Publié dans Société

Session exceptionnelle du baccalauréat - Un candidat agresse le chef de centre à Antsiranana

Publié le dimanche, 27 octobre 2019

« Je vous prie de ne pas bavarder ». Cette recommandation du chef du centre Lycée mixte Antsiranana a été à l’origine de son agression. L’agresseur étant un jeune candidat âgé de 21 ans, de la série D. L’histoire s’est passée dans la salle 4 dudit centre, jeudi dernier vers 15h 30, lors de la 2ème journée de la session exceptionnelle du baccalauréat. Mécontent suite à la remarque de la responsable, le candidat n’a pas hésité à lui donner un coup sur l’oreille et un grand coup de poing dans la figure, à la grande surprise de la victime.

L’agresseur a aussitôt pris la fuite, en brisant la vitre d’une fenêtre de sa salle d’examen au lieu de sortir par la porte, afin d’éviter les éléments des Forces de l’ordre qui y assuraient la sécurisation. Une fois alertée, la Police nationale a recherché le jeune suspect et l’a retrouvé chez sa tante vers 21h dans le « Fokontany » de Soafeno. Il a été arrêté et placé en garde à vue au Commissariat central à Antsiranana. Au cours de l’enquête, le candidat a reconnu son acte volontaire. Après son déferrement au Parquet le lendemain, l’agresseur a été placé sous mandat de dépôt dans la prison d’Antsiranana. Selon les informations recueillies, il a prévu de se déplacer à Mananjary depuis hier, mais son arrestation a basculé son plan.

Correction à partir de cette semaine

La session exceptionnelle du baccalauréat s’est déroulée sans incident majeur dans la plupart des centres d’examen répartis dans toute l’île. Quelques cas plutôt insolites, dont les candidats déjà admis à la session officielle qui se sont présentés aux centres LMA et Lycée Rabearivelo mercredi dernier ou encore cette agression d’un chef de centre par un candidat au Lycée mixte Antsiranana, ont quand même marqué la session. Celle-ci s’est également démarquée par la forte sécurisation tant des sujets que des centres, avec le renforcement du nombre des éléments des Forces de l’ordre mobilisés. Quant aux candidats, ils se sont montrés plus confiants malgré le fait que certains ont constaté la difficulté des sujets proposés.

La correction de la session exceptionnelle débutera cette semaine, entre autres dans l’enceinte de l’université pour Antananarivo. Selon les informations obtenues, les mêmes bases de données que celles de la session officielle ont été utilisées la semaine dernière, tant durant l’examen que pendant la correction. D’ailleurs, ce sont les mêmes correcteurs, au nombre de 1 383 pour l’enseignement général, qui seront dépêchés à Antananarivo. Notons que les résultats de cette session seront attendus une semaine après la correction, à en croire le ministère de tutelle.

Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff