Publié dans Economie

Carburants - Les importations en baisse de 38 %

Publié le lundi, 01 juin 2020

Après la baisse de la consommation, place à celle des importations. Ces baisses font notamment partie des effets de la pandémie de coronavirus sur l’économie de Madagascar. La mise en place des mesures de confinement total dans le pays, plus particulièrement dans les deux grandes villes - à savoir Antananarivo et Toamasina, a notamment eu de grande répercussion sur la consommation en produits pétroliers. D’après Olivier Jean Baptiste, directeur général de l’Office Malgache des Hydrocarbures (OMH), cette consommation a été réduite de moitié.

« Au mois d’avril, tous les opérateurs dans le domaine des transports comme les bus et les taxis n’ont plus fonctionné, générant une baisse conséquente de la consommation. Ce n’est qu’à partir du mois de mai que leurs activités ont timidement repris. Face à cette situation, les compagnies pétrolières ont alors dû revoir leur calcul concernant le volume d’importation, pour que cette dernier s’adapte aux stocks de carburants encore en notre possession », a-t-il souligné. Pour le mois de mai dernier, les compagies pétrolières ont ainsi importé 38 % de moins de carburants, tous produits confondus, par rapport à l’année dernière sur la même période. Dans les détails, l’importation de supercarburant a diminué de 34 %, celle du gasoil de 39 % et celle de fuel lourd de 14 %. Seul le volume d’importation du pétrole lampant a augmenté de 23 %.

Pour la Grande île, l’importation de carburants se fait un mois à l’avance. C’est pourquoi cette révision du volume d’importation n’a pas pu se faire au mois d’avril en même temps que la baisse de la consommation. Toutefois, la continuité de cette tendance dépendra surtout de l’évolution de la situation actuelle. « Tout dépendra en effet de l’évolution des mesures prises par les autorités pour endiguer cette pandémie de coronavirus. Dans tous les cas, les opérateurs savent ce qu’ils font, plus particulièrement les calculs à faire dans ce genre de situation, pour maintenir ainsi des stocks amplement suffisants pour satisfaire les besoins du pays »,  a soutenu le DG de l’OMH.

Face à cette situation, les compagnies pétrolières à Madagascar se trouvent en grande difficulté, de même que leurs confrères dans les quatre coins du monde. Avec la crise sanitaire, c’est tout le secteur pétrolier qui est en souffrance. « Cependant, nous faisons le maximum pour nous maintenir à flots. Nous restons convaincus que ce secteur résistera malgré cette crise sanitaire mondiale. Pour l’instant, notre priorité est de préserver nos collaborateurs en évitant tout chômage ou autres », a défendu Mondher Bouhouche, directeur général de Vivo Energy Madagascar.

En tout cas, jusque-là, les prix affichés dans les stations-services demeurent les mêmes.

Rova Randria

Fil infos

  • Rapatriement des Malagasy - Priorité aux personnes vulnérables
  • Covid-19 à Madagascar - 9.000 contaminés guéris en un mois
  • Site de la MBS à Anosipatrana - La CUA veut reprendre son bien
  • Etat d’urgence sanitaire - Allègement du confinement à Analamanga - Rapatriement des Malagasy bloqués à l’étranger - Ouverture conditionnée de Nosy Be au tourisme international - Plan social pour les employés du secteur privé
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Le Président réceptionne la première livraison à Ivato
  • Collectif des opposants - Un mouvement mort-né !
  • Coronavirus - Le Président met l’accent sur l’objectif « zéro décès »
  • La presse en deuil - Décès de Salomon Ravelontsalama
  • Lutte contre la Covid-19 - Quid du sens de la responsabilité citoyenne ?
  • Nouvelle organisation pour le « Vatsy Tsinjo » - Du porte-à-porte pour renouveler la liste des bénéficiaires

La Une

Editorial

  • FDS sur la pente raide !
    Dérapages. Débordements. Dérives. Bavures. Et puis quoi encore ! Les mots manquent pour décrire les mésaventures et souvent meurtrières des éléments de la Force de défense et de la sécurité (FDS) du pays. Des actes totalement indignes des valeurs morales et diamétralement opposés à l'éthique que l'Armée et la Police nationale entendent véhiculer.

A bout portant

AutoDiff