Publié dans Société

Kidnapping à Ankadivato - Le réseau mis en cause démantelé par la Gendarmerie

Publié le lundi, 26 août 2019

Le 5 août dernier, le groupement de gendarmerie d'Analamanga, a reçu l'alerte sur le kidnapping d'un résidant indien mais de nationalité française à Ankadivato. L'affaire a échappé à l'opinion et à la presse parce que la famille de l'otage n'a pas voulu porter plainte. Récemment, les recherches que les gendarmes ont menées depuis, ont permis le coup de filet sur les 11 auteurs supposés de l'enlèvement. Les Forces de l'ordre ont pu remonter leur piste dont certains ont été arrêtés jusque dans la Région d'Amoron'i Mania.

 

Mais revenons dans les circonstances des arrestations de ces bandits. Certains suspects  avaient été arrêtés le 18 août dernier dans le cadre de l'enquête sur cette affaire et grâce surtout au renseignement. D'après la Gendarmerie, ces derniers étaient passés aux aveux. C'était à la suite de leurs révélations que les gendarmes ont appris la fuite de leurs acolytes dans la Région de Haute-Matsiatra. Notons que le réseau qui venait d'être démantelé comprend des couples. Grosso modo, 5 femmes et 6 hommes le composent.

Enfin, la victime avait pu déjà retourner tranquillement auprès de sa famille, et ce, après que celle-ci aurait payé une rançon, selon la Gendarmerie. A la suite de cette affaire, le commandant du groupement de gendarmerie d'Analamanga insiste encore sur la nécessité du renseignement devant des cas suspects survenus au sein de la société.

A part ces arrestations massives, le matériel que le gang avait utilisé afin de perpétrer le forfait, avait été saisi. Il s'agit de deux armes de poing de fabrication étrangère, de 49 munitions, de quatre téléphones cellulaires, des amulettes ainsi que de nombreuses fausses cartes d'identité nationale avec lesquelles les bandits ont pu acheter des puces téléphoniques.

Franck Roland

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff