Publié dans Sport

Jeux olympiques de Paris 2024 - Le CIO valide l'arrivée du break dance

Publié le mardi, 08 décembre 2020

A trois et ans et demi des JO de Paris, le Comité international olympique (CIO) a fixé le programme définitif, ajoutant certaines disciplines dont le break dance. Les Jeux olympiques d'été de 2024 s'annoncent déjà différents. L'édition parisienne accueillera, pour la première fois dans l'histoire des JO, une épreuve de break dance, a annoncé, ce début de semaine, le président du CIO Thomas Bach.

 

D'autres sports, pour l'instant jamais vus sur la scène olympique, seront au programme, dont l'escalade, le skateboard et le surf. Cependant, il ne faudra pas attendre 2024 pour voir ses trois nouvelles épreuves olympiques, qui seront aussi organisées lors des Jeux de Tokyo, à l'été 2021.

Exit en revanche l'épreuve du 50km marche homme, qui sera remplacée par une "épreuve mixte", pour l'instant pas précisée. Une parité exacte, jamais observée aux JO, fait partie des objectifs de ces jeux de 2024.

Pour faire place au break dance, une discipline doit cependant disparaître du programme des JO 2024. Il s'agira donc du karaté, qui sera cependant présent à Tokyo. La candidature du billard n'a de son côté pas été retenue.

Pour Madagascar particulièrement, un pays où les danses traditionnelles restent fortement ancrées, le break dance était en vogue vers la fin des années 90. La génération de l’époque l’a découvert dans les halls des institutions, devant les Mairies ou sur les avenues des grandes villes. Cette danse n’a tout de même pas attiré l’enthousiasme des générations 2020, car il a fallu attendre 11 ans après pour que Madagascar ait son premier festival de danse urbaine « Ambony Ambany » en 2019.

E.F.

Fil infos

  • Recrudescence de la Covid-19 à Nosy-Be - Suspension des vols internationaux envisageable
  • Trafic des 73,5 kg d’or - La Justice sud-africaine déboute la société de Dubaï et les trois trafiquants malagasy
  • RMDM - Une plateforme adepte de la désinformation
  • Université de Toamasina - Son président aspire à devenir ministre
  • Transport par câble à Antananarivo - Les deux premières lignes opérationnelles en 2023
  • Route Nationale 44 - Les travaux avancent lentement…mais sûrement
  • Andry Rajoelina - Un Président respectueux de la démocratie
  • Diffamations envers les enfants du Président Rajoelina - Des mesures seront prises !
  • Université de Toamasina - Malgré tout, le président toujours en place
  • Forum économique international sur l’Afrique - Le Président Rajoelina plaide pour le secteur sanitaire et médical

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • A plaindre !
    Le microcosme politique dans lequel évolue l’Opposition à Madagasikara est médiocrement dominé par des hommes et des femmes à plaindre. Des leaders politiques qui souffrent lamentablement de perspicacitéet du sens de discernement. Ils conduisent les brebis vers l’échafaud. Fort heureusement que les simples militants sont plus intelligents voire plus malins que les dirigeants. Ils savent faire la différence entre le bon grain de l’ivraie. En effet, les supposés sympathisants ne se laissèrent guère manipuler par des dirigeants en manque d’objectif sérieux. La population de la Capitale atteint déjà un certain niveau de maturité politique, elle rejette toute tentative de livrer le pays au caprice de la crise ni de se faire avoir aux griffes du piège tendu.A tout seigneur, tout honneur ! Ravalomanana Marc, fondateur du parti TIM, le chef de file de l’opposition, en étant le président du RMDM, un ancien Chef de l’Etat, de son état, un ex-…

A bout portant

AutoDiff