Publié dans Sport

Eliminatoires CAN 2021 - Madagascar n'ira pas au Cameroun

Publié le mardi, 30 mars 2021

Mauvaise nouvelle pour la sélection nationale malagasy. La campagne de qualification pour la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) a touché à sa fin mardi. Cinq places restaient encore à prendre pour la compétition au Cameroun et l'Ethiopie s'en est arrogée.  En effet, incapables de battre le Niger, les Barea ne participeront pas à la prochaine CAN qui se déroulera au Cameroun début 2022. Avant le match, l'équation était simple pour Madagascar : il fallait gagner et croiser les doigts en espérant que la Côte d'Ivoire l'emporte face aux Ethiopiens. Si les Eléphants ont rempli la deuxième partie du contrat, les "Barea" ont manqué le leur face au Niger.

Trop craintifs en première période, vu l'enjeu du match, ils se sont laissé dominer par un Niger pourtant déjà éliminé. A la deuxième mi-temps, sans doute poussée par les bonnes nouvelles de l'autre pelouse, l'équipe malagasy part à l'assaut des cages nigériennes. Pendant 45 minutes, les « Barea » poussent, tentent et tirent. Rien n'y fait, malgré les longs arrêts de jeu accordés par l'arbitre. Trois ans après la belle histoire en Egypte, les Malagasy ne verront pas leur équipe nationale dans une deuxième phase finale de CAN consécutive. Les deux victoires, les deux matchs nuls et les deux défaites n'ont pas suffi pour concrétiser les rêves malagasy.

Comme la RD Congo, Madagascar a aussi été sanctionné par la Covid-19, privé de ses joueurs constituant les pièces maitresses et ne se qualifiera pas pour la prochaine CAN.

Le Niger a joué le jeu pour avoir un point. « Je comprends la déception des Malagasy mais on se doit de rester serein. Le football c'est de la famille, cela pourrait nous arriver aussi.  On a tout de même contenu une très belle équipe. Pour nous, ce match est d'un grand enjeu car un match nul nous évite d'être barragiste pour la prochaine qualification à la CAN », explique Jean Michel Cavali, entraineur du Mena.

Ce match d'hier était surement le dernier match international pour certains joueurs des Barea.  Le sélectionneur national envisage désormais d'apporter une grande réforme au sein de l'effectif. « Je tiens tout de même à féliciter les joueurs. 

Ils ont tout donné jusqu'à la dernière seconde du match. Malheureusement, on a raté beaucoup d'occasions de but face à une grande barrière défensive nigérienne ». Trouver un avant-centre et donner de la place aux jeunes seront les principales préoccupations du coach. 

Prime d'encouragement aux joueurs

Malgré cette déception, la foule de Toamasina a clamé et continué de soutenir ses joueurs à la sortie du stade sur la route menant vers leur hôtel.  En tant que représentants des 26 millions de Malagasy, le Chef d'Etat Andry Rajoelina, représenté par ministre de la Jeunesse et des Sports, Tinoka Roberto a remercié les Barea sur la bataille qu'ils ont menée sur le terrain pour défendre les tricolores malagasy, comme il a aussi encouragé les joueurs avant le match. 

« Comme on a partagé la joie en Egypte, on va aussi partager cette défaite. On a encore d'autres défis à relever. Vous êtes la fierté de tout un peuple. Il faut savoir accepter cette élimination. On a des leçons à tirer et on va se relever. On vous dit aujourd'hui « Alefa les gars, alefa Barea. Une prime d'encouragement a été partagée aux joueurs», annonce le ministre Tinoka Roberto dans son discours.

La prochaine échéance des Barea de Madagascar sera les éliminatoires pour la Coupe du monde 2022 au Qatar qui se dérouleront en juin, juillet, septembre, et octobre de l'année courante. Madagascar est placé dans le groupe J, en compagnie de la République Démocratique du Congo, du Bénin et de la Tanzanie. Les éliminatoires commenceront lors de la fenêtre FIFA de juin 2021.

Elias Fanomezantsoa

Fil infos

  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire
  • Lutte contre la Covid-19  - L’Etat d’urgence reprend, le confinement en suspens
  • Covid-19 - Madagascar choisit deux vaccins

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cause nationale
    En 1959, le tout jeune Gouvernement malagasy dut faire face à une grave inondation qui sévit presque dans toute l’île, notamment à Antananarivo et environs. Dans la Capitale, Ikopa déverse ses eaux sur tous les bas-quartiers. Betsimitatatra et ses rizières immergées ! Le Gouvernement de feu Philibert Tsiranana déclare Antananarivo en « zone sinistrée » et « l’état d’urgence nationale » est décrété. Pour affronter ce sinistre national sans précédent, le Gouvernement malagasy fait appel à la contribution de tous étant donné qu’il s’agit d’une cause nationale. On se rappelle du « Fitia tsy mba hetra » par le moyen duquel chaque concitoyen est convié à participer. A noter que les caprices (les crues) de l’Ikopa et de Sisaony créaient depuis la nuit des temps des problèmes à tous les gouvernants. Les souverains et leurs sujets d’Andrianjaka à Andriamasinavalona et surtout Andrianampoinimerina durent rivaliser d’ingéniosité pour construire des digues afin…

A bout portant

AutoDiff