Publié dans Dossier

Antso Bommartin - « Etre influenceuse sur les réseaux sociaux paie ! »

Publié le dimanche, 11 octobre 2020

281 000. Un nombre de vues record pour Antso Bommartin, une jeune femme considérée comme l'un des pionniers du monde des influenceurs à Madagascar. Ce record a été atteint par une vidéo la montrant maquiller son mari, Yves Bommartin. Mais ceci n’est pas sa seule production à avoir fait le buzz sur les réseaux sociaux. Sa reprise, en version malagasy, de la célèbre chanson « Anissa » de Wejdene, une chanteuse française de RnB, au mois de juillet dernier, a également ravi les internautes. Plusieurs abonnés ont notamment visualisé la vidéo à maintes reprises pour réécouter les paroles traduites par l’influenceuse. Ses abonnés, aux alentours de 92 000 actuellement, l’apprécient surtout pour son sens de l’humour et sa franchise.

Elle exprime tout haut ce que les gens pensent tout bas. C’est pourquoi, de son point de vue, elle enregistre autant de succès. Depuis près d’un an et demi, le métier d'influenceur ou de créateur de contenus, comme elle préfère l’appeler, est devenu pour Antso Bommartin un travail à temps plein. Elle publie ainsi quotidiennement des statuts et vidéos sur des plateformes en ligne, à savoir Facebook et YouTube. Mais comme tout travail, être influenceur demande également de l’organisation et du savoir-faire, mais surtout de la créativité. A travers cette interview exclusive, elle nous dévoile les coulisses du métier d’influenceur à Madagascar.

La Vérité (+) : Comment se sont déroulés vos débuts dans le monde des influenceurs ?

Antso Bommartin (-) : Cela fait quatre ans que je suis influenceuse. En 2016, j’ai publié ma première vidéo. C’était un monologue assez basique, sans aucun montage, vu que je n’avais pas encore les moyens pour investir dans des matériels de qualité. Donc, j’ai utilisé mon téléphone. Cependant, ma vidéo a quand même fait le buzz avec 6 000 vues (C’était énorme en ce temps-là !). Mais cela fait un an et demi, ou presque que j’ai décidé d’en faire une source de revenus à part entière, en plus de notre service-traiteur Fête par Fête by Bommartin bien évidemment. A partir de là, j’ai investi dans une caméra professionnelle et j’ai travaillé mon montage. Sur ce point-là, je m’y connaissais d'autant plus que j’ai déjà travaillé durant un an chez RTA, entre 2010 et 2011. Aujourd’hui, j’essaie de sortir une vidéo par semaine.

(+) : Qu’est-ce qui vous a motivé à en faire un « métier »?

(-) : J’adore parler, discuter et animer. Dès mon plus jeune âge, j’étais en admiration devant Lilly, Christian et Rija Tahiana, des animateurs réputés de l’époque. Et je voulais en faire mon métier. Tout le monde disait que pour devenir animateur, il fallait faire un parcours de journalisme (Ce qui n’est pas toujours obligatoire, soit dit en passant !). Au fil du temps, j’ai découvert qu’il est aussi possible de faire des animations sur d’autres plateformes, et pas seulement à la télévision. Donc, je me suis lancée dans la production de vidéos. D’un autre côté, ce choix est aussi une revanche pour moi. Depuis que j'étais toute petite, mon entourage m’a toujours critiquée parce que pour eux, je suis trop bavarde. Selon les normes sociales à Madagascar, une fille doit être calme et silencieuse. (Donc, j’étais hors normes). Au fil du temps, ils m'ont donc contrainte à changer de personnalité. Mais en devenant influenceuse, j’ai pu démontrer que l'on peut tout faire en ayant du caractère et une pesonnalité. Il suffit juste d’en faire sa force, et ne pas se limiter aux normes imposées par la société.

(+) : Le métier de créateur de contenus rapporte-t-il ?

(-) : Sincèrement, même si nous n’avons pas eu notre service-traiteur, nous aurions pu « bien vivre ». Malgré les clichés, oui, il est désormais possible de gagner sa vie grâce aux réseaux sociaux à Madagascar. Certaines personnes affirment qu’être populaire sur Facebook, c’est comme être riche au Monopoly. Or, c'est une idée complètement fausse. Ces gens sont complètement à côté de la plaque (Je ne sais pas si ces gens ont bien réfléchi avant d’émettre ce genre de remarque). Pour ma part, je travaille aujourd’hui avec beaucoup de marques issues de secteurs très diversifiés. En tant que créateurs de contenus, nous vendons surtout les vues et les réactions. En fait, nous sommes comme les chanteurs, les artistes mais aussi les sportifs, et toux ceux qui bossent dans le domaine de l’influence. Il faut juste beaucoup de créativité pour que les abonnés soient plus réceptifs.

