Publié dans Economie

Risque de surendettement - Madagascar passe d’un niveau faible à modéré

Publié le lundi, 11 janvier 2021

Une progression de 1 558 millions de dollars dont 673 millions venant des financements extérieurs contractés durant le coronavirus. La dette publique passe de 4 914,07 millions de dollars en 2019, soit 34,79 % du Produit intérieur brut (PIB) à 6 477,26 millions dollars, soit 45,34 % du PIB en 2020. Le rapport sur la viabilité de la dette publiée par le Trésor public indique que le risque de surendettement de la Grande île entre désormais dans la catégorie « modéré » car la dette dépasse désormais 40 % du PIB. Alors que notre pays était classé dans le risque de surendettement faible auparavant. Il faut savoir que notre dette représentait entre 30 à 40 % du PIB il y a deux ans. « Ce passage à un niveau de risque de surendettement extérieur et public "modéré" résulte de plusieurs facteurs, notamment de la baisse du PIB et des exportations suite aux impacts de la crise sanitaire sur l’économie nationale et  mondiale, ainsi que de la diminution des recettes durant la pandémie de Covid-19, obligeant l’Etat à faire recours à l’endettement non-concessionnel pour faire face à cette crise sanitaire et assurer le redressement économique post-crise », explique le rapport.
Moratoire du G20
La suspension du paiement du service de la dette au titre de l’Initiative G20 n’a pas eu de répercussion dans la gestion des finances publiques, vu que les charges de la dette restent inchangées. En effet, ladite initiative n’est pas une annulation ou un effacement de la dette comme c’est le cas de l’Initiative pour les Pays Pauvres Très Endettés (IPPTE) ou l’Initiative d’Allègement de la Dette Multilatérale (IADM), mais un moratoire donné par les pays du G20 qui consiste en un report des dates d’échéance du paiement du service de la dette. Ainsi, le calendrier de remboursement des services de la dette a été gardé tel qu’il a été prescrit dans l’accord de financement.
Recommandation
Afin de s’assurer que Madagascar ne passe à un risque de surendettement « élevé », c’est-à-dire dépassant 50 % du PIB, le Trésor public a apporté des recommandations dans le document. « Il faudra poursuivre la mise en œuvre des réformes structurelles visant à soutenir la croissance économique, à élargir la base des exportations, à améliorer le climat des affaires afin qu’il y ait une augmentation des recettes de l’Etat, à mieux évaluer et gérer les risques budgétaires liés aux passifs contingents, notamment ceux découlant de la situation financière de la JIRAMA et de la compagnie Air Madagascar », note le document.
Recueillis par Solange Heriniaina

Fil infos

  • Covid-19 - Un reconfinement pas à l’ordre du jour
  • Exécutif - Aucun remaniement gouvernemental à l’horizon - Halte à la désinformation dans l’affaire des 73.5kg d’or !
  • Sénateur Rakotondrainibe Andrianantenaina - « Le MMM sera une force de proposition au Sénat »
  • Cour administrative d’appel - Mise en place demandée par la Cour suprême
  • Donald Trump - Mis en accusation pour la seconde fois et isolé par les médias !
  • Assemblée nationale - Deux nouveaux députés à l’Hémicycle de Tsimbazaza
  • Sécheresse dans le sud - Le stockage d’eau comme priorité
  • Trafic illicite de 73,5kg d’or - Mali confirme l’usage de faux par les trois ressortissants malagasy
  • Journée des officiers - Une célébration sobre et symbolique à Iavoloha
  • Trafic illicite de 73,5kg d’or - L’avion de la STA saisi !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Esprit solidaire !
    L’heure est grave ! L’intraitable « Kere » dans le Sud fait fuir des gens. La Covid-19 reprend le poil de la bête. La violence atteint le paroxysme. Les sociétés et entreprises ne sont pas encore sorties de l’auberge des suites des frappes aveugles de la pandémie du coronavirus durant l’année passée. Le moment crucial arrive où nous devons, tous sans exception, faire preuve d’esprit solidaire. Chacun doit se sentir concerné sans être forcément responsables du malheur d’autrui. La solidarité nationale s’avère être la solution la meilleure sinon l’idéal.Dans le Sud, l’intensité de la sécheresse atteint, cette fois-ci, un degré… inhumain. Quand les gens de la région concèdent à fuir ou à abandonner la terre de leurs Ancêtres, leurs animaux d’élevage et leurs activités cela explique une situation inédite voire intenable. Depuis l‘époque coloniale jusqu’à un passé récent, les autorités publiques ont tenté de convaincre les habitants du grand Sud,…

A bout portant

AutoDiff