Publié dans Economie

Gouverneur de la « Banky Foiben’i Madagasikara » - « L'inflation maîtrisée »

Publié le mercredi, 04 novembre 2020

« On ne va pas dépasser le taux d'inflation de 6 % jusqu'à la fin de l'année ». Tels sont les mots du gouverneur de la « Banky Foiben'i Madagasikara » (BFM), Henri Rabarijohn, hier, lors d'une conférence de presse à Antaninarenina. Il faut dire que la perception de la dépréciation continue de l'ariary a changé le comportement des commerçants durant les derniers mois. Certains affichent même une augmentation de prix de leurs produits. Mais le gouverneur a mis les points sur le « i » durant son discours. « A la fin du mois de septembre 2020, la variation de l'indice de prix à la consommation, en glissement annuel, a été de 4,3 % contre 5,3 % à la même date de 2019. Le prix des carburants est resté stable, ce qui implique que le coût de transport des opérateurs demeure inchangé.

Nous n'avons pas non plus subi une pénurie de devises qui pourrait faire chuter l'ariary. Au contraire, les réserves de change de la BFM ont crû, ce qui permet d’assurer six mois d’importation contre 4,2 mois à la fin de 2019. Une hausse éventuelle des prix sur le marché est une initiative pure et simple des spéculateurs. L'inflation est maîtrisée à Madagascar », déclare-t-il.

Concernant la dépréciation continue de l'ariary, la situation est inévitable et frappe tous les pays du monde utilisant le dollar. « Le cas de Madagascar est loin d'être isolé. Depuis le début de l’année, le dollar s’est déprécié de 5 % par rapport à l’euro. La valeur du billet vert américain a donc chuté en ce sens par rapport aux autres monnaies. Pour le cas de notre pays, cette dévaluation est de l’ordre de 8 % jusqu’en octobre. Elle s’élève à 9 % pour Maurice, 16 % pour l’Afrique du Sud et de 45 % pour la Zambie. Sur ce, l’ariary se trouve encore dans la moyenne. Il n’y a donc aucune raison d’augmenter le prix étant donné que 64 % des échanges sont réglés en dollar et non en euro », poursuit le gouverneur. 

A noter que sur le marché interbancaire de devises, une revalorisation de l’ariary a été constatée depuis la fin du mois d’octobre. L’euro s’achète désormais à 4 558 ariary s’il valait 4 650 ariary il y a une semaine, tandis que le dollar s’échange à 3 900 ariary s’il coûtait 3 950 ariary durant la même période.

Solange Heriniaina 

Fil infos

  • Covid-19 - Un reconfinement pas à l’ordre du jour
  • Exécutif - Aucun remaniement gouvernemental à l’horizon - Halte à la désinformation dans l’affaire des 73.5kg d’or !
  • Sénateur Rakotondrainibe Andrianantenaina - « Le MMM sera une force de proposition au Sénat »
  • Cour administrative d’appel - Mise en place demandée par la Cour suprême
  • Donald Trump - Mis en accusation pour la seconde fois et isolé par les médias !
  • Assemblée nationale - Deux nouveaux députés à l’Hémicycle de Tsimbazaza
  • Sécheresse dans le sud - Le stockage d’eau comme priorité
  • Trafic illicite de 73,5kg d’or - Mali confirme l’usage de faux par les trois ressortissants malagasy
  • Journée des officiers - Une célébration sobre et symbolique à Iavoloha
  • Trafic illicite de 73,5kg d’or - L’avion de la STA saisi !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Esprit solidaire !
    L’heure est grave ! L’intraitable « Kere » dans le Sud fait fuir des gens. La Covid-19 reprend le poil de la bête. La violence atteint le paroxysme. Les sociétés et entreprises ne sont pas encore sorties de l’auberge des suites des frappes aveugles de la pandémie du coronavirus durant l’année passée. Le moment crucial arrive où nous devons, tous sans exception, faire preuve d’esprit solidaire. Chacun doit se sentir concerné sans être forcément responsables du malheur d’autrui. La solidarité nationale s’avère être la solution la meilleure sinon l’idéal.Dans le Sud, l’intensité de la sécheresse atteint, cette fois-ci, un degré… inhumain. Quand les gens de la région concèdent à fuir ou à abandonner la terre de leurs Ancêtres, leurs animaux d’élevage et leurs activités cela explique une situation inédite voire intenable. Depuis l‘époque coloniale jusqu’à un passé récent, les autorités publiques ont tenté de convaincre les habitants du grand Sud,…

A bout portant

AutoDiff