Publié dans Sport

Football-Futur équipementier des Barea - « Ma conscience ne serait jamais tranquille », dixit Justin Randriatsoaray

Publié le mardi, 21 avril 2020

Un des membres du comité mis en place par la fédération malagasy de football (FMF) pour  évaluer les dossiers des soumissionnaires à l’appel d’offres pour l’équipementier des Barea, Justin Randriatsoaray vient de déposer sa démission. Après la levée de boucliers des supporteurs ainsi que les principaux acteurs de la sélection nationale, il a accepté de répondre à nos questions. Interview.

La Vérité : Comment êtes-vous arrivé au sein du comité d’évaluation ?

Justin Randriatsoaray : «  J’ai été nommé par le président Raoul Rabekoto en tant que son  conseiller en Europe. C’est lui qui m’a sollicité pour faire partie du comité où  j’ai participé à l’élaboration de l’  appel d’offres international pour le futur équipementier des équipes nationales malagasy ».

L.V. : Quel rôle avez-vous joué ?

J.R :« J’ai élaboré le contexte de l’appel à candidatures, le cahier des charges, le déroulement de la procédure de consultation et d’attribution .Tout ça en collaboration avec la secrétaire générale de la fédération nationale ».

L.V : Quelles sont les attributions du comité ? 

J.R : « Il a pour rôle entre autres d’étudier et évaluer les propositions de tous les équipementiers qui ont répondu à l’appel d’ offres selon certains des critères établis à savoir  la qualité des produits, le prix, le soutien aux projets de la FMF, le gain pour la FMF etc. Nous sommes sept à faire partie du comité dont trois membres du comité exécutif et  autant choisis selon leurs compétences et un technicien de la fédération ».

L.V : Pas de représentants de joueurs ni du staff technique des Barea ?

J.R : « J’aurai aimé inclure notre coach Nicolas Dupuis et le capitaine de la sélection nationale, Abel Anicet. Le 21 février, j’ai envoyé un mail à la FMF  mais elle m’a envoyé le jour-même une réponse négative qui m’a surpris et choqué ». 

L.V. Pourquoi avoir démissionné de votre poste de conseiller du président et de membre du comité ?

J.R : « J’ai décidé de démissionner pour ne pas être complice de certaines décisions que je n’approuve pas et qui vont à l’encontre de ma vision pour le développement du football malagasy .J’ aime trop mon pays, je respecte la fonction de conseiller du président que je ne veux pas déshonorer, j’aime trop notre Barea. Je tiens à préciser qu’à l’époque du président Ahmad, j’ai déjà apporté de l’aide à notre équipe nationale en lui offrant des jeux de maillots, des survêtements, des ballons adidas pour les matchs officiels. Ma conscience ne serait pas tranquille pour confier l’avenir de nos équipes nationales pendant 4 ans à une société qui n’est pas un équipementier sportif et qui n’a pas de référence en ce domaine ».

L.V : Quels griefs avez-vous contre l’équipementier placé en première place par le comité ?

J.R : « En aucun cas, je ne me permettrais pas d’avoir des griefs pour l’équipementier placé en pole par le comité. Seulement après vérification, cette société  n’est pas un équipementier, il suffit de consulter ses activités ainsi que celles de la maison mère dont elle évoque en faire partie ».                                                                                  

L.V : Le refus des supporteurs, des Barea, du coach ainsi que d’autres vous semble justifié ? 

J.R : « Ce n’est pas seulement un refus mais disons une colère amplement justifiée. Elle est même prévisible après la fuite de cette information annonçant  la première place  à cette société qui est loin d’être un équipementier. Après la performance de notre équipe nationale à la CAN 2019, j’adhère complètement au souhait du capitaine Abel Anicet pour un équipement de grande qualité pour les Barea ainsi qu’à l’avis émis par le président Ahmad que le choix de l’équipementier a un effet psychique sur les joueurs ». 

L.V : Qu’est-ce que vous préconisez alors ?

J.R : «  J’ai lu à travers la presse ces derniers jours que rien n’a été tranché jusqu’à maintenant et que le comité exécutif  n’aurait pas encore été  saisi de ce résultat qui ainsi reste encore officieux. Laissons de ce fait la fédération travailler tout en lui conseillant de prendre en considération les avis des uns et des autres, notamment les principaux acteurs. Elle doit réfléchir à tête reposée sur la fiabilité et le sérieux des candidats ». 

Recueillis par Rata

 

Fil infos

  • Vols de rapatriement - «Les autorisations se négocient entre les Etats », dixit l’aviation civile de Madagascar
  • Factures JIRAMA mars-août - Le paiement reporté en 2021
  • Assassinat de Danil Radjan - Qui est le quatrième meurtrier ?
  • Pour les pays touchés par la pandémie de Covid-19 - Andry Rajoelina propose l’effacement de la dette
  • Code de la communication médiatisée - La boucle est bouclée
  • Flambée des cas de Covid-19 en Europe - Crainte sur la réouverture du ciel malagasy !
  • Maire d’Antananarivo - Le grand « moral » de Naina Andriantsitohaina
  • Sénatoriales - De quoi a peur le Groupe du Panorama ?
  • Affaire Raoul Arizaka Rabekoto - L'INSCAE réagit et précise
  • Tovonanahary Rabetsitonta sur la pandémie - « Les mesures préconisées par l'Etat malagasy ont été efficaces »

Editorial

  • Tache d’huile !
    Une brèche suffit pour que le fût d’huile déverse au compte-gouttes ou à gogo son contenu. L’huile, à la différence des autres liquides, a une propriété unique de se répandre tout naturellement couvrant le périmètre autour duquel elle est déversée. La tache envahit le pourtour. Le Chef de l’Etat accède à la demande de la population du Sud-est de considérer la scission de la Région de Vatovavy - Fitovinany en deux. Le débat autour de la question vient d’avoir lieu. Des notables de la Région, des chefs coutumiers, des élus et d’autres sensibilités se sont réunis autour d’une table sous la direction du Président pour en débattre. Hormis l’épineuse question de la répartition des six Districts à chacune des deux nouvelles Régions qui, en fait, crée des vagues, la démarche fait école.

A bout portant

AutoDiff