Alerte rouge. 14 millions d’hectares de forêts sont réduits en cendres depuis l’indépendance jusqu’à ce jour à cause des feux de brousse. La propagation de ce fléau continue encore et touche désormais les parcs nationaux comme Ankarafantsika et Menabe Antimena. Bien que le ministère de l’Environnement et du Développement durable (MEDD) dispose d’un logiciel satellitaire permettant de localiser à temps réel les feux de brousse, son équipe rencontre des difficultés à éteindre l’incendie à cause d’un long déplacement qu’elle doit effectuer. Le ministre de tutelle, Alexandre Georget, n’est pas resté les bras croisés pour faire face à la situation. En effet, le numéro un du département s’est déplacé à La Réunion, la semaine dernière, pour chercher du renfort et a négocié l’utilisation de l’avion bombardier d’eau appelé « dash » pour gérer les feux à Madagascar. Ce type d’avion largue l’eau sur le feu et est, par exemple, utilisé pour sauver la forêt amazonienne. Le ministre a alors partagé, samedi dernier à Antsahavola, les fruits de son lobbying auprès du gouvernement réunionnais. « La Réunion accueille chaque année le dash pour une période de quatre mois.

Publié dans Economie

Le bordel règne jour et nuit. La route menant vers l’université d’Antananarivo est actuellement devenue un endroit florissant pour les marchands mais angoissant pour les riverains. Cette situation pourrait s’expliquer par le pullulement des infrastructures informelles sur place, depuis Ambohitradala Ampasanimalo jusqu’à Avaratr’Ankatso, en passant par le terminus des « taxi-be » reliant l’université et les autres quartiers d’Antananarivo. « Les marchands n’hésitent même pas à construire des magasins ou box devant les portails des riverains, dont les constructions ont obtenu des permis en bonne et due forme émanant de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA). Actuellement, ce sont les résidents ou locataires des infrastructures formelles qui sont contraints de demander l’accès pour rentrer ou sortir de chez eux. Aussi, les vacarmes matinaux et nocturnes n’en finissent plus », se plaint l’un des propriétaires, voulant garder son anonymat. De plus, des marchands informels occupent également les rues et trottoirs, au détriment des piétons, y compris les étudiants de l’université. « L’on ne sait plus où mettre les pieds, tellement les marchands sont envahissants », se désole Vola R., étudiante en gestion.

Publié dans Société

La campagne électorale pour les élections communales et municipales sera lancée officiellement demain. Cette campagne ira jusqu’au 25 novembre prochain, soit deux jours avant les scrutins qui interviendront le 27 novembre. Le candidat du « Isika rehetra miaraka amin’i Andry Rajoelina » à la course à la Mairie de la Capitale a choisi de confier son combat entre les mains de Dieu, en organisant un culte œcuménique au Jardin d’Andohalo, hier en milieu d’après-midi. Des proches, des ministres, des ambassadeurs, de hautes personnalités mais également de nombreux partisans ont rallié la haute ville. Toutes ces personnes se sont unies pour recommander à Dieu la campagne électorale du candidat numéro 4 pour obtenir la victoire finale le 27 novembre. Au cours de ce culte, le cantique « Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous? » a été choisi par le candidat, lequel a reçu la bénédiction du prêtre.

Publié dans Politique

L’Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel (ONUDI) a octroyé un financement de 35 millions de dollars pour Madagascar. L’accord de financement a été signé, hier, en marge de la Conférence générale de l’ONUDI qui se tient à Abu Dhabi par le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, Lantosoa Rakotomalala, sous la houlette du Président Andry Rajoelina et le directeur général de l’ONUDI, Li Yong. Il s’agit de la première fois depuis 1986, année d’adhésion de Madagascar dans l’ONUDI, que Madagascar bénéficie d’un financement de cet organisme des Nations Unies. C’est une preuve de la confiance et de la conviction qu’ont les bailleurs de fonds envers le programme d’action et le leadership du Président Andry Rajoelina, selon la ministre Lantosoa Rakotomalala. Les fonds obtenus à Abu Dhabi sont destinés à financer plusieurs projets tels que la construction d’usine de transformation de sucre à Mahajanga et Fort-Dauphin, la construction d’une centrale hydraulique dans le Bongolava et SAVA, et l’approvisionnement en électricité de plusieurs petites et moyennes entreprises.

Publié dans Politique

Consternation générale ! Alors que la tristesse sur  la perte de Fafah ne s’est pas encore estompée, voilà qu’une autre mauvaise nouvelle vient de frapper encore le groupe  Mahaleo et ses fans. La rumeur sur le décès d’Andrianabela  Rakotobe, ou Dadah Rabel a été bel et bien confirmée en milieu d’après-midi par un membre du groupe Mahaleo. Le pilier du groupe, puisqu’on peut le qualifier ainsi, est décédé à 65 ans à Antsirabe. Né le 21 juin 1954 dans la capitale du Vakinankaratra, l’auteur, compositeur, interprète et guitariste, et non moins chirurgien de formation (Hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona) , a fait un AVC ou accident vasculaire cérébral  subit, et ce, survenu en plein  repas familial. D’après une information, le choc émotionnel aurait été trop fort chez Dadah. Dire qu’il y a encore une semaine,  précisément le 25 octobre  dernier, et sous le thème de « Ny Fihavananay »,  il a chanté au côté d’Ony Rakotomalala et Fara Kely, au Plaza à Ampefiloha. C’était lors de ce concert en hommage à son frère de cœur, et dont l’enterrement a eu lieu deux jours plus tôt, que Dadah était apparu pour la dernière fois sur scène. Lors de ce concert, celui-ci n’avait d’ailleurs pas pu retenir ses larmes.  Plus tard, il  devait confier : « Normalement, Fafah aurait été de la partie. Mais il n’est pas question d’annuler ce concert, au contraire. Sa mort a cimenté la solidarité entre les Malagasy », s’est- il exprimé après sa dernière représentation.
Auteur de la majorité des chansons du groupe Mahaleo, Dadah laisse donc  orphelins des millions de fans et une formation décimée il y a moins de quinze jours par le décès de Famantanantsoa Rajaonarison dit Fafah.  Ses compositions ou ses chants sont toujours un hymne à  l’amour, à la liberté mais aussi à l’humour, bref la vie sous toutes ses couleurs.  L’amour paternel  ou la passion qui fait souder le couple étaient ses spécialités.

