Réel danger ! Les internautes malagasy ne seront plus à l'abri des malfaiteurs ou cybercriminels. Le verbe se conjugue effectivement au futur car malgré que certaines personnes aient déjà la capacité de faire du « hacking » ou piratage, cette connaissance en informatique avancée n'est pas encore à la portée de tous.
Sauf qu'aujourd'hui, il sera possible pour tout le monde d'avoir accès à cette connaissance, à travers des formations données clandestinement par des individus affamés d'argent. Autrement dit, des annonces de formations pour manier les piratages ont été récemment publiées  par quelques personnes - dont leurs identités restent secrètes - sur internet notamment sur le site le plus utilisé par les Malagasy à savoir le Facebook. Compte Gmail ou Yahoo, Facebook, Twitter, Whatsapp ou d'autres réseaux sociaux pourront, selon l'annonce faite par une personne, être ouverts en quelques clics. « Pack d'auto-formation complet pour le hacking, piratage Facebook, web, réseau, wifi, caméra de surveillance… Devenez tout simplement un pro du hacking par vous-même. Je rembourse l'argent de celui qui dira que c'est du Fake », écrit l'annonceur sur un groupe Facebook en annonçant le prix de la fameuse formation à seulement 60.000 ariary.

Publié dans Société

L’horreur fut à comble aux premières heures de la matinée dans la Commune rurale d’Ampitatafika, dans le District d’Antanifotsy vendredi matin dernier.
Les cadavres de trois inconnus âgés respectivement de 35, de 50 et de 60 ans environ ont été repêchés des eaux de la rivière Onive bordée par l’axe RN7 de la région. Récemment, la vérité commence à surgir peu à peu pour qu’on puisse avoir l’idée sur le fond de ce drame. Selon une source d’information locale, les malheureux  viennent du District d’Ambohimahasoa. L’un est issu de la Commune de Camp Robin et l’autre de celle de Sahatony. Quant au troisième, il vient d’une autre Commune rurale reculée du même District. Ils ont un dénominateur commun : tous ont été soupçonnés de vol et de détention illégale d’armes à feu. Des perquisitions faites chez eux le 20 mai dernier s’étaient corsées par leurs arrestations par des militaires. En réalité, les trois suspects auraient dû être remis entre les mains  de la Justice, et ce, après la période de l’arrestation et de l’enquête. Or entre-temps, on ignore ce qui aurait dû se passer car leurs proches n’ont plus reçu aucune nouvelle des trois. L’on craint donc qu’ils auraient tenté de fuir au cours de leur déferrement et que les gardiens (des militaires), comme dans pareilles circonstances, ont dû leur tirer dessus après que les fugitifs aient refusé de se plier aux ordres de s’arrêter. « Normalement, les militaires auraient dû remettre les suspects entre les mains de la Police ou de la Gendarmerie. Mais toute une zone d’ombre plane encore donc sur ce qui aurait pu se passer entre eux et les suspects », commente cette fois une source auprès de la Gendarmerie locale.

Publié dans Société

Vœux exaucés. Les ressortissants malagasy habitant en terre étrangère souhaitaient depuis belle lurette de pouvoir voter aux différentes élections
à Madagascar. Lors de la rencontre de la diaspora malagasy en France et en Europe avec le Président de la République, Andry Rajoelina, et sa délégation samedi dernier au foyer des Conférences de la maison de l'UNESCO à Paris, le sujet est de nouveau remis sur la table par l'assistance. Ce à quoi, le Président de la République a répondu favorablement.  Il a promis qu'à la prochaine élection présidentielle, la diaspora malagasy aura le droit de vote tant souhaité et attendu par cette dernière. En effet, contrairement aux ressortissants de certains pays, ceux de Madagascar n'ont jamais eu cette opportunité de prendre part au choix du Président de la République et ce depuis l'indépendance.  Bien que le droit de vote ne soit encore effectif auparavant, des comités de soutien pour untel candidat à la présidentielle existaient déjà. Preuve que les Malagasy « d'Andafy » désirent fortement d'être impliqués dans les affaires nationales. Cette fois-ci, à l'instar de ses compatriotes à Madagascar, la diaspora malagasy se rendra aussi aux urnes le jour de l'élection.

