Dossier

Ils sont parmi ceux à avoir vécu la proclamation de l’indépendance par Philibert Tsiranana à Mahamasina. Ces octogénaires ont gravé dans leurs mémoires les images inoubliables de la première fête nationale. Samuel Ralaiaritiana, Rasoanaivo et Guy Adrien Rajoelina, tous des Tananariviens, sont les trois témoins de ces évènements historiques. Chaque année, à l’approche de la Fête nationale, des souvenirs leur reviennent en tête. Dans ces quelques lignes et à travers leurs témoignages, nous vous plongeons dans l’histoire en vue d’un bref aperçu de l’ambiance à cette époque. Un retour dans le passé qui fera également le point sur les symboles…
Dans une famille, les gens ont parfois tendance à comparer les tâches d’une mère et d’un père, en minimisant celles de ce dernier. Si d’un côté, la mère est censée être au gouvernail de la famille, à de nombreux égards, les responsabilités d’un père, bien que moins visibles et moins clamées haut, existent bel et bien, et sont loin d’être plus négligeables que celles de sa conjointe. Cette responsabilité est d’autant plus ardue quand le père se retrouve tout seul avec son enfant dont il doit s’occuper. Voici quelques portraits des pères que nous avons classés comme exceptionnels.
Passionnée de la musique depuis son plus jeune âge, Ny Domohina Andrianavalona, alias Doumie, est connue surtout par les internautes sur les réseaux sociaux avec ses covers ou interprétations des grands tubes malgaches.

13 mai 72 - 45 ans après, ils en parlent

Publié le vendredi, 12 mai 2017
Aujourd’hui,  jour pour jour, Madagascar commémore la journée du 13 mai 1972.  Cependant, la plupart des générations actuelles ignorent ce qui s’est vraiment passé lors de cette grande grève générale et quelles en sont les vraies causes. De la grève générale passant par les déportations à Nosy Lava pour finir par le renversement du Président Tsiranana, les évènements du 13 mai 1972 méritent un peu plus d’attention pour que les mêmes erreurs ne se reproduisent plus. 45 ans après, certaines personnes en parlent.

Travail - Un syndicalisme encore rebutant

Publié le vendredi, 28 avril 2017
Travail Un syndicalisme encore rebutantLe syndicalisme reste un concept encore abstrait pour bon nombre de travailleurs. La revendication des droits par ces derniers est souvent vue comme un risque de révolte du côté des employeurs. Malgré une forte mobilisation et sensibilisation de la part des syndicats de travailleurs, les employés, qu’il s’agisse d’employés d’entreprises publiques ou privées, sont peu nombreux à oser intégrer les syndicats. Gros plan sur un syndicalisme encore rebutant à Madagascar !Défense des droits des travailleurs Le syndicat et ses valeurs Le syndicat a toujours été mal compris dans la Grande île. La plupart des gens pensent que…
Victimes de négligence, de discrimination et d’exclusion familiale, voire sociale. Les enfants en conflit avec la loi font souvent face à des problèmes psychologiques, notamment ceux placés sous mandat de dépôt auprès des centres de détention.
Les réformes adoptées dans le calendrier scolaire font partie de l’actualité de la semaine. Pour l’enseignement privé, les contrôles effectués auprès des établissements s’enchaînent. Le ministre de l’Education nationale (Men) en la personne de Paul Andrianiaina Rabary nous a livré plus de détails à travers cette interview. 

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

La Une

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff