Publié dans Sport

Jeux africains - L'haltérophilie vise le maximum de médailles

Publié le mardi, 20 août 2019

C'est un rendez-vous continental où 17 épreuves (Athlétisme, natation, beach volley, haltérophilie, cyclisme, équitation, judo…) sont qualificatives pour les Jeux olympiques 2020. L'haltérophilie malagasy prendra part avec 9 athlètes  dont cinq hommes et quatre dames aux 12e Jeux africains (JA), prévus du 19 au 31 août au Maroc, avec l'objectif de ramener « un maximum de médailles » et engranger des points en vue des Jeux olympiques (JO) Tokyo-2020, selon les pronostics de la Fédération malagasy de la discipline (FMH). La discipline entre en lice du 25 au 30 aout et c'est Rosina Randafiarison qui ouvrira la voie pour ses compatriotes chez les moins de 45kg.

 

« Le rendez-vous africain est un des objectifs principaux de la fédération et pour lequel on a choisi les athlètes sur la base de leurs performances et de leur forme. On estime qu'ils sont aptes à défendre les couleurs nationales et réaliser les pronostics établis », a déclaré, le Directeur technique national (DTN). La discipline vise au minimum dix médailles durant ce rendez-vous continental.

Il s'agit pour les messieurs de Andriamahefa Jules Anthonio (-61kg), Rafanomezantsoa Ravo Cadeau,  Andriatsitohaina Eric Herman (-61kg), Randriarimanana Jean Elarion Ricardo (-67kg), Andriatsitohaina Tojonirina Alain (-67kg), alors que l'haltérophilie féminine est représentée par Randafiarison Rosina (-45kg), Bakoliharisoa Sariakanirina Aurela, Randrianandrasana Sitrakiniaina (-64kg) et Ravololoniaina Elisa Vania (-64kg), aidée dans sa tâche par un technicien géorgien.

« Les athlètes ont progressé pour leur majorité et travaillent d'arrache-pied malgré le peu de moyen entre les mains. Avec leur ambition et leur fierté, ils ont fait l'impossible avec les techniciens qui sont aux petits soins avec les haltérophiles », a assuré Harinelina Jean Alex Andriamanarivo, qui reste « satisfait » du travail effectué et « confiant », pour le rendez-vous marocain.

Outre les médailles mises en jeu et qui seront très disputées en présence des meilleurs du continent, les joutes marocaines permettront aux haltérophiles africains possédant un meilleur classement mondial, d'engranger des points dans l'espoir d'être présents à Tokyo en 2020.

« Au Maroc,  on aspire d'obtenir un bon classement, mais aussi nous voulons que des athlètes comme Vania, Ricardo et Rosina, Eric et Tojo puissent grignoter quelques points lors de ce rendez-vous africain qui constitue l'une des six étapes qualificatives aux JO de 2020 », a expliqué le DTN.

Elias Fanomezantsoa

Fil infos

  • Coopération - Des émissaires de la JICA à Ambohitsorohitra
  • Révélation au procès de Mbola Rajaonah - L’Etat spolié de 125 milliards d’ariary
  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Le jeune prodige !
    Phénomène Oboy ! Quart de siècle tapant, Oboy séduit mieux encore et enivre les jeunes. A travers ses textes et de par son style, Oboy est unique en son genre. Succès phénoménal en France et sur le plan international, le jeune prodige force l’admiration mais également suscite la jalousie ! En effet, Oboy fait des jaloux même dans son propre pays, Madagasikara. Son tout récent passage à Tanà explose l’enthousiasme et déchaine les fantasmes dans tous ses états. Oboy a fait vibrer le mythique Palais des sports et de la culture de Mahamasina.D’un parcours atypique, le jeune prodige gravite et entre, sans coup férir, dans la cour des grands. Né le 6 janvier 1997 à Madagasikara, Mihaja Ramiarinarivo de son nom d’Etat civil, Oboy grandit à Val-de-Marne, plus précisément à Villeneuve-Saint-Georges. Il se lance dans le rap, cette danse urbaine moderne en 2015, à l’âge de 18 ans. Très vite,…

A bout portant

AutoDiff