Société

Pâques - Une fête plus que chrétienne

Publié le lundi, 17 avril 2017
La fête de Pâques est un évènement pilier de la croyance chrétienne. Elle remémore la résurrection du Christ après sa crucifixion. Il est commun chaque année que les temples se remplissent pour les grands évènements comme Noël ainsi que Pâques.
A en voir les statistiques provisoires du bilan des sinistres durant les festivités pascales de cette année, elles risquent de dépasser celles de l’année dernière. En effet, au moins 7 personnes ont trouvé la mort depuis le début du week-end pascal. Effets de l’alcool, actes de banditisme et accidents de la circulation ont été les principales causes de ces décès qui ont assombri certainement la famille respective des victimes. De ce nombre croissant des morts, trois cas ont été causés par l’alcool.
Des sans-abris. Les enfants en comptent plusieurs. Actuellement, ils ont recours à la mendicité aux alentours des arrêts de bus à Antananarivo, notamment aux 67ha, à Ankorondrano et Ampefiloha. Le bus ne s’arrête même pas qu’ils sont déjà regroupés autour du véhicule.
Après s’être caché à Madagascar et recherché depuis longtemps, Will Townsend, un trafiquant de drogue mauricien a été extradé vers son pays. Tôt hier matin, il a dû alors quitter la Grande île pour rejoindre l’île Maurice où il était attendu par le service anti-drogue de Port-Louis. Cependant, nos confrères sur place ont affirmé qu’il n’a pas été confirmé que le trafiquant avait débarqué ou non dans l’île sœur, hier matin.  Ce qui était sûr, c’est qu’il n’a pas été encore auditionné durant cette même matinée.
Au plus grand bonheur des papilles. Actuellement, il n’y a pas de fête de Pâques sans chocolat. Il s’agit d’une occasion de profiter du goût des chocolats. Ils sont représentés sous différentes formes notamment par un œuf, des lapins mais également par des cloches.
La demande surpasse l’offre. Les coopératives de transport régional et national tirent profit des vacances de Pâques, comme durant les autres périodes festives. Toamasina, Mahajanga et maintenant Antsirabe constituent les destinations phares en ce moment. « Les chauffeurs n’ont pas le temps de se reposer. A peine arrivés à la gare routière après des heures de voyage, ils doivent déjà repartir pour le même trajet », fait part Simon R., responsable au sein d’une coopérative de la zone nationale implantée à la gare routière d’Ambodivona, reliant Antananarivo de la partie Nord et Ouest de l’île.

Transport - Les taxis-ville en grève !

Publié le mercredi, 12 avril 2017
Non à la nouvelle lanterne. Les taxis ont défilé hier d’Antsonjombe jusqu’à l’Hôtel de Ville, Analakely. N’acceptant pas le changement de lanterne, les taxis-ville ont tenu, comme prévu, une manifestation. Les conditions de son obtention, qui ne sont pas claires, et sa soi-disant gratuité, constituent l’objet de cette grève.  « Le maire et son équipe focalisent leur travail dans des projets de marketing qui leur sont bénéfiques, mais non dans des projets de développement communautaire », explique un chauffeur de taxi.

Fil infos

  • Alain Ramaroson - Quel avenir politique pour lui 
  • Claudine Razaimamonjy - De nouveau devant la barre hier
  • Découverte de crânes humains à Toamasina - Les affirmations de la domestique s’avèrent fausses
  • Calendrier scolaire - Dérapage incontrôlé de la Société civile
  • Naufrage du cargo Viviano - Les passagers sains et saufs, les marchandises totalement perdues
  • Restriction budgétaire - Le Premier ministre recadre les sénateurs
  • Représentations extérieures de Madagascar - 18 postes d'ambassadeur, trois représentants permanents, trois consulats généraux  à pourvoir
  • Tagnamaro - Une belle économie pour la caisse publique
  • Politique Générale de l’Etat - Un milliard d’ariary pour chaque région
  • SPAT Toamasina - Le DG victime de dénigrements

La Une

Editorial

  • Ntsay, le maestro !
     Au fil des jours, des semaines et mois, Ntsay Christian se confirme de façon incontestée à son poste. Qui aurait cru que cet ancien haut fonctionnaire du Bureau international du Travail (BIT)  en poste à Antananarivo serait encore là où il est, au palais de la Primature à Mahazoarivo. Nommé le 4 juin 2018 en tant que Premier ministre de « consensus », ce natif du grand Nord, 58 ans révolus, à la surprise générale, maîtrise les arcanes de l’Administration. Normalement, prévu pour ne durer que le temps d’organiser l’élection présidentielle anticipée, Ntsay y reste toujours un an et deux mois après et contre toute attente son aura augmente imperturbablement en envergure. Le mouvement des « 73 députés pour le changement » en avril 2018 porta un coup fatal pour le régime HVM de Rajaonarimampianina Hery. Trop habitués à … taper contre tout mouvement de contestation, Rajao et ses acolytes commirent l’irréparable ce jour…

A bout portant

AutoDiff