Publié dans Economie

Dépréciation de l’ariary - Une inflation en perspective

Publié le mercredi, 28 octobre 2020


L’euro à 4 640 ariary et le dollar à 3 951 ariary. La monnaie malagasy continue de chuter sur le Marché interbancaire de devises (MID). Des commerçants à Behoririka affichent déjà devant leur boutique une hausse de prix de leurs produits à compter du mois de novembre. D’après les explications reçues, la dépréciation de l’ariary en serait la cause principale. Les stocks durant le confinement étant déjà épuisés, les opérateurs commencent à attendre de nouveaux arrivages depuis la deuxième quinzaine de ce mois. Outre les marchandises en général, cette montée en flèche du prix touche également les produits pharmaceutiques. « Une plaquette de vitamine C que j’achetais à 1 500 ariary pendant le confinement coûte désormais 2000 ariary », témoigne Rasoa.
Même si cette augmentation s’avère inévitable, elle ne doit pas être exagérée vu que la majorité des transactions est réglée en dollar et non en euro. L’ariary s’est déprécié de 3,9 % par rapport au billet vert américain et de 11 % par rapport à l’euro.
Afin de remédier rapidement à cette situation, l’économiste Hugues Rajohnson suggère la réouverture des frontières aériennes. « C’est la solution immédiate pour relancer l’économie. Un touriste dépense en moyenne jusqu’à 600 dollars par jour. Ce montant concerne toutes ses dépenses que ce soit les billets d’avion, l’hébergement, les déplacements. Les avions paient également un droit d’accostage du sol, ce qui pourrait être une source de devises pour le pays. Il ne faut pas non plus oublier que des opérateurs malagasy se déplacent à l’extérieur pour assister à des foires ou des événements internationaux. Donc, au stade où nous nous trouvons actuellement, un prolongement de la fermeture des frontières aériennes ne devrait plus être envisagé. Le Gouvernement doit seulement renforcer les mesures sanitaires », avance-t-il. Notons que 56 % des touristes effectuent une escale dans la Capitale avant de rejoindre d’autres Régions. Quoi qu’il en soit, le rééquilibre de la balance commerciale figure parmi les recommandations, notamment la limitation des produits importés.
Solange Heriniaina

Fil infos

  • Covid-19 - Un reconfinement pas à l’ordre du jour
  • Exécutif - Aucun remaniement gouvernemental à l’horizon - Halte à la désinformation dans l’affaire des 73.5kg d’or !
  • Sénateur Rakotondrainibe Andrianantenaina - « Le MMM sera une force de proposition au Sénat »
  • Cour administrative d’appel - Mise en place demandée par la Cour suprême
  • Donald Trump - Mis en accusation pour la seconde fois et isolé par les médias !
  • Assemblée nationale - Deux nouveaux députés à l’Hémicycle de Tsimbazaza
  • Sécheresse dans le sud - Le stockage d’eau comme priorité
  • Trafic illicite de 73,5kg d’or - Mali confirme l’usage de faux par les trois ressortissants malagasy
  • Journée des officiers - Une célébration sobre et symbolique à Iavoloha
  • Trafic illicite de 73,5kg d’or - L’avion de la STA saisi !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Esprit solidaire !
    L’heure est grave ! L’intraitable « Kere » dans le Sud fait fuir des gens. La Covid-19 reprend le poil de la bête. La violence atteint le paroxysme. Les sociétés et entreprises ne sont pas encore sorties de l’auberge des suites des frappes aveugles de la pandémie du coronavirus durant l’année passée. Le moment crucial arrive où nous devons, tous sans exception, faire preuve d’esprit solidaire. Chacun doit se sentir concerné sans être forcément responsables du malheur d’autrui. La solidarité nationale s’avère être la solution la meilleure sinon l’idéal.Dans le Sud, l’intensité de la sécheresse atteint, cette fois-ci, un degré… inhumain. Quand les gens de la région concèdent à fuir ou à abandonner la terre de leurs Ancêtres, leurs animaux d’élevage et leurs activités cela explique une situation inédite voire intenable. Depuis l‘époque coloniale jusqu’à un passé récent, les autorités publiques ont tenté de convaincre les habitants du grand Sud,…

A bout portant

AutoDiff