Publié dans Economie

Impôt sur les revenus salariaux et assimilés - Les bas salaires favorisés

Publié le mercredi, 18 novembre 2020

Progressif. Le Gouvernement ajuste actuellement le barème de l’Impôt sur les revenus salariaux et assimilés (IRSA) en fonction de l’argent perçu. Il s’agit d’une nouvelle disposition prise dans le projet de loi de Finances initiale (LFI) 2021. Si auparavant, les employés touchant plus de 350 000 ariary doivent verser 20 % de leur revenu au fisc, le ministère de l’Economie et des Finances - à travers la Direction générale des Impôts - a procédé à une modification de la modalité du calcul. Par conséquent, les bas salaires sont désormais favorisés.

Ainsi, ceux qui percoivent moins de 350 000 ariary restent exonérés de l’IRSA. Par ailleurs, ceux dont la tranche de revenu est comprise entre 350 001 et 400 000 ariary versent 5 % de leur salaire, 10 % pour ceux qui percoivent entre 400 001 et 500 000 ariary et  15 % pour ceux qui touchent entre 500 001 à 600 000 ariary. Le montant à payer reste le même pour la tranche supérieure à 600 000 ariary.

D’après les explications, cette nouvelle modalité de calcul a été prise afin d’augmenter le pouvoir d’achat des salariés suite à la crise sanitaire. Cela permet en même temps de soutenir les entreprises car les ménages disposent désormais de plus d’argent alloué à la consommation. « L’achat d’un bien apporte une valeur ajoutée à une entreprise. C’est la raison pour laquelle on encourage actuellement la consommation des produits locaux afin de faire vivre les entreprises nationales et les employés qui y travaillent », ajoute Georges, un entrepreneur. Malgré cet allègement, la nouvelle mesure entraîne tout de même une perte fiscale à hauteur de 29 milliards d’ariary dans la caisse de l’Etat.  

Il faut noter qu’à Madagascar, le niveau de revenu déjà faible des ménages a encore diminué en raison des chômages techniques et de la baisse du volume des exportations. Comme en témoigne le produit intérieur brut (PIB) par habitant, le revenu annuel moyen des habitants est passé de 537 dollars en 2019, à 503 dollars en 2020. Cet indicateur sera projeté à 530 dollars pour l’année à venir. Selon la Banque mondiale, le taux de pauvreté en Afrique aurait augmenté de 2 % en 2020. Et en milieu urbain, 10 % de la population seraient classés parmi les nouveaux pauvres.

Solange Heriniaina

Fil infos

  • Exportation illicite - 15 kilos d'or interceptés par les autorités
  • Projet Tana-Masoandro - Le site idéal a toujours été Imerintsiatosika
  • Rapatriement de devises - 3250 sociétés en situation d'irrégularité
  • Lutte contre le Kere dans le Sud - Les partenaires techniques et financiers derrière le régime
  • Coopération Madagascar – Nations unies - Un plan cadre pour la période 2021 – 2023 en gestation
  • Sénatoriales - La liste IRMAR lance sa campagne
  • Projet Ambatovy - Production de 3000 tonnes de nickel au cours du premier trimestre 2021
  • Détournement au ministère de la Population - Des hauts fonctionnaires et des complices placés sous mandat de dépôt
  • Betainomby Toamasina - La plus grande minoterie de l'Océan Indien ouvre ses portes
  • La République Coopérative de Guyana retire sa reconnaissance de la pseudo “rasd”

Editorial

  • Miami démarre !
    Le « Velirano » est en marche. Le Chef de l’Etat ne chôme pas. Accompagné de son épouse Mialy, fidèlement à ses côtés, Rajoelina Andry arpente monts et vallées et veille à la concrétisation de ses engagements. En homme de parole, le Président ne baisse pas les bras. Certains curieux se posent même la question « notre Président dispose-t-il un instant pour un petit somme réparateur dans la journée ? »

A bout portant

AutoDiff