Publié dans Sport

CAF - Election présidentielle

Publié le vendredi, 11 septembre 2020

L’Assemblée générale élective (AGE) de la Confédération africaine de football (CAF) se tiendra finalement à Rabat. La date reste inchangée mais l'événement a été délocalisé. Prévue initialement en Mauritanie, l'AGE se tiendra finalement au Maroc. Les prochaines élections de l'instance panafricaine auront lieu à Rabat le 12 mars 2021, au lieu de la Mauritanie. La CAF a annoncé ce jeudi que le dépôt des dossiers de candidature se fera à partir du vendredi 11 septembre 2020. Les prétendants auront jusqu'au 12 novembre pour postuler à l'élection. L'instance dirigeante du football africain dévoilera les noms des candidats le 11 janvier 2021, a-t-elle annoncé sur son site web. C'est l'une des décisions importantes prises ce jeudi, à l'issue de la réunion du comité exécutif de la Confédération africaine de football (CAF).

 

Ahmad n’a pas encore pris sa décision, quant à un éventuel deuxième mandat. Il a maintenu le flou durant la visioconférence de presse de cet après-midi, à la sortie de la session ordinaire de la Confédération africaine de football au Caire, en Egypte.

« On n’a pas encore finalisé toutes les réformes. Il reste encore des réformes statutaires à reprendre. Je remercie le comité exécutif d’avoir validé ce qui a été proposé aujourd’hui. Pour l’instant, je suis en train de finaliser le bilan de ces années de mandat que j’ai exercé en tant que président. Lorsque j’aurais tous les détails de mon bilan en main, je reviendrai vers les groupements d’intérêt qui m’ont sollicité auparavant », a-t-il lancé.

« Une telle position dans un continent n’est pas une ambition personnelle. C’est un engagement sollicité par différents groupes d’intérêt. À ce moment-là, je déciderai. C’est ce qui s’est passé en 2016. Certains peuvent spéculer. Mais j’essaie toujours d’être cohérent et sincère dans ma démarche », a-t-il rajouté.

Élu le 16 mars 2017, le président de la CAF, Ahmad Ahmad, arrive bientôt au terme de son premier mandat. Il avait, pour rappel, battu Issa Hayatou (34 voix contre 20), qui dirigeait l’organisation depuis 1988.

Recueillis par E.F.

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

La Une

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff