Publié dans Culture

Exposition - TangalaMamy et Henitsoa Rafalia alertent chacun avec « Maina »

Publié le mercredi, 15 juin 2022


Une manifestation qui devra attirer les bons curieux de la Capitale. Et oui, les expositions se suivent mais ne se ressemblent pas à l’Institut Français de Madagascar(IFM) sis à Analakely. Après l’exposition « Escape, voyage au cœur des cultures », les murs du local de l’IFM abritent depuis le 9 juin dernier une autre œuvre un peu plus particulière. Baptisée « Maina » traduite dans la langue de Molière « Sec », cette exposition élaborée par TanagalaMamy et Henitsoa Rafalia proposait au grand public les méfaits de la destruction de l’environnement. Ensemble, ils nous livrent leur regard à la fois artistique et journalistique sur les effets du changement climatique dans le Sud de Madagascar. Ainsi pas moins de trente-six œuvres ont été réunies à l’occasion de cette grande exposition. Les clichés sont destinés à confronter le public et éveiller la conscience collective sur les problématiques majeures liant les droits humains et l'environnement. Les deux exposants présentent, entre autres, des photos des rivières asséchées, des arbres dénudés, des terres arides, des enclos à zébus vides, des « raketa » (cactus), censés s’adapter au climat du Sud, peinent à pousser. Mais également celles d’une population affamée, un pays en danger. « Maina » (Sec), c’est donc une trentaine de photographies qui montrent l’urgence climatique à laquelle font face les populations du Sud de Madagascar. Concernant les deux exposants, TangalaMamy est ingénieur agronome et photojournaliste. Il aime immortaliser la beauté des paysages de Madagascar mais c’est un tout autre visage de la Grande île qu’il décrit à travers cette exposition. Quant à Henitsoa Rafalia, il est dans le métier de photojournaliste et correspondant de la presse internationale qui se consacre à des reportages de société et travaille sur l’actualité. Si jamais vous avez la chance de passer du côté de l’Avenue de l’Indépendance à Analakely dans les prochains jours à venir, il ne vous reste plus qu’à aller faire un tour du côté de l’Institut Français à Madagascar pour vous faire votre propre avis. A rappeler que L'exposition se tient jusqu'au 2 juillet.
Sitraka Rakotobe

Fil infos

  • Élection - L’Antoko Hiaraka Isika recadre l’Opposition
  • Gestion des risques et des catastrophes - Un centre national pour gérer les réponses d'urgence
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés d’Ankaboka et de Marovoay - « Nous allons nous entraider »
  • Jean-Claude de l'Estrac - « Madagascar était l'eldorado de l'océan Indien… »
  •  Velirano présidentiel - Le projet « Téléphérique » va bon train !
  • Economie bleue - Maroc apprend de Madagascar
  • Lutte anti-corruption - « Madagascar a fait un bond de 16 places depuis 2019 »
  • Vakinankaratra - Le voyage en immersion pour relancer le tourisme
  • Îles Eparses  - Le SECES écarte toute idée de cogestion 
  • Mobile money - Les systèmes d’arnaque se diversifient

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • De la haute trahison !
    Ketakandriana Rafitoson remet de fait en cause l’appartenance des Iles Eparses dans le giron de la République Malagasy. En effet, la directrice pays de l’ONG Transparency International Initiative Madagakasikara (IT-IM) fustige la cause nationale. Elle défend ouvertement la position de la France selon laquelle ces petites îles font partie intégrante du territoire français. La directrice pays de l’IT – IM, au cours d’une interview accordée au quotidien français « Le Monde », à l’entame de l’année nouvelle 2023, portant sur plusieurs sujets touchant les relations entre les deux pays, Madagasikara et la France, émit un avis pour le moins controversé concernant la revendication des Malagasy en vue de la restitution des îles Eparses au sein du territoire de la République Malagasy. Ketakandriana Rafitoson prend le contre-pied de Madagascar « je m’interroge sur les liens qui nous unit à ces îles. Ce sont des terres inconnues par nous auxquelles nous ne…

A bout portant

AutoDiff