Publié dans Politique

Le maire Elysée Ratsiraka est mis sur la touche. Le couperet de la mesure suspensive est tombé sur sa tête à la suite de la décision prise par le pouvoir central après un temps d'attente. Christin Razafimanana occupe désormais le fauteuil du président de la délégation spéciale de Toamasina. Il est assisté par le Dr Célestine Marie Razafiarisoa et Jean Toto qui sont respectivement ses premier et deuxième adjoints. La nouvelle équipe qui était officiellement présentée samedi après-midi par le préfet de Toamasina Cyrille Benandrasana prendra pour la première fois ses fonctions ce lundi. Celle du maire éjecté entend regagner son bureau, elle aussi. L'on attend alors de voir ce qui se passera dans la cité du Port ce premier lundi du mois. Parallèlement, la Présidence de la République met la main à la pâte. Des envoyés d'Iavoloha examineront en détail les comptes de gestion du désormais ex-maire de Toamasina à partir de ce jour. Ce, après que l'Inspection générale d'Etat (IGE) et le ministère de l'Intérieur  et de la Décentralisation (MID) ont terminé leur tâche de vérification en avril. Lors de son passage dans la capitale économique de l'île le 26 mai, le Président Andry Rajoelina a évoqué la nécessité de  « regarder » attentivement le cas de la Commune urbaine de Toamasina.

Publié dans Politique

Le potentiel aurifère de Madagascar est de 100 tonnes d'or par an. Ces données sont issues des travaux et des archives du Bureau de recherches
géologiques et minières (BRGM) de France, qui ont officiellement été remis à Madagascar, vendredi dernier, au Museum national d'histoire naturelle - Galérie de minéralogie et de géologie à Paris, en présence notamment du Président  de la République malagasy Andry Rajoelina, actuellement en séjour dans la Capitale française pour une visite d'Etat. Lors de la cérémonie, le ministre malagasy des Mines et des Ressources stratégiques, Fidiniavo Ravokatra et la présidente directrice générale du BRGM, Michèle Rousseau ont procédé à la signature d'un protocole d'accord et de remise symbolique d'échantillons de fond lithologique. Fruits d'un travail de recherche d'un demi-siècle, ce fond lithologique permettra une meilleure connaissance du sous-sol malagasy nécessaire et donc favorisera le développement du secteur minier à Madagascar. « L'accès à ces documents stratégiques marque la confiance du BRGM et la reconnaissance de l'Etat français des efforts déployés pour une gestion plus réfléchie des ressources minières de l'Etat malagasy », selon le Président de la République malagasy. Et lui de réitérer au cours d'une rencontre avec la diaspora malagasy en France samedi que « Les richesses naturelles sauveront Madagascar ». Une déclaration qui prend tout son sens lorsque l'on sait que,  selon les informations révélées par ces travaux de recherches et ces archives, le potentiel aurifère malagasy serait ainsi estimé à 100 tonnes d'or par an, l'équivalent de  4 milliards de dollars.

Publié dans Politique
dimanche, 02 juin 2019

Intégrité territoriale

Créée le 26 juin 1945 à Yalta, l'ONU s'est fixée quelques objectifs, entre autres, « maintenir la paix et la sécurité dans le monde, garantir les droits fondamentaux des peuples, assurer l'intégrité territoriale de chaque Etat souverain  membre, … ». Le Président malagasy Rajoelina Andry Nirina, en visite officielle en France, n'a pas omis dans son agenda à l'occasion d'un tête-à-tête avec son homologue  français Emmanuel Macron d'évoquer le cas des Iles Eparses. Un sujet à la fois fâcheux et sensible selon le camp où l'on se  trouve. Les Iles Eparses (Bassa da India, Iles Europa,  Iles Glorieuses, Iles Juan de Nova et Ile Tromelin) faisaient partie de la Grande île sous l'appellation « Madagascar et Dépendances » à l'époque coloniale. De ce fait, incluses dans le périmètre maritime de Madagascar, elles font partie intégrante du territoire malagasy.   En 1960, quand Madagascar recouvrit de nouveau son indépendance, la désormais ex-puissance coloniale, l'ancienne mère-patrie, gardait farouchement, et ce, jusqu'à ce jour, les Iles Eparses dans le giron du territoire de la République française.

Publié dans Editorial

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

La Une

Recherche par date

« June 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff