Les Barea encornent tous et passent en huitième de finale A l’issue de trois matches sans défaite pour leur première participation à la Coupe d’Afrique des Nations, Madagascar se qualifie en huitième de finale et, cerise sur le gâteau, termine premier de son groupe. Hier, Bolida et consorts ont fait sensation en battant l’équipe du Nigeria, les Super Eagles, triple championne d’Afrique, sur un score qui se passe de commentaires, 2 à 0. Une performance qui a été construite grâce à un état d'esprit irréprochable sur le terrain. Les Barea ont joué sans calcul ni pression. Ils voulaient juste rendre le peuple malagasy fier et ont joué leur football en ajoutant la touche malagasy face à l’ogre Nigéria, hier, pour le compte de la troisième journée du groupe B.  Les Barea ont entamé les 45 premières minutes sous le signe du respect et avec tact devant une équipe favorite.
Le premier but est signé Lalaina Nomenjanahary alias « Bolida ». Suite à une énorme erreur de la défense du Nigeria, Lalaina récupère le ballon dans la surface de réparation avant de venir battre tranquillement Ezenwa à la 13eme minute ! Les Nigérians restent sonnés et ne trouvent pas les clés offensives malgré leur tentative de relance dans le temps fort. Les Malagasy se sont démenés comme de beau diable pour contenir les Super Eagles avec  deux ou trois joueurs sur le porteur du ballon. Andria a ensuite vu son coup franc être détourné pour prendre la direction de la lucarne (53e).

Publié dans Sport

C’est effectivement une bonne nouvelle pour l’Eglise catholique. Le souverain pontife effectuera des voyages apostoliques à Madagascar, au Mozambique et à l’île Maurice du 4 au 10 septembre prochain. Le week-end dernier, la salle de presse du Saint-Siège vient de dévoiler le programme détaillé du Pape François durant les visites pastorales qu’il effectuera. Ainsi, le Pape François passera une journée et demie à Mozambique, deux jours complets dans la Grande île et enfin quelques heures à Maurice.
Le Saint-Père quittera ainsi Rome le mercredi 4 septembre pour Maputo (Mozambique) où il arrivera en début de soirée. « Il rencontrera officiellement les autorités, la société civile et le Corps diplomatique à qui il s’adressera le jeudi 5 septembre. Il présidera également une rencontre inter-religieuse avec les jeunes en fin de matinée avant de s’entretenir dans l’après-midi avec les évêques, les prêtres, les religieuses et religieux, les personnes consacrées, les séminaristes, les catéchistes et les animateurs », affirme le site du Vatican News. Après la visite de l’hôpital de Zimpeto et une messe dans le stade de Zimpeto, le vendredi 6 septembre, le Pape prendra l’avion pour rejoindre la Capitale de Madagascar. « Le samedi 7 septembre, à Antananarivo, le Pape rencontrera les autorités, la société civile et le Corps diplomatique en début de matinée. Il prononcera ensuite une homélie lors de l’office de tierce au monastère des carmélites déchaussées avant de rencontrer les évêques du pays. Il visitera ensuite la tombe de la bienheureuse Victoire Rasoamanarivo. Il conclura la journée par une veillée avec les jeunes dans le champ diocésain de Soamandrakizay », continue le communiqué. 

Publié dans Société

La carie dentaire et les parodontopathies, ces deux affections bucco-dentaires les plus communes chez les Malagasy, peuvent être prévenues par des méthodes simples et peu coûteuses. La santé bucco-dentaire repose sur l’hygiène bucco-dentaire, l’hygiène alimentaire, la prise continue de fluorures et l’utilisation des services de santé bucco-dentaire. La promotion de la santé vise à créer un environnement favorable à l’adoption de ces comportements. Ce qui n’est pas encore le cas de Madagascar, malgré les efforts entrepris par le ministère de la Santé publique ainsi  que les divers projets visant à  diminuer les maladies bucco-dentaires. En effet, la bonne hygiène, laquelle n’étant pas à la portée de la plupart de la population, pourrait éviter des maladies. « A Madagascar, la santé bucco-dentaire de la population est en péril au vu des prévalences des maladies dentaires courantes ». Des propos qui reflètent la situation actuelle de l’état de santé bucco-dentaire de la population.  Selon les dernières statistiques, au moins 90 % des enfants malagasy ont en moyenne 3 dents temporaires cariées. 85 % des enfants de 6 ans ont en moyenne 5 dents cariées et 60 % des jeunes de 6 à 15 ans souffrent de la même maladie. Et il faut dire que la maladie bucco-dentaire ne s’arrête pas à l’enfance puisque la situation s’aggrave avec l’âge. L’état des dents des adolescents et des personnes âgées est également déplorable. Par manque de moyens, certains attendent que leur dent leur fasse mal pour consommer des médicaments qui ne servent qu’à calmer la douleur. « 90 % des personnes venant consulter un dentiste ont toutes des maladies bucco-dentaires comme la carie.

Publié dans Société

Une nouvelle qui ne sera pas du goût de certains facebookers malagasy qui, profitant du fait qu’ils habitent en France, profèrent sans retenue des propos haineux sur leur page. Ceci, avec peu de risque d’être localisés grâce au refus, jusqu’ici, de Facebook de révéler leur adresse IP.

