Depuis le début de cette année, on assiste à un intérêt grandissant et subit des bandits ou des gangs pour les cash-points de la Capitale. En quelques semaines, plusieurs de ces boutiques qui opèrent dans la transaction en mobile-banking ont été la cible des bandits dont une a été victime d’une tentative de braquage et une autre « attaquée » par ses propres employés. Le dernier en date aurait eu lieu cette semaine du côté d’Itaosy. Un regain d’intérêt qui s’explique du fait que les cash-points sont surtout  synonymes d’espèces  brassées  au quotidien.

Les dispositions sécuritaires prises par les compagnies pétrolières et les gérants ont fait détourner les braqueurs des stations-services qui étaient auparavant leurs cibles privilégiés. Les grossistes en marchandises générales eux aussi figuraient  en haut du tableau de chasse des attaques armées dans un passé récent. La vigilance de ces commerçants et les mesures qu’ils ont prises les rendent depuis moins vulnérables. L’inquiétude  a changé de camp et gagne de plus en plus  les gérants et propriétaires de cash- point. Là, l’existence des liquides est plus que sûre et ce quel que soit le montant. Le plus important d’ailleurs pour les assaillants, c’est de faire main basse sur de l’argent sans tenir compte de la somme. Néanmoins, ils sont bien renseignés sur les boutiques à frapper, susceptibles de détenir des espèces « intéressantes » et moins gardées ou même dépourvues d’agent de sécurité. A preuve, les cash-points situés  dans  des centres commerciaux, donc mieux abrités et équipés de systèmes de sécurité modernes, sont inaccessibles pour les braqueurs qui jettent leur dévolu sur ces petits kiosques trop vulnérables du point de vue sécuritaire.

Ce n’est donc pas étonnant qu’on assiste actuellement à une multiplication des assauts contre  ces   cash-points.  Sur le terrain, les faits parlent d’eux-mêmes.  Entre janvier 2020 et mi-février, on a enregistré des cas de hold-up dont l’un fut meurtrier. Les propriétaires de ces points, dont la présence dans des endroits fréquentés est pourtant avantageuse pour les usagers, paraissent de plus en plus désemparés face à la recrudescence des braquages. « J’ai pris la décision de suspendre les activités en attendant de trouver les solutions idoines. Un manque à gagner est mieux qu’une perte sèche en cas d’acte de banditisme », préconise un opérateur sis à Ampefiloha qui compte délaisser son kiosque au bord de la route pour un local mieux sécurisé. C’est le prix à payer afin d’opérer dans la quiétude même si les charges vont certainement augmenter, renchérit un autre gérant de cash- point qui ne trouve aucune alternative que le « déménagement ».

Une association des opérateurs a fini par sortir du silence vendredi dernier en faisant entendre sa voix sur la situation actuelle dans laquelle ses membres se trouvent. Elle a estimé que ses activités font  désormais partie des services publics et lance un appel aux autorités de pencher sur l’insécurité en général dans la Capitale et des cas des opérateurs de mobile-banking en particulier.
Franck R.


Publié dans Société

Actifs depuis quelque temps. Des faux comptes portant le nom de Mialy Rajoelina ainsi que de ses 3 enfants continuent de faire ravage sur le réseau social « Facebook ». Si celui de l’aînée de la famille présidentielle, Arena Rajoelina, a eu du succès depuis l’année dernière, celui du cadet Ilontsoa, celui de la benjamine Andrialy Rajoelina et récemment celui de leur mère Mialy Rajoelina enregistrent des milliers d’abonnés. D’ailleurs, ces comptes « Fake » font régulièrement des publications et postent des photos publiques et privées. Un premier avertissement a été lancé au début de cette année sur le fait que la Première Dame et ses enfants n’ont pas de compte « Facebook » mais sont toutefois actifs sur Instagram. Une annonce sur la page Facebook de l’association Fitia Officiel a confirmé ce fait hier. Dans ce communiqué, pas moins de 10 faux comptes de la famille présidentielle ont été dénoncés.

La présidente fondatrice de l’association Fitia n’a pas manqué de reconnaître l’existence de personnes malveillantes qui prennent et utilisent les photos des autres pour arnaquer. Pour y arriver, ces gens ouvrent des nouveaux comptes en copiant toutes les informations et photos de leurs cibles. L’épouse du Président de la République appelle ainsi à la vigilance de tout un chacun pour ne pas se faire avoir. Créer des comptes « Fake » constitue une forme d’arnaque la plus courante ces derniers temps…
P.R.

