Société

Le procès de l’affaire Soamahamanina s’est déroulé hier, au Tribunal d’Anosy. Les cinq personnes incriminées dont Robson Pierre, Tsihoarana Andrianony et consorts ont donc comparu devant le juge pour répondre de leurs actes et pour au moins trois chefs d’inculpation. Dans le premier, ils sont poursuivis pour manifestation non autorisée.
Une malade ou pire encore ? Une femme de 70 ans à l’intention suspecte,  voire malveillante a été arrêtée et sera bientôt présentée devant le Parquet. Motif : elle s’est infiltrée clandestinement dans le Centre hospitalier de Soavinandriana (Cenhosoa), la nuit du 29 octobre. Après s’être vêtue de l’uniforme réservé au personnel soignant qu’elle a volé dans le vestiaire, elle a rôdé dans le secteur du service de la gynécologie obstétrique situé au deuxième étage du bâtiment.
Une heure d’électricité et d’eau potable par jour. Les habitants de Sambava sont quasiment à sec et vivent dans le noir à cause de ce problème persistant d’approvisionnement en eau et électricité. « L’électricité a été coupée vers 23h mardi dernier avant que l’approvisionnement reprenne vers 9h 30, mercredi. Une coupure a été enregistrée depuis 11h 30 jusqu’à maintenant », témoigne notre source, joint au téléphone hier à 19h 30. Cette situation impacte gravement sur le quotidien de la population, surtout sur leurs activités génératrices de revenus.
Plus vulnérables aux accidents de circulation. Madagascar enregistre 10 élèves par jour victimes d’accidents de la route, selon le rapport du directeur de cabinet auprès du ministère de l’Education nationale (Men), Anatole Ralison. « Un élève de Morondava a été touché par une balle perdue, il y a 2 ans, alors qu’il était en route pour rejoindre son école », illustre ce responsable.
Le directeur d’un établissement scolaire public de Tsiroanomandidy a dû se présenter devant le Parquet du tribunal pour différents motifs : détournement d’une somme de plus de 5,5 millions d’ariary et de matériels d’une valeur estimée à 4,6 millions d’ariary. Des irrégularités qui lui ont  d’ailleurs valu son éviction de son poste. La décision du limogeage et de son remplacement émanerait du ministère de l’Education nationale et de la Direction régionale de l’éducation nationale (Dren) de Bongolava.
Un problème persistant. Bon nombre d’écoles catholiques localisées dans les zones enclavées, à l’exemple de celles dans la Direction diocésaine (Didec) de Fianarantsoa, ont du mal à survivre. En fait, la plupart des parents d’élèves n’arrivent pas à payer régulièrement les écolages servant notamment à régler les salaires des enseignants, à cause de la pauvreté.
« Avec mon handicap physique, je ne peux me déplacer qu’avec l’aide de béquilles ou d’un fauteuil roulant. Le prix de ce dernier reste pourtant hors de mon budget puisqu’il s’élève entre 500 000 à 1 million d’ariary, selon sa qualité. Comme la plupart des handicapés, je m’appuie sur les donations pour en avoir », témoigne Fanja Baoharivelonjanahary, une personne en situation de handicap (Psh) résidant à Antsirabe.

Fil infos

  • Violence basée sur le genre - Mialy Rajoelina prête à organiser une conférence internationale à Madagascar
  • Gestion de la Capitale - L'immobilisme de Lalao Ravalomanana agace
  • Président de la République  à Antsiranana - « Les travaux du « velirano » commenceront dans un mois »
  • Braquage chez Accès Banque - Coup de filet sur les présumés auteurs principaux
  • Industrie sucrière de Brickaville - Andry Rajoelina siffle la fin des conflits
  • « Fihariana » - Trois projets financés 
  • Immigration clandestine - Une dizaine d’Africains débusqués dans la forêt du Nord
  • Projet « Fihariana » - Un self-made-man, Andry Rajoelina se soucie des jeunes
  • Guy Maxime Ralaiseheno - « Un changement se base sur une pratique politique saine de tous »
  • Vente de la Résidence de Madagascar à New-York - La sulfureuse affaire refait surface

Editorial

  • Le bon choix !
    A quelques encablures de la date fatidique du 27 mai, il faut mettre le paquet. Le régime IEM doit concentrer tous les efforts pour que le pays ne rate pas le coche. Un tournant décisif pour tous les Malagasy et une étape cruciale pour les tenants du pouvoir ! Tout dépend du choix intime de chacun dans le secret de l'isoloir. Cette fois encore, le verdict des urnes impactera sur l'avenir des 25 millions de Malagasy. En effet, un bon choix dans les urnes comblera le pays de la sérénité et de la prospérité.  

A bout portant

AutoDiff