée récréative », avance Doda R., cadre dans une institution publique.


Viendra ensuite le jeudi 30 mai, jour de l’Ascension. La commémoration de cette fête chrétienne a toujours été considérée comme jour fériée et ce depuis des années. D’ailleurs, bon nombre de temples et églises vont organiser une grande messe pour marquer ce jour. Des baptêmes, communions et confirmations seront au programme de cette journée. « Après le culte au temple dans la matinée, nous allons organiser une fête familiale conjointe à la maison pour marquer comme il se doit la communion de mon fils et de ses deux cousins », fait part Lydia R., mère de famille résidant à Tsimbazaza. Pour les autres, ce sera une journée de détente, à travers un repos à la maison ou encore une balade en ville ou en périphérie. Les parcs, aires de jeux et jardins publics sont les plus visités.
Le troisième jour férié, chômé et payé sera le mardi 4 juin prochain. Celui-ci marque l’« Eid Al Fitr » ou la fin du Ramadan pour les musulmans. Depuis cette année donc, les pratiquants de l’Islam ne seront plus les seuls à avoir une journée chômée lors de cette fête. Les deux fêtes musulmanes sont elles aussi incluses dans la liste des jours fériés de 2019, comme celles chrétiennes. « Auparavant, je me sentais discriminé et mal à l’aise, notamment vis-à-vis de mes collègues au bureau, de devoir m’absenter durant les fêtes musulmanes. Ceci malgré l’autorisation de mon patron. Pourtant, comme eux, je ne travaille pas durant les fêtes chrétiennes. Mais ce ne sera plus le cas cette année grâce à l’initiative adoptée en Conseil du Gouvernement », nous confie Hassan R., employé d’une grande entreprise privée. Les Imams et responsables des associations ou communautés musulmanes n’ont pas manqué d’exprimer leur reconnaissance envers les dirigeants pour cette décision, à commencer par le Président de la République.
Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • 3e décennie du développement de l’industrie en Afrique - Le Président Rajoelina adoubé par l’ONUDI
  • Massacre à Farafangana  - 7 enfants tués à coups de couteau
  • Massacre à Ankazobe - Elimination d’un présumé meurtrier dangereux
  • Projet « cuisson propre et reboisement » - Andry Rajoelina et Abdulhamid Alkhaifa sur la même longueur d’onde
  • Concertation nationale - Un prétexte pour le partage du pouvoir
  • Eglise luthérienne de Madagascar - Le couple présidentiel aux côtés des jeunes
  • Affrontement à Mandoto - Le commandant de compagnie de Gendarmerie blessé
  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache

La Une

Pub droite 1

Editorial

  •  Forum et forum !
    Qui dit que le régime Orange a horreur ou a peur d’une concertation ou d’un forum ou d’un débat public ? Il va falloir revoir sa copie. Un pouvoir qui rejette le principe d’un échange voire d’un dialogue démocratique fait peur. On a tous les droits de se méfier d’un régime qui botte en touche de façon systématique la pratique d’une table ronde pour débattre de vrais problèmes et cela afin de dénouer une crise, une réelle crise qui bloque le fonctionnement démocratique du pays.

A bout portant

AutoDiff