Publié dans Economie

Impacts économiques du coronavirus - Une baisse généralisée du chiffre d’affaires des entreprises

Publié le vendredi, 05 juin 2020

Cette crise sanitaire a considérablement nuit aux entreprises existantes à Madagascar. Afin d’évaluer ces répercussions, la Cellule de veille économique et stratégique de l’Organisme Economic Development Board of Madagascar (EDBM) a mené une enquête auprès des entreprises du pays, tout secteur confondu. Cette enquête a ainsi permis de quantifier les impacts de la pandémie de coronavirus sur les activités économiques. A l’issue de cette investigation, l’EDBM déterminera notamment les actions qu’il devra entreprendre, que ce soit en termes d’analyse, de planification ou encore de facilitation afin de soutenir au mieux le secteur privé pendant et après la crise.

« Les différentes questions posées aux entrepreneurs enquêtés ont permis de constater une baisse généralisée du chiffre d’affaires. Près de 91 % d’entre eux ont en effet assuré que leurs chiffres d’affaires ont particulièrement chuté au cours du premier trimestre 2020, et ce, en comparaison avec les résultats de l’année dernière. De plus, ils estiment une perte financière de 25 % sur une base trimestrielle », a déclaré Andry Tiana Ravalomanda, directeur général de l’EDBM.

Pour pouvoir définir ces chiffres, le questionnaire élaboré par l’EDBM se concentre notamment sur les mesures prises par les entreprises en termes de ressources humaines mais également de recours financiers. Il demande également une estimation sur les pertes, les taux d’annulation, le taux prévisionnel du chiffre d’affaires ainsi que de la reprise des activités. Dans tous les cas, l’enquête a pris en compte les réponses des entreprises de toutes les tailles et de tous les secteurs d’activité. Les secteurs les plus touchés sont le transport aérien, l’hôtellerie et la restauration, mais aussi le tourisme, sans oublier la filière industrielle. « Des industries voient en effet leurs commandes annulées vu que les pays partenaires commerciaux de la Grande île ont décidé de fermer leurs frontières. Les industries légères, mais surtout textiles, sont les plus touchées par cette situation. Ce qui fait que plus de la moitié des entreprises dans le pays sont obligées de fermer leurs portes temporairement, voire de façon définitive. Au total, près de 10 600 emplois seront impactés, dont 60 % dans le domaine du textile », expose le DG de l’EDBM.

Toutefois, les résultats ne sont pas seulement négatifs. Des entreprises œuvrant dans le domaine de l’offshore, notamment les call-centers, ont enregistré une amélioration de leurs activités depuis le début de la crise, générant même de nouveaux emplois à pourvoir. D’autre part, une hausse au niveau de l’exportation de haricots verts a également été observée.   

Les résultats de cette enquête ont été présentés devant le Sénat, jeudi dernier. A cet effet, une stratégie est en cours de mise en œuvre pour faire face à l’après-crise.  

Rova Randria

Fil infos

  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • 10 août, une aubaine… 
    Le pays rendra hommage aux victimes de la tuerie de Mandrimena (Andoharanofotsy) demain. En effet, le 10 août 1991, des dizaines voire des centaines, certains avancent même des milliers de concitoyens, ont été abattus de sang-froid par des éléments de la Garde présidentielle, à l’époque de l’Amiral Didier Ratsiraka, sur le terrain vague de Mandrimena, entre Andoharanofotsy et Iavoloha.Les dirigeants de la lutte populaire issus du « Hery velona Rasalama » conduits par feus Zafy Albert et Andriamanjato Richard décidèrent sur la place du 13 Mai, ce 10 août 1991, d’aller avec des milliers de manifestants rejoindre le Palais d’Iavoloha pour entamer une concertation directe avec le maitre des lieux à savoir Didier Ratsiraka, Président de la République démocratique, et ce afin de dénouer la crise qui a trop duré dans le cadre d’un dialogue direct. Seulement, l’affaire a mal tourné. Les éléments d’élite de la GRP, survolant par hélico,…

A bout portant

AutoDiff