(+) : Quels sont les principaux inconvénients rencontrés dans le métier ?

(-) : Notre principal souci aujourd’hui est sur le plan administratif. Etant donné que ce genre d'activité est encore très récente à Madagascar, les influenceurs n’ont encore ni de statut précis ni de cadre réglementaire. Donc, nous pataugeons un peu. En tout cas, une agence est déjà mise en place pour faire le lien entre les marques et les influenceurs. Et c’est déjà un grand pas! L'un des problèmes que j’ai également vécu au cours des dernières années réside dans le fait que les paparazzis qui surveillent vos moindres faits et gestes existent aussi dans le pays. Au début, je ne voulais pas y croire mais après, quelqu’un a clashé mon style vestimentaire de la tête au pied. J’ai même retrouvé des « mêmes » de mes photos sur la toile. Une fois, j’ai juste posté une photo, et certaines personnes l’ont passée à la loupe pour trouver de quoi me critiquer. Au départ, j’étais sensible à tout cela. Ma créativité en a même été affectée. Mon audience a particulièrement chuté en cette période. Puis, je me suis ressaisie, et je ne prend plus trop au sérieux les remarques. Je fais quand même attention à ce que je poste. Tu peux dire les mêmes choses mais les spectateurs les verront différemment si tu publies un statut ou une vidéo.  

(+ ) : Qu’en est-il des avantages?

(-) : Les avantages contrebalancent les inconvénients, et de loin. Les gens te reconnaissent plus. Les opportunités se multiplient, en même temps que les relations. On t’écoute davantage. On te fait facilement confiance. On t’invite à différents événements. Des personnes décident même de faire appel à nous juste parce que nous sommes les Bommartin, et ce, sans demander de dégustation. Même Aina Nomenjanahary, joueur des Barea, me connaît aujourd’hui (C’est trop bien !). Et je ne vous parle pas des trucs gratuits que nous recevons. Je l'avoue : mon mari était sceptique au début. Mais au fur et à mesure que le temps passait, il a fini par être convaincu par rapport aux nombreux avantages de ce métier. Dans tous les cas, il faut savoir que je suis comme tout le monde, je suis comme toutes ces personnes qui font des vidéos et partagent leur vie sur les réseaux sociaux.

Propos recueillis par Rova Randria

Fil infos

  • Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo - « Paul Rafanoharana n’a jamais été conseiller du Président de la HAT »
  • Menaces intérieures et extérieures - Les Forces armées derrière le Président
  • Ralaialitiana Andrianarisoa, témoin d’histoire - « La mise en cause des intérêts économiques de sociétés étrangères entraîne à chaque fois la déstabilisation du régime »
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - « Un tel projet va à l’encontre des valeurs malagasy »
  • Cardinal Tsarahazana Désiré à Iavoloha - « Les catholiques s’opposent à la violence et l’attentat à la vie »
  • Kidnapping à Anjozorobe - Un suspect échappe de la protection des Forces et meurt lynché
  • Présidents en exercice à Madagascar - Au moins quatre attentats manqués depuis 1975
  • Conjoncture - Une inflation à surveiller de très près !
  • Tentative d'élimination physique du Président - 11 gendarmes dont 4 GSIS et deux généraux auditionnés
  • Mobilisation pour le Sud - Vers la capitalisation des ressources en eau
Pub droite 1

Editorial

  • Trop de princes !
    Que la triste et choquante tentative d’élimination physique de la personne du Chef de l’Etat ne nous voile pas les réalités toujours compliquées et encore difficiles vécues par les concitoyens. Qu’il nous soit permis de dresser sans état d’âme, ni complaisance ou détours le tableau qui met en relief la vie nationale vue surtout sous l’angle du train de vie des « Mpitondra Fanjakana ». Et qu’il nous soit admis également de rappeler, en toute humilité et en toute franchise, les consignes decelui à qui le peuple a confié son pouvoir et son avenir.La population vit dans une ambiance des plus tordues. Les effets délétères de la pandémie corsent tous les secteurs des activités économiques dont le tourisme qui littéralement s’agenouille. Les opérateurs attirent sérieusement l’attention des décideurs que leurs chiffres d’affaires ont baissé d’au moins 56 %. Le nombre des sans-emplois gonflent. Le coût de la vie, de son…

A bout portant

AutoDiff