Publié dans Economie

Nouvelle tarification de l’électricité - Les clients sur le qui-vive !

Publié le mercredi, 20 janvier 2021


La JIRAMA attendue au tournant. Les abonnés de la compagnie d’eau et d’électricité commencent actuellement à recevoir leur facture pour le mois de janvier. Cette facture a une petite particularité : la nouvelle tarification « Optima ». Annoncé au mois de décembre 2020, le basculement vers la nouvelle grille tarifaire sera effectif à partir de ce mois de janvier. En tout cas, la Jiro sy Rano Malagasy annonce d’ores et déjà une baisse des factures pour 80 % de ses clients, soit pour près de 448 800 abonnés de la compagnie. « Nous avons épluché toutes les factures de nos clients pour ce mois-ci. Nous avons comparé ces factures avec celles du mois de décembre. Après comparaison, nous avons constaté une baisse allant de 81 à 90 % pour le tarif "Social" en fonction de la zone où le client se localise. Pour le tarif "Economique", la baisse tourne autour de 57 à 86 % », explique Rivo Radanielina, directeur général adjoint en charge du Marketing, de la Vente et de la Digitalisation au niveau de la JIRAMA, hier, au siège de l’entreprise, en marge de la présentation de la nouvelle tarification et de ses points forts. L’exemple de baisse cité par les responsables est la facture d’une habitante de la Capitale. Au mois de décembre, la facture de cette dernière s’élevait à 87 217 ariary. Et avec la nouvelle tarification « Optima », elle est passée à 75 616 ariary, soit une baisse de 11 601 ariary.
Avec cette annonce, les clients de la JIRAMA sont ainsi sur le qui-vive pour vérifier si « Optima » tient réellement ses promesses. « Les suggestions que nous avons faites à nos clients au mois de décembre dans le courrier que nous leur avons envoyé prennent surtout en compte les avantages de nos clients. Si nous suggérons un tarif à un client, nous estimons que ceci est le plus adapté à sa consommation. Toutefois, il est libre de choisir le tarif qui lui convient », rassure Thierry Ramangasoavina, directeur commercial de la JIRAMA. Effectivement, cette nouvelle grille tarifaire a été mise en place pour soutenir le développement équitable des Régions avec un tarif d’électricité égal dans toutes les Régions du pays et favoriser l’accès à l’électricité, surtout pour les classes les plus défavorisées. « Toutefois, cette baisse s’applique aux clients dont la consommation du mois de janvier est égale à celle du mois de décembre. Dans le cas contraire, aucune baisse ne peut être enregistrée », stipule le responsable.
Il faut retenir que dans cette nouvelle grille tarifaire, le concept reste toujours le même, mais seuls les noms ont changé. Le prix est donc toujours fixé par kWh, soit 130 ariary par kWh pour le tarif « social ». Chaque tarif dispose d’un seuil de consommation. Et au-delà de ce seuil, le client devra payer plus. Pour le tarif « social », ce seuil est fixé à 50 kWh dont le prix d’un kWh est de 130 ariary. Au-delà de 50 kWh, le client devra ainsi acheter le kWh à 764 ariary, ce qui engendre la hausse de la facture à payer.
Concernant les 20 % restants, selon les explications des responsables, « la hausse exorbitante de la facture d’un client peut être due à une hausse de sa consommation ou encore à un tarif inadapté à sa consommation. Selon nos analyses, près de 91 % des clients voient notamment leur facture augmenter à cause de la hausse de leur consommation ». Dans tous les cas, les plaintes fusent déjà sur les réseaux sociaux. Les clients attendent avec impatience leur facture.
Rova Randria

Hausse des factures de la JIRAMA : une révision immédiate exigée par le Gouvernement

48 heures. C’est le délai que le Gouvernement a accordé à la JIRAMA hier, lors du dernier Conseil des ministres, pour revoir toutes les factures enregistrant une hausse exorbitante. « Après la crise sanitaire, il est aujourd’hui important de soutenir le pouvoir d’achat des ménages malagasy, surtout avec l’inflation actuelle. Les ménages rencontrent actuellement des difficultés financières. Le prix de l’électricité et celui de l’eau appliqués par la JIRAMA doivent ainsi prendre en compte tous ces paramètres. Aucune hausse de tarif ne devrait donc être mise en place afin de préserver chaque ménage et chaque famille », ont stipulé les autorités. Cette révision devra se faire dans les plus brefs délais. La JIRAMA sera assistée et conseillée par le ministère de l’Energie et des Hydrocarbures, sachant que le prix de l’eau et de celui de l’électricité impactent directement le quotidien des citoyens malagasy. « De plus, la JIRAMA reçoit des subventions venant de l’Etat. Par conséquent, cette hausse de la facturation n’est pas du tout acceptée. Une stratégie a déjà été mise en place pour gérer la baisse des tarifs de l’eau et de l’électricité. Et ces mesures doivent être maintenues », rajoutent-elles. Cette révision des tarifs est primordiale en ce moment. La préservation de la population est une priorité du Gouvernement actuel, d’où la prise de cette mesure.

R.R.

Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff