Publié dans Société

Fin mai - début juin - Trois jours chômés mais payés en une semaine

Publié le mardi, 21 mai 2019

Les heures de travail réduites de 24h. Trois jours fériés, chômés mais payés sont enregistrés pour la fin mai et le début juin. Le week-end prochain sera plus long que d’habitude pour la plupart des salariés, grâce à une journée chômée, prévue le lundi 27 mai. La liste des jours fériés validée en Conseil du Gouvernement au mois de mars dernier en tient compte. Il s’agit de la journée prévue pour les élections législatives à Madagascar. Une occasion pour les citoyens de voter pour ceux qui vont les représenter à l’Assemblée nationale. « Contrairement aux autres longs week-ends, nous allons rester en ville cette fois-ci. Il n’est pas question de rater les élections, même si ma femme et mes enfants me conseillent de se rendre aux urnes tôt le matin afin d’aller en périphérie pour une journée récréative », avance Doda R., cadre dans une institution publique.


Viendra ensuite le jeudi 30 mai, jour de l’Ascension. La commémoration de cette fête chrétienne a toujours été considérée comme jour fériée et ce depuis des années. D’ailleurs, bon nombre de temples et églises vont organiser une grande messe pour marquer ce jour. Des baptêmes, communions et confirmations seront au programme de cette journée. « Après le culte au temple dans la matinée, nous allons organiser une fête familiale conjointe à la maison pour marquer comme il se doit la communion de mon fils et de ses deux cousins », fait part Lydia R., mère de famille résidant à Tsimbazaza. Pour les autres, ce sera une journée de détente, à travers un repos à la maison ou encore une balade en ville ou en périphérie. Les parcs, aires de jeux et jardins publics sont les plus visités.
Le troisième jour férié, chômé et payé sera le mardi 4 juin prochain. Celui-ci marque l’« Eid Al Fitr » ou la fin du Ramadan pour les musulmans. Depuis cette année donc, les pratiquants de l’Islam ne seront plus les seuls à avoir une journée chômée lors de cette fête. Les deux fêtes musulmanes sont elles aussi incluses dans la liste des jours fériés de 2019, comme celles chrétiennes. « Auparavant, je me sentais discriminé et mal à l’aise, notamment vis-à-vis de mes collègues au bureau, de devoir m’absenter durant les fêtes musulmanes. Ceci malgré l’autorisation de mon patron. Pourtant, comme eux, je ne travaille pas durant les fêtes chrétiennes. Mais ce ne sera plus le cas cette année grâce à l’initiative adoptée en Conseil du Gouvernement », nous confie Hassan R., employé d’une grande entreprise privée. Les Imams et responsables des associations ou communautés musulmanes n’ont pas manqué d’exprimer leur reconnaissance envers les dirigeants pour cette décision, à commencer par le Président de la République.
Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Débordement du barrage d’Antelomita - Evacuation immédiate des riverains de l’Ikopa
  • Dégâts des intempéries sur la Route nationale - Les stocks de carburant suffisants pour la Capitale
  • Rajoelina dans les bas-quartiers - Le courant passe toujours !
  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Transparence oblige !
    L'autre fois, il a été question que nous jugions impérieux de livrer à travers la colonne ci-présente un sujet responsable : l'obligation à l'austérité. Un concept qui fâche mais c'est un passage obligé vers la bonne gouvernance. Autrement, la culture de la tempérance, de la sobriété et de la modération doit être inculquée à tous les niveaux du pouvoir. Il fut un temps où l'on avait inculqué aux élèves de l'Ecole officielle, l'ancêtre de l'Ecole primaire publique (EPP), en cours d'instruction civique, la notion de « tempérance », de « sobriété » et de « modération ».

A bout portant

AutoDiff