Publié dans Société

Marchands ambulants - Retour provisoire dans le centre-ville

Publié le mercredi, 12 février 2020

Il y a des endroits où les marchands ambulants sont interdits d’accès, mais seule une partie des lieux leur est réservée, a avancé récemment le maire de la Capitale, Naina Andriantsitohaina. Suite à cette déclaration, de nouvelles organisations ont été mises en place depuis le début de cette semaine au niveau du centre-ville. D’ailleurs, la plupart des commerçants se sentent lésés à cause de leur expulsion de l’endroit habituel. D’après Rafidimanana Désiré, responsable au sein de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA), ce retour sur les trottoirs est provisoire, plus précisément jusqu’à la construction de nouvelles infrastructures.

« Nous sommes des Malagasy, et on ne peut pas être imperméable à la souffrance des autres », avance-t-il. Les commerçants ambulants peuvent exercer sur les trottoirs à condition qu’ils laissent le champ libre aux piétons et ne gênent pas la circulation. Au moins, ils doivent libérer deux tiers du trottoir et rétrécir leurs étalages. Une décision qui, malgré les critiques des observateurs sournois, a satisfait plus d’un. « Cette décision nous convient. Contrairement aux moments précédents, les agents de police ne ramassent plus ou détruisent nos marchandises. Le moment venu, nous sommes prêts à abandonner les lieux. C’est d’ailleurs le contrat entre les deux parties », avance Haingonirina Georgette, commerçante à Anosy.

Néanmoins, il y a des endroits qui sont absolument interdits aux commerçants ambulants comme le devant du Senat à Anosy et aux alentours du Tribunal. Ceux exerçant à Anosy et Mahamasina seront rassemblés ailleurs dans un autre lieu. Actuellement, la CUA procède au recensement des marchands ambulants afin de trouver une solution durable à leur situation. « On ne pourrait pas trouver une solution si l’on ne dispose pas d’une statistique », ajoute le responsable au sein de la CUA.

Anatra R.

Fil infos

  • Concrétisation des « Velirano » - Une volonté présidentielle intacte à toute épreuve !
  • Kere dans le Sud - Le Gouvernement opte pour des solutions radicales et maximales
  • Peste bubonique - Cinq décès à Morarano Gara
  • Exportation illicite - 15 kilos d'or interceptés par les autorités
  • Projet Tana-Masoandro - Le site idéal a toujours été Imerintsiatosika
  • Rapatriement de devises - 3250 sociétés en situation d'irrégularité
  • Lutte contre le Kere dans le Sud - Les partenaires techniques et financiers derrière le régime
  • Coopération Madagascar – Nations unies - Un plan cadre pour la période 2021 – 2023 en gestation
  • Sénatoriales - La liste IRMAR lance sa campagne
  • Projet Ambatovy - Production de 3000 tonnes de nickel au cours du premier trimestre 2021

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff