Société

Les atrocités s’enchaînent et continuent toujours d’endeuiller  la Capitale. Hier matin, une autre horreur a attendu les passants du côté d’Anosy. Le corps sans vie d’une femme complètement dénudée et âgée d’une trentaine d’années,  gisait sur un angle nord du lac déversoir de ce quartier, précisément dans le périmètre des box des coiffeurs de fortune.
Les élèves délaissent de plus en plus l’éducation physique et sportive (Eps) inclue dans le programme scolaire à Madagascar. Réduisant leur développement intellectuel ainsi que leur capacité d’analyse et de recherche, ce fait se constate lors des pratiques au niveau des établissements.
Spectacle effarant et découverte macabre, samedi vers 6h30 du matin dans une ruelle située en contrebas de la voie principale en pente et en pavés à Antsakaviro. Le corps sans vie et souillé de sang de Gabin Ferdinand (27 ans), de son vivant informaticien, gisait dans un passage peu fréquenté et bordé par quelques habitations privées.
Des localités productives mais quasi isolées. Seules 3 Communes sur les 19 existantes dans le District d’Anjozorobe, Région d’Analamanga, sont accessibles via des « taxis-brousse ». Or, ces véhicules de transport public n’y passent pas souvent. Les 16 autres Communes n’ont aucun moyen de transport digne des passagers. Ceux qui ont les moyens financiers prennent le taxi-moto, tandis que les autres se déplacent soit à pied, soit en charrette ou même en camion. Avec ce dernier moyen de transport, un accident mortel est survenu, rappelons-le, à la fin du mois de janvier dernier avec un bilan de 47 morts et des dizaines…
Le festival Donia a laissé des tonnes d’ordures dans le stade municipal Ambodivoanio. Une semaine après son déroulement à Nosy Be Hell-Ville durant la semaine du 31 mai dernier, de nombreuses personnes se plaignent ainsi des gênes provoquées par la présence de ces déchets.
  L’attention de l’opinion est encore focalisée sur l’enlèvement du fils du propriétaire de l’hôtel Grand Mellis Analakely. La Police nationale, encore en pleine investigation, du moins à ce que l’on a appris hier soir, a jugé inutile de savoir si les proches de la victime auraient porté plainte ou non.
L’attention de l’opinion est encore focalisée sur l’enlèvement du fils du propriétaire de l’hôtel Grand Mellis Analakely. La Police nationale, encore en pleine investigation, du moins à ce que l’on a appris hier soir, a jugé inutile de savoir si les proches de la victime auraient porté plainte ou non. « La Brigade criminelle n’attend personne pour agir ou démarrer l’enquête », apprend-on de ce côté-là.

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff