Publié dans Economie

Espèces menacées à Madagascar - Les lémuriens comme principaux concernés

Publié le dimanche, 17 mai 2020

L’emblème de la Grande île risque de disparaître. A l’occasion de la Journée des espèces menancées, célébrée le troisième vendredi du mois de mai, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a rapporté que « 1 865 espèces de Madagascar sont menacées, et les lémuriens sont les principaux concernés actuellement ». Ces petits singes sont aujourd’hui en grand danger. Les pressions qu’ils subissent sont encore importantes. « Mais la principale origine de cette menace reste la destruction de leur habitat naturel. Entre la coupe illicite, les feux de brousse et la carbonisation, sans oublier le braconnage, ces animaux ne savent plus où se réfugier.

Les exploitants des ressources forestières ne sont jamais satisfaits. Ils en veulent toujours plus. Après avoir détruit la quasi-totalité des forêts du pays, ils s’attaquent désormais aux réserves protégées. Malheureusement, une fois que ces réserves seront toutes dévastées, les lémuriens disparaîtront avec elles, et pour toujours. Et surtout, il faut savoir que la grande majorité des lémuriens ne se trouvent qu’à Madagascar », se désole un défenseur de l’environnement. 

Très sensibles, les lémuriens risquent également de ne pas supporter la hausse des températures, générée par le changement climatique. Pourtant, cette dégradation de l’environnement du pays contribue considérablement à la recrudescence du réchauffement climatique. Un appel de détresse a même été lancé depuis l’année dernière comme quoi : « près de 90 % des lémuriens présents dans le pays risqueront de disparaître si la température continue d’augmenter d’ici les prochaines années ». Face à tout cela, il ne faut pas s’étonner que ces animaux se retrouvent aujourd’hui dans la liste rouge des espèces menacées, établie par l’UICN. 

Impacts économiques 

Pourtant, les impacts de la disparition de cette espèce ne se limiteront pas seulement au domaine de l’environnement. L’économie sera aussi touchée, plus particulièrement le secteur touristique. « Ces animaux jouent un rôle important dans la reproduction de plusieurs types d’espèces végétales, mais aussi dans l’attraction des touristes. Plusieurs personnes traversent effectivement des continents pour voir de près des lémuriens dans leur habitat naturel. Les lémuriens restent une espèce exceptionnelle que tout le monde rêve de rencontrer un jour, surtout que nous en avons près de 102 espèces et sous-espèces », soutient un guide touristique. Les revenus de plusieurs réserves écotouristiques seront alors considérablement réduits si leur principal attrait venait à s’éteindre. 

En tout cas, avec le programme de reforestation du pays mis en œuvre par le ministère de l’Environnement et du Développement durable, cette menace pourrait s’alléger. Toutefois, pour avoir plus d’impacts, cette reforestation devra s’accompagner de mesures de conservation et de préservation des ressources forestières, comme la politique de « tolérance zéro » appliquée par le ministère pour toutes formes de destruction des forêts et de la biodiversité, de même que la contribution de tous les citoyens du pays. 

Rova Randria

Fil infos

  • Maharante Jean de Dieu - Un présumé auteur de détournement accueilli comme un VIP
  • Massacre à Iabohazo-Farafangana - Le chef de bande éliminé
  • Tanamasoandro-Tsimahabeomby - L’abattoir aux normes inauguré
  • Circulation dans la Capitale - 16 cas d’accidents mortels en un mois
  • Série de kidnappings - L’Alaotra-Mangoro toujours sur le qui-vive
  • Développement local - Descente du Premier ministre dans l’Atsimo-Atsinanana
  • 3e décennie du développement de l’industrie en Afrique - Le Président Rajoelina adoubé par l’ONUDI
  • Massacre à Farafangana  - 7 enfants tués à coups de couteau
  • Massacre à Ankazobe - Elimination d’un présumé meurtrier dangereux
  • Projet « cuisson propre et reboisement » - Andry Rajoelina et Abdulhamid Alkhaifa sur la même longueur d’onde

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Paradis des faux prophètes !
    La Grande île serait-elle l’endroit idéal pour l’épanouissement des activités des charlatans religieux ? En réalité, l’Afrique francophone et anglophone confondue est le dépotoir des faux prophètes !Un confrère titrait un jour son Edito « Les faux prophètes pullulent dans les rues ». Effectivement, le pays grouille d’escrocs qui s’autoproclament pasteurs et qui s’enrichissent sur le dos pauvres gens. Ce jeune vendeur d’appareils de sonorisation d’occasion dans les Arcades, au début des années 90, qui devient par magie pasteur. Trente ans après, il se trouve à la tête d’une puissante église nommée « Apokalypsy ». Mailhol André Christian Dieudonné, car il s’agit de lui, membre d’un nébuleux groupe « Eksodosy », ex- fidèle de l’église adventiste qui, par la suite, se dit prophète continue d’embobiner des milliers de fidèles malgré le ratage de sa prophétie annonçant qu’il sera Président de la République, selon la volonté divine, en 2013. Sa communauté…

A bout portant

AutoDiff