Publié dans Politique
dimanche, 03 novembre 2019

Un geste inédit

Du jamais vu ! Un Président de la République à Antanimora. Non pas pour purger une quelconque peine ni encore moins pour être placé en détention préventive mais pour rendre visite aux détenus, prévenus et condamnés confondus. Du jamais vu, depuis la date de l’indépendance jusqu’à ce jour, en cinquante-neuf ans, aucun Chef d’Etat, en exercice, ne s’était jamais rendu à Antanimora ou ailleurs pour s’enquérir des réalités sur place. Ils n’ont pas jugé nécessaire d’aller  vers ces oubliés de tous.  Tel un conte de fée où le jeune prince héritier du trône sort du palais et rend visite à ses pauvres sujets. Impossible mais vrai ! Du coup, la cote de popularité du jeune président, déjà élevée de façon constante, grimpe encore de deux à trois crans en plus. Rajoelina Andry Nirina, car il s’agit bien de lui, a bien voulu condescendre aller à la prison d’Antanimora, et ce, pour constater de visu sur place les réalités vécues. Etant donné qu’Antanimora reflète de manière évidente, avec quelques nuances près, les tenants relatifs au quotidien du monde carcéral de la Grande Ile, un tel « déplacement » mérite l’attention. Il entre évidemment dans le cadre des efforts consentis par nos dirigeants d’améliorer les conditions de vie de tous les Malagasy à même les prisonniers. Velirano oblige, il faut bien se donner la peine ainsi. Certainement, les esprits tordus ironisent ce geste inédit. Ils ne ratent pas l’occasion d’éreinter l’homme fort du pays. A leurs yeux, il ne s’agit que d’un vulgaire geste démagogique ou d’une campagne électorale déguisée. Il a fallu qu’un jeune visionnaire et entièrement conscient de l’impasse dans laquelle plonge le pays pour qu’on songe à se rendre compte de l’état dérisoire du pays, en particulier les centres de détention éparpillés à travers l’Ile.   On évoque toujours le délabrement total de nos prisons  mais on n’a jamais bougé le petit doigt. Et la situation se dégrade jusqu’au point où les réalités dépassent l’entendement. Tous les régimes  successifs n’ont pas fait grand cas de la dégradation du milieu carcéral. Le ministère de tutelle invoque à tout moment les insuffisances budgétaires. Ce qui n’est pas faux d’ailleurs mais il faut oser voir plus loin. La prison malagasy est malade et laissée à l’abandon. Au moins trois maux minent le monde carcéral malagasy.  D’abord, le mal du surpeuplement. L’effectif des « locataires » dépasse de loin la capacité d’accueil de toutes nos prisons. Le cas d’Antanimora est flagrant. Pour une capacité d’accueil prévue pour 800 personnes, elle abrite actuellement 4357 « pensionnaires ». Bien entendu, la promiscuité fait la loi. La déviation à la vocation initiale. Une prison surpeuplée ne peut plus assurer et assumer son rôle de redressement moral et réinsertion sociale des délinquants. Elle devient, par la force des choses, un « centre d’apprentissage » à des nouveaux modes opératoires criminels.
Le mal de la corruption. En amont et en aval, la prison est le milieu propice et de prédilection à la corruption. Inutile de s’étaler sur ce sujet. Les détenus ainsi que leurs proches en savent trop. Le Chef de l’Etat Rajoelina, par ce geste inédit, creva l’abcès. Il enfonça le clou dans le vif de la plaie tout en s’engageant à apporter la solution. Qui fait mieux !

Publié dans Editorial
dimanche, 03 novembre 2019

La une du 04 novembre 2019

Publié dans La Une

Fil infos

  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale
  • Assainissement de la liste électorale - Une affaire de tout un chacun
  • Tension politique et santé publique - Mialy Rajoelina apporte fraîcheur et assurance
  • Parti HVM - Plus de raison d'être

Recherche par date

« November 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

Editorial

  • Quid de la souveraineté nationale
    Rajoelina Andry Nirina consulte. Le Gouvernement relance et mobilise. Et pour cause, la souveraineté nationale piétinée. A l’approche du 40ème anniversaire de la résolution 34/91 de l’assemblée générale des Nations Unies du 12 décembre 1979 donnant gain de cause à l’Etat malagasy sur la question des Iles Eparses (Les Glorieuses, Juan de Nova, Bassas da India, Europa et Tromelin), le pays s’apprête à faire valoir son droit. A travers cette historique résolution, l’ONU reconnait la souveraineté de Madagasikara sur ces « perles » de l’océan Indien et recommande à la France d’entamer le dialogue avec l’Etat malagasy en vue de la rétrocession.   Quarante ans après, rien ne bouge ! Les bases d’un vrai et authentique dialogue n’ont même pas  été jetées. La France évite et crée des manœuvres dilatoires. Bref, elle se moque indifféremment.Le Gouvernement malagasy en place, dans son droit les plus légitimes, relance « l’affaire ». Selon le porte-parole Lalatiana Rakotondrazafy, ministre…

A bout portant

AutoDiff