Publié dans Sport

Ministère de la Jeunesse et des Sports - Passation de service devant une nombreuse assistance

Publié le lundi, 28 janvier 2019

La passation de service entre l’ancien ministre de la Jeunesse et des Sports, Tsihoarana Faratiana Eugène et le nouveau ministreTinoka Roberto Frankie Raharoarilala s’est déroulée, hier, au Palais des Sports de Mahamasina. Plus précisément dans la salle de conférence bondée de gens. Cette passation entre les deux hommes  s’est passée comme prévu dans ce lieu mythique du sport mais pas dans les locaux du ministère à Ambohijatovo. Une occasion aussi pour le nouveau ministre de montrer qu’il est un homme de terrain, et où il a aussi partagé sa vision dans l’objectif d’atteindre les buts imposés par les défis ou les « Vina », de l’IEM. D’ailleurs, le sport figure parmi les 13 déclinaisons du nouveau Président de la République, Andry Rajoelina. Dans son engagement numéro 13, le Chef d’Etat s’est engagé solennellement : « le Sport, une fierté nationale ». Et dans le numéro 8, « Nos femmes et nos jeunes pour l’avenir ».

« Notre Président privilégie ce département, car il veut redonner au peuple malagasy sa fierté par le biais de la Jeunesse et des Sports. Nous allons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour concrétiser les engagements du Président de la République », annonce Tinoka Roberto. Le nouveau locataire d’Ambohijatovo a déjà annoncé aussi que ces engagements sont largement faisables.  « Je n’ai aucun doute sur notre réussite, mais nous aurons du pain sur la planche. Car, nous allons construire le maximum d’infrastructures sportives dans toutes les régions de l’île et une  Académie nationale des Sports respectivement  dans chaque province. Ceci permettra à nos jeunes de se focaliser sur le sport et les études. L’Etat fera tout son possible pour trouver des bourses d’études aux élèves qui auront des meilleures performances », avance le ministre Tinoka Roberto qui prône l’équilibre régionale.

 

Il a aussi annoncé son intention de collaborer avec tous les acteurs dans le sport sans amoindrir les intérêts de la jeunesse. Il a également dénoncé l’incident du weekend dernier au Palais des Sports de Mahamasina durant son passage lors des championnats nationaux de boxe et taekwondo, tenus en parallèle sur place. « Je ne peux pas me taire pour ce que j’ai vu dimanche en ce lieu. Aucun membre du MJS n’a été vu au Palais des Sports durant les championnats, à part le public qui était composé d’une poignée de personnes. Ce n’est pas étonnant si le public n’est pas venu parce que même le premier responsable du sport lui-même ne s’y intéresse pas. Et je veux qu’on change cette manière de travailler. Ce n’est  pas parce qu’on est fonctionnaire qu’on ne travaille pas le weekend », précise-t-il. Notons que le mouvement sportif, composé des présidents de fédérations sportives dirigés par le président du Comité Olympique malagasy Siteny Andrianasoloniaiko, et les techniciens du MJS, les parlementaires sont  venus honorer de leur présence la cérémonie.

Pour sa part, l’ancien ministre Tsihoarana Faratiana Eugène a souhaité pleine réussite à son successeur, en réitérant qu’il est toujours disponible au service de la Nation. Il a également remercié les membres du personnel du ministère pour leur collaboration.

Elias Fanomezantsoa

Fil infos

  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés
  • Fonds routier - Rencontre entre le Président et les entrepreneurs impayés 
  • Déchéance du Président de la République - La HCC renvoie l’Opposition à ses études
Pub droite 1

Editorial

  • Bilan mitigé !
    L’heure du bilan sonne. Le mandat de cinq ans des membres du Conseil pour le fampihavanana malagasy (CFM) tire à sa fin. Présidé dans un premier temps par le feu Général Charles Rabotoarison, Maka Alphonse prend le relais. La mission essentielle consiste à mettre en œuvre le « processus de réconciliation nationale » de telle manière que les blessures laissées par les crises, notamment à partir de 2002, soient guéries et par la suite instaurer un climat d’apaisement pour asseoir enfin l’unité nationale. Une noble mission à laquelle tout dirigeant politique sérieux et tout concitoyen responsable doivent assumer.

A bout portant

AutoDiff