Il faut savoir, en effet, qu’auparavant, Facebook révélait les adresses IP de ses utilisateurs à la Justice française uniquement s’il s’agit de cas de terrorisme ou de pédopornographie. Lorsqu’il est donc question d’autres formes de cybercriminalité, il était particulièrement difficile pour les enquêteurs de tracer les auteurs. La conséquence est que ces derniers, forts de cette sorte de « bouclier » qui est obligeamment érigé par la firme de Zuckerberg, s’en donnaient à cœur joie dans leurs activités criminelles. Les facebookers malagasy auront certainement identifié un certain Luc Hervé qui, dans ses publications vidéo, ne se gêne point pour vociférer dans des termes d’une extrême vulgarité des propos haineux et racistes, sans parler des insanités déversées sur la tête de personnalités malagasy sans distinction. Plus récemment, d’aucuns ont aussi remarqué les graves dénonciations gratuites balancées par le nommé Fleury Rakotomalala sur Facebook à l’encontre d’Andry Rajoelina,  l’actuel numéro Un de Madagascar. Le premier, signalons-le, a des ambitions présidentielles contrariées. Ceci expliquant cela.

Publié dans Politique

Confrontés depuis presque toujours aux problèmes d’accès à l’eau potable, les habitants des Districts de Beloha Androy et de Tsihombe ont poussé un ouf de soulagement de voir leur réseau d’eau enfin fonctionnel.  « Une énorme étape vient d'être franchie dans le combat contre le « kere » dans le Sud », selon la Présidence de la République de Madagascar. Les habitants de 121 Fokontany, de six Communes, des Districts  cités supra, dans le Grand Sud de la Grande île, ont désormais de l’eau potable à portée de main avec la réception officielle samedi du renforcement et de l’extension du pipeline de transport
d’eau potable pour le réseau Ampotaka – Tsihombe – Faux cap, qui a vu la présence du Président de la République Andry Rajoelina. 
Ce projet constitue une solution durable aux problèmes d'approvisionnement en eau dans cette partie Sud de Madagascar. Deux Districts, à savoir Beloha Androy et Tsihombe ; six Communes; et 21 Fokontany, sont concernés par ce projet. L'on compte 30 000 bénéficiaires directs qui auront désormais un accès à des points d'eau dans leur village. Par ailleurs, 40 000 autres personnes, résidant dans les quartiers environnants bénéficieront également du service d'eau offert par le pipeline car ils pourront eux aussi s'approvisionner aux réseaux de distribution proches ou aux stations de pompage et d'accumulation qui sont équipés de robinets.  Les travaux se sont faits en deux phases. La première phase consistait à la réactivation des forages par la vérification de la capacité des deux forages existants, la conversion des 5 stations de pompage thermiques en solaire et la construction de deux nouvelles stations de pompage ainsi que d'un nouveau surpresseur, le doublement des conduites sur 50 km, la construction d'une nouvelle extension vers Faux Cap d'une longueur de 40 km portant à 180km de linéaire de pipeline primaire, la construction de 19 réseaux de distribution secondaires, l'ajout d'éléments de régulation du fonctionnement du pipeline adaptés à la conversion à l'énergie solaire, et le traitement de l'eau par chloration.

Publié dans Politique
dimanche, 30 juin 2019

A 2020 !

Le rideau de la célébration du 59ème anniversaire du retour à l’indépendance de Madagasikara est définitivement tombé. Maintenant, place au train-train implacable de la vie quotidienne ! Les tracas quotidiens reprennent leurs... droits. Et ainsi va la vie ! D’aucuns n’ignoraient que cette fois-ci la célébration de la fête nationale du 26 juin, portait un cachet voire un éclat particulier.Sauf pour les esprits tordus, il fallait admettre en toute sincérité et honnêteté qu’on avait assisté, partout à travers l’île, à des jouissances populaires inédites. Le Gouvernement voulut apposer un insigne particulier digne du renouveau. Enfin bref, une ère nouvelle s’installe ! La première et la nouvelle touche apportée concerne l’allure même des festivités : une jouissance populaire. Selon les consignes précises du Chef de l’Etat, la fête nationale du 26 juin 2019 dut revêtir le caractère strictement populaire. Les femmes et les hommes tenants du régime ont mis un terme à une fête nationale bipolaire ou à deux vitesses. En effet, durant les 59 ans de l’indépendance, la tradition voulait que l’Etat organise une fête pour les dirigeants et leurs proches ainsi que les corps diplomatiques et les corps consulaires accrédités à Madagascar et une autre pour le bas peuple. La première n’avait rien à voir avec la seconde ! L’insolente jouissance des « élites » ou des riches faisant courir le Trésor public se tenait au Palais d’Etat et la morbide fête anonyme des masses populaires ou des pauvres sans-abri se passait nulle part ailleurs. Dorénavant, il n’existe plus qu’une fête ou  jouissance, celle destinée à tout le monde.

Publié dans Editorial

Fil infos

  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent
  • Propagation de fausses nouvelles - Le verdict attendu pour jeudi
  • Canal des Pangalanes et Route nationale 5 - Andry Rajoelina supervise le début des grands travaux
  • Représentants de Madagascar à l'extérieur - Les Enarques d'Androhibe priorisés
  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo

La Une

Recherche par date

« June 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Editorial

  • Intouchables ou impénétrables !
    La réelle volonté d’assainir le régime existe-t-elle vraiment ? La détermination du Président Rajoelina Andry de traduire en actes le Velirano (point XI) est-elle concrètement partagée avec toutes les autorités compétentes notamment celles chargées de traquer les auteurs de malversations financières ou autres ? On a la triste impression que la culture de l’impunité dans le « jardin » de la République serait, le conditionnel est de rigueur, encore et toujours florissante. Tout comme la culture du chanvre dans la grande forêt du Nord où les « cultivateurs » n’ont pas de souci à se faire. L’immunité dont bénéficient les hauts responsables ou les parlementaires du pays devient une sorte de bunker impénétrable.

A bout portant

AutoDiff