Publié dans Société

Il a toujours été précisé que les fonctionnaires de l’Etat au service de l’éducation enregistrés auprès du ministère de l’Education nationale et de l’Enseignement technique et professionnel  (MENETP) bénéficient la somme de 50000 ariary à titre d’indemnité forfaitaire d’enseignement et de résidence, et ce à partir du mois de janvier 2020. A défaut de procédure, cette somme n’a pas encore été versée dans leur solde au mois indiqué mais va être allouée au plus tard cette semaine.  Devant les réactions des bénéficiaires face à ce retard, le ministère de  tutelle a tenu à apporter des explications. Lors d’un point de presse hier à Anosy, Josoa Iasisambatra Rijasoa Andriamanga, numéro Un du MENETP a avancé que des efforts ont été déployés pour que les personnels du ministère jouissent les mêmes droits.  D’après d’autres informations fournies, le ministère en question a fini par traiter tous les documents s’y rapportant. La balle a  déjà été renvoyée au ministère de l’Economie et des Finances. 

Publié dans Société
jeudi, 27 février 2020

Tandem bancal

De qui se moque-t-on ? Un quotidien national titrait à la Une de son journal l’autre fois « TIM et HVM main dans la main contre le régime ». Des losers, indésirables auprès de l’opinion, se donnent la main dit-on. Visiblement, le ridicule ne tue pas. En la salle Ravinala (Carlton) à Anosy, l’ancien parti au pouvoir se donnait rendez-vous ce lundi 24 février pour une « conférence- débat » au cours de laquelle les barons aux cravates bleues dénoncèrent selon leurs propres termes les « dérives du pouvoir ». Des anciens de ceci ou des ex de cela s’étaient ridiculisés à critiquer le régime IEM. Des parlementaires HVM d’Anosikely complétaient le tableau. Les sénateurs Andriamandavy VII et Beranto Alexandre qui, à leurs habitudes, crachaient leur venin contre les dirigeants en place.

Publié dans Editorial

Nouvel objectif. Le plan de redressement de la compagnie aérienne nationale malagasy, « Alefa 2027 » élaboré avec Air Austral n’a pas eu l’effet escompté. En trois ans, aucun changement positif n’a été constaté au niveau d’Air Madagascar. La situation n’a pas vraiment évolué depuis. Le ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie a ainsi établi un plan de « secours » pour remédier à cette situation et rendre effectif le redressement de notre compagnie aérienne. « Cette stratégie se déroule notamment en plusieurs étapes. En premier lieu, nous devons régler dans les plus brefs délais la sortie ou du moins la réduction des parts d’Air Austral dans le capital d’Air Madagascar. Ensuite, nous mettrons en place une nouvelle équipe de direction. Notre compagnie possède de nombreux experts.

Publié dans Economie

Une fâcheuse habitude. Les pluies diluviennes ont, comme à l’accoutumée, mis à mal les infrastructures routières de la Capitale malagasy. A Antananarivo, la Capitale malagasy, plusieurs rues se sont dégradées. Des routes qui ont, pourtant, à de maintes reprises, fait l’objet de réhabilitation, mais qui sont aujourd’hui déjà complètement à refaire. Dans plusieurs endroits, les automobilistes sont de nouveau obligés de rouler en fonction de larges trous qui recouvrent la chaussée. C’est le cas notamment aux 67ha où les routes sont devenues de véritables cauchemars pour les usagers. Chaussée complètement décapée, trous remplis d’eau stagnante et boue, sont visibles sur les chemins de ce quartier.

Publié dans Politique
jeudi, 27 février 2020

LA UNE DU 28 fevrier 2020

Publié dans La Une

Fil infos

  • 29 mars 1947 - Une sobre commémoration au mausolée !
  • Détection rapide du COVID-19 - L’Institut Pasteur va former les biologistes malagasy
  • Lutte contre la propagation du virus - « Toutes donations sont les bienvenues »
  • Coronavirus - Les numéros verts à utiliser à bon escient
  • Mesures de confinement - L’Etat durcit le ton !
  • Pandémie de Covid-19 - Des actes citoyens suspendus
  • Crédit bancaire - Un moratoire établi pour le remboursement
  • Le Président Rajoelina rassure les populations des Régions
  • Coronavirus - Ihanta Randriamandrato souhaite plus de victimes
  • Secteur privé - Les entreprises optent pour le congé obligatoire

Recherche par date

« February 2020 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29  

Editorial

  • A plein régime
    Désormais, la Haute Cour de Justice (HCJ) fonctionne à plein régime. En effet, après la prestation de serment des députés désignés, le mardi 21 janvier 2020, les onze membres de la HCJ sont au grand complet et pourront effectivement entamer leur mission. D'emblée, il s'agit là d'un coup de poker du régime IEM de Rajoelina Andry Nirina. Le pari annoncé de vouloir éradiquer jusqu'à la racine l'impunité entre dans sa phase décisive.  

A bout portant

AutoDiff