Publié dans Economie

Index de liberté économique - Madagascar fait un grand bond !

Publié le dimanche, 04 octobre 2020

La Grande île fait désormais partie du Top 10. « The Heritage Foundation », un think tank et lobby américain conservateur, basé à Washington, vient de dévoiler l’édition 2020 de l’« Index of economic freedom ». Cet index mesure notamment la liberté économique dans 180 pays dans le monde, dont 51 pays africains. Pour cette édition, plusieurs bouleversements ont été observés dans ce nouveau classement. Madagascar figure parmi les pays dont le rang a connu un changement considérable. En effet, la Grande île est passée de la 18ème à la 9ème place dans le classement africain. Ce bond dans le classement lui a même permis de changer de catégorie. Aujourd’hui, le pays se trouve désormais dans la catégorie « modérément libre ». Alors que l’année dernière, son économie s’est encore classée dans la catégorie « peu de liberté ». Les réformes mises en place par les autorités concernant l’organisation générale du pays ont ainsi porté leurs fruits.
A noter que l’élaboration de cet index de la liberté économique repose sur douze facteurs quantitatifs incluant l’Etat de droit avec le droit de propriété, l’intégrité du Gouvernement, l’efficacité judiciaire, la prépondérance du Gouvernement concernant les dépenses publiques, la pression et la santé fiscale, l’efficacité réglementaire centrée sur la liberté des affaires et de travail ainsi que la liberté monétaire, et enfin les marchés ouverts focalisés sur la liberté commerciale, la liberté d'investissement mais aussi la liberté financière.
A l’issue de l’évaluation de ces douze points clés, chaque pays obtient un score entre 0 à 100. Ce score permet ensuite de classer les pays en cinq catégories en fonction du niveau de liberté estimé de l’économie. Les pays ayant enregistré les scores les plus élevés (entre 80 et 100) sont considérés comme économiquement « libres ». Suivent de façon décroissante, les économies « globalement libres », puis celles « modérément libres ». Viennent ensuite les pays avec « peu de liberté » économique, et enfin les pays dits « répressifs » en la matière. Avec un score de 60,5, l’économie de Madagascar compte parmi les économies « modérément libre ».
Pour l’Afrique, l’île Maurice demeure le leader, suivie par le Rwanda qui progresse à la deuxième place du classement. Ils constituent d’ailleurs les deux seuls pays du continent à figurer dans la catégorie des économies « globalement libres » dans le monde. En tout cas, les autorités malagasy doivent continuer les efforts déjà entrepris afin d'améliorer le climat des affaires dans le pays et attirer ainsi davantage d’investisseurs.  
Rova Randria

Fil infos

  • Concrétisation des « Velirano » - Une volonté présidentielle intacte à toute épreuve !
  • Kere dans le Sud - Le Gouvernement opte pour des solutions radicales et maximales
  • Peste bubonique - Cinq décès à Morarano Gara
  • Exportation illicite - 15 kilos d'or interceptés par les autorités
  • Projet Tana-Masoandro - Le site idéal a toujours été Imerintsiatosika
  • Rapatriement de devises - 3250 sociétés en situation d'irrégularité
  • Lutte contre le Kere dans le Sud - Les partenaires techniques et financiers derrière le régime
  • Coopération Madagascar – Nations unies - Un plan cadre pour la période 2021 – 2023 en gestation
  • Sénatoriales - La liste IRMAR lance sa campagne
  • Projet Ambatovy - Production de 3000 tonnes de nickel au cours du premier trimestre 2021

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff