Publié dans Culture

Troupe «  Bakomanga » - Mariette Rasoarinala n’est plus

Publié le jeudi, 02 juillet 2020

Le monde de la musique est en deuil. La rage de la mort a encore une fois frappée, et cette fois-ci, elle a touché une grande figure de la musique malagasy. Mariette Rasoarinala, connue sous le nom de scène " Bakomanga ", portant d'ailleurs le nom de sa propre troupe folklorique est décédée, hier, à l’âge de 67 ans. Selon une source familiale, elle a été victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC). Bakomanga se distinguait par sa voix dotée d'une grande dose de trémolo mais surtout de douceur avec bien sûr une touche de zozotement quand elle chante.

Cette grande figure du Vakodrazana Malagasy a contribué à populariser la musique malagasy à l'instar de ce genre musical,  à travers le monde. Mariette Rasoarinala est née en 1953. Elle a baigné dans la musique depuis sa tendre enfance. Elle chante, danse et anime aussi bien les bals populaires que les cérémonies de mariage. C’est en 1964 qu’elle a intégré le groupe Ramafadrahona en tant que chanteuse et danseuse. Puis, elle a créé la troupe «  Bakomanga » en 1996.

Bien qu’elle fasse partie des artistes qui ont rayonné et ayant commencé leur carrière musicale des années 60, aucune des générations qui se sont succédé ne l’a pas connu à travers ses morceaux «  Bakomanga », «  Raozy Maria » ou encore dernièrement la reprise de "Dia ilay fitia". Ces chansons sont même toujours chantées dans les karaokés et il ne se passe aucune fête, de mariage ou autres, sans que ces tubes de toujours ne passent. Avec sa voix suave et ses « latsi-tanana »,  elle a séduit plus d'un et non seulement dans les hauts plateaux, mais dans le monde entier. Bakomanga a déjà porté haut le flambeau de Madagascar dans différentes pays comme le Japon, l’Algérie et la France. En juin 2014, sa troupe a même représenté la Grande île à travers le Vakodrazana, ce patrimoine vivant perpétuant à la fois un répertoire de danses de nos Régions accompagné des tenues et autres caractéristiques témoignant de la particularité des danses traditionnelles régionales de Madagascar au festival intitulé " Dance Africa" qui s’est tenu à New York.

Ce qui a choqué plus les fans était que ces derniers l'ont encore vu sourire et resplendissante dans le dernier clip «  Stopeo ny Corona » rassemblant une vingtaine d’artistes concernant la sensibilisation de la population face aux dangers du  coronavirus. Plusieurs hommages ont donc été rendus notamment sur les réseaux sociaux, par les artistes mais également par les milliers de fans à Madagascar ou à l'étranger. «Elle laisse un héritage immense pour la culture, trop vaste pour qu’on puisse tout citer», a dit son fils et « elle a aussi beaucoup fait pour la culture dans son pays mais surtout, elle a valorisé la musique malagasy en la faisant connaître à travers le monde». En tout cas, on se souviendra d'elle comme une femme stylée, amusante mais surtout aimable avec un caractère de mère et de leader de groupe. Sérieuse dans son domaine de travail c'est-à-dire la musique, un monde où elle excelle depuis une décennie, sa famille et surtout ses proches auront toujours le souvenir d'elle d’une grande femme avec un grand cœur. La musique était tout pour elle. Elle laissera donc un grand vide dans le milieu de la musique mais surtout du Vakodrazana. Heureusement que ces descendants sont déjà là pour porter de nouveau le flambeau. L'équipe de la rédaction de la Vérité présente ses sincères condoléances à ses familles et proches.

 Recueillis par Anatra  R.

Fil infos

  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire
  • Lutte contre la Covid-19  - L’Etat d’urgence reprend, le confinement en suspens
  • Covid-19 - Madagascar choisit deux vaccins

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cause nationale
    En 1959, le tout jeune Gouvernement malagasy dut faire face à une grave inondation qui sévit presque dans toute l’île, notamment à Antananarivo et environs. Dans la Capitale, Ikopa déverse ses eaux sur tous les bas-quartiers. Betsimitatatra et ses rizières immergées ! Le Gouvernement de feu Philibert Tsiranana déclare Antananarivo en « zone sinistrée » et « l’état d’urgence nationale » est décrété. Pour affronter ce sinistre national sans précédent, le Gouvernement malagasy fait appel à la contribution de tous étant donné qu’il s’agit d’une cause nationale. On se rappelle du « Fitia tsy mba hetra » par le moyen duquel chaque concitoyen est convié à participer. A noter que les caprices (les crues) de l’Ikopa et de Sisaony créaient depuis la nuit des temps des problèmes à tous les gouvernants. Les souverains et leurs sujets d’Andrianjaka à Andriamasinavalona et surtout Andrianampoinimerina durent rivaliser d’ingéniosité pour construire des digues afin…

A bout portant

AutoDiff