Publié dans Economie

Dépréciation de l’ariary - Le ministre de l’Industrie rassure les consommateurs sur les prix des PPN

Publié le jeudi, 29 octobre 2020

En panique. Les consommateurs craignent l’inflation face à la dépréciation continue de l’ariary sur le Marché interbancaire des devises (MID). Le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (MICA) a alors organisé une conférence de presse, hier, à Anosy pour rassurer les consommateurs sur les prix des Produits de première nécessité (PPN). « Nous avons constaté une légère augmentation de 50 ariary du prix de riz mais cela ne signifie pas pour autant une inflation. Le pays se situe seulement entre deux périodes, c’est-à-dire entre la rupture de stock du riz local et l’arrivée des riz importés.

Il est vrai que nous importons 10% de la consommation totale de la population, mais aucune fluctuation des prix n’a été constatée dernièrement concernant les PPN sur le marché international. C’est le cas des huiles alimentaires. Il convient de souligner que les importateurs font déjà le nécessaire pour stabiliser le prix sur le marché intérieur. Le ministère organise souvent des réunions avec ces opérateurs. 24 000 tonnes de riz seront bientôt acheminés au port de Toamasina » explique Lantosoa Rakotomalala, ministre de tutelle. D’après les statistiques reçues, la Grande île importe annuellement entre 250 000 à 300 000 tonnes de riz dont 225 000 tonnes sont déjà consommées au cours des dix derniers mois.

Par rapport à une éventuelle augmentation des prix de marchandises à compter du mois de novembre, le numéro un du département dénonce la spéculation et l’abus de certains grossistes et détaillants. « Ces personnes profitent de la situation. On ne commandite et ne décrète pas l’inflation », souligne-t-elle.

Quoi qu’il en soit, le ministère poursuit toujours sa mission en matière de contrôle et vérification du prix des PPN sur le marché. La rétention de stock demeure interdite.

Solange Heriniaina 

Fil infos

  • Secteur halieutique - Des investisseurs « abandonnés » implorent le ministère
  • Nouvelle hausse des cas de Covid-19 - Appliquons les gestes qui sauvent !
  • Président de la République - Trois magistrats et un ancien ministre parmi les désignés sénateurs
  • Campagne de reboisement 2021- Coup d’envoi par le couple présidentiel à Taolagnaro
  • Trafic de 73,5 kg d’or - L’Opposition divague
  • Covid-19 - Un reconfinement pas à l’ordre du jour
  • Exécutif - Aucun remaniement gouvernemental à l’horizon - Halte à la désinformation dans l’affaire des 73.5kg d’or !
  • Sénateur Rakotondrainibe Andrianantenaina - « Le MMM sera une force de proposition au Sénat »
  • Cour administrative d’appel - Mise en place demandée par la Cour suprême
  • Donald Trump - Mis en accusation pour la seconde fois et isolé par les médias !
Pub droite 1

Editorial

  • Pour qui sonne… !
    Pour qui sonne le glas ! Le jour fatidique arrive. La session extraordinaire (la première d’ailleurs) du Sénat se tient en ce deuxième mardi comme le veut la Constitution. En effet, dans l’Art 78, par analogie aux dispositions légales qui régissent l’Assemblée nationale, le Sénat se réunit le deuxième mardi qui suit la proclamation des résultats. Une session spéciale qui, pour le cas présent, met fin définitivement à l’existence du Sénat (ancienne formule) et met sur les rails définitivement le Sénat (la nouvelle formule). Le Sénat est mort, vive le Sénat ! Et pour qui sonne… la sonnerie de la mort ? Le dernier bastion du régime HVM s’écroule et le dernier bataillon radicalisé défendant les causes de l’ancien régime bleu et surtout du Président déchu Rajaonarimampianina évacué. En 2015, au point culminant de la puissance sans partage du parti au pouvoir HVM, le régime Rajaonarimampianina saccagea la Chambre haute.…

A bout portant

AutoDiff