Publié dans Société

Droits de l’Homme - Une centaine de réfugiés à Madagascar

Publié le vendredi, 25 octobre 2019
Droits de l’Homme - Une centaine de réfugiés à Madagascar PHOTO D’ILLUSTRATION (« LE FIGARO »)

75 à 80 familles composées d’environ 150 personnes. Tel est l’effectif des réfugiés enregistrés à Madagascar, selon les chiffres émanant du CDA, confirmés par le ministère de la Justice. Environ 50 % d’entre eux se composent de Pakistanais mais il y a également des réfugiés d’autres origines, comme des Syriens, des Afghans, des Iraniens, des Ethiopiens, des Somaliens, des Congolais, etc. La majorité d’entre ces réfugiés résident à Antananarivo et le reste se répartit dans les autres Régions, depuis Mahajanga jusqu’à Ampanefena, du côté de Morondava. « Environ 80 % de ces familles ne disposent pas de papiers d’identité. A la place, ils détiennent des attestations de demandeurs d’asiles ou celles de réfugiés. Dans la plupart des cas, ils vivent cachés et préfèrent rester loin des projecteurs, y compris les médias », informe Daniel Anaclet, directeur exécutif du CDA. Cette ONG bénéficie d’un financement du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) depuis 2015 pour mener un projet de protection et de prise en charge de ces derniers.

20 familles bénéficiaires d’allocations

La vulnérabilité comme principal critère. 20 familles de réfugiés bénéficient actuellement d’allocations mensuelles émanant de l’UNHCR. « Le montant varie entre 198 000 ariary pour un célibataire sans enfant jusqu’à 500 000 ariary par mois pour une famille composée de 5 à 6 membres. A cela s’ajoute leur prise en charge sanitaire et sociale, touchant entre autres l’éducation des enfants et la formation professionnelle des jeunes. Côté juridique, nous leur accompagnons dans les démarches de délivrance d’acte de naissance, entre autres », détaille le directeur exécutif du CDA. Cette ONG s’assure également de l’apprentissage de la langue malagasy afin que ces réfugiés aient un minimum de connaissances pour communiquer ou entretenir des relations avec leur voisinage. Les autres s’abritent et jouissent du soutien de leurs communautés religieuses respectives, tandis que certains effectuent des « petits boulots » pour survivre. A noter que bon nombre d’entre eux retournent dans leur pays une fois que les persécutions à leur égard s’atténuent ou prennent fin.
Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

La Une

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff