Publié dans Economie

Finances publiques - Pour un meilleur accès des citoyens aux informations budgétaires

Publié le mercredi, 28 juillet 2021


Défi de taille, la transparence budgétaire est encore à parfaire pour la Grande île. Raison pour laquelle, afin d’améliorer davantage la performance du pays, le ministère de l’Economie et des Finances en partenariat avec l’UNICEF a organisé, hier et avant-hier, un atelier sur le thème « Principes et bonnes pratiques de la transparence budgétaire selon les normes « International Budget Partnership ». Cet atelier a abordé des points relatifs aux bonnes pratiques des pays ayant obtenu le meilleur score Open Budget Survey 2019 et identifiera des opportunités pour Madagascar. La participation d’un plus grand nombre d’acteurs notamment les Organisations de la Société civile, les Partenaires techniques et Financiers à cet atelier est une option permettant de prendre en considération leurs avis tout en améliorant leurs connaissances et pratiques concernant la transparence budgétaire. Un plan détaillé pour avancer sur la transparence budgétaire devrait alors résulter de ces deux jours d’atelier avec toutes les parties prenantes. Cette action de renforcement du concept de la transparence rentre dans le cadre des missions de la Direction générale des finances et des affaires générales (DGFAG) qui a introduit, depuis 2019, une série de réformes visant à lutter contre l’opacité dans la gestion des finances publiques et à impliquer davantage des citoyens malagasy dans le processus budgétaire.
Evaluation
Pour ce faire, la DGFAG a, depuis trois ans, tenu des conférences budgétaires régionales, organisé des séances d’information et de formation sur les thématiques liées au budget tout en renflouant des annexes de la Loi de Finances qui intègrent désormais les « évaluations des impacts budgétaires ». Depuis, les documents cadres tels que les Cadres de Dépenses à moyen terme (CDMT), les Cadres Budgétaires à moyen terme (CBMT), les Cadres Macro-Budgétaires à moyen terme (CMBMT) sont beaucoup plus accessibles au grand public. « Ces actions ont permis d’améliorer la note de Madagascar dans le cadre de l’Enquête de Budget ouvert ou (Open Budget Survey). L’évaluation OBS 2017 faisait état d’un score de transparence de 34/100 pour Madagascar, tandis que l’évaluation 2019 a permis d’obtenir une note de 40/100. Toutefois, des efforts sont nécessaires pour atteindre le score de 61/100 qui représente le score moyen mondial de la transparence budgétaire. », expliquent les responsables au sein de la DGFAG. Par ailleurs, la DGFAG a aussi intégré d’autres réformes dans ce renforcement de la transparence budgétaire comme l’amélioration de la qualité des documents en termes de lisibilité et d’exhaustivité des informations, la mise en ligne des documents budgétaires sur le site web du MEF ou la mise en ligne du reporting des dépenses Covid dans des formats exploitables et intégrant les données de paiements.

Hary Rakoto

Fil infos

  • Meurtre d’un opérateur économique français - Le principal suspect extradé de Madagascar
  • AG des Nations unies - Renforcement des capacités pharmaceutiques de l’Afrique souhaité
  • 332 millions $ d’aide non remboursable du FMI - La plaidoirie de Rajoelina fait mouche
  • Membres du Gouvernement - La descente sur le terrain continue
  • Lu sur le Net - Madagascar, pays sans Covid et sans dictature vaccinale
  • Andry Rajoelina sur les îles Eparses - Appel à une veille « bienveillante et cohérente » des Nations unies
  • Acte de banditisme à Tsiazotafo - La propriétaire d’un magasin délestée d’1 million Ar
  • Assemblée générale des Nations unies - Le President Rajoelina rencontre le SG Antònio Guterres
  • Midongy- Atsimo - Quarante-cinq morts dans un affrontement
  • Assemblée générale des Nations Unies - Une première pour le Président élu Andry Rajoelina

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Projets délirants ?
    Fous ! Chimériques ! Utopiques ! Tels sont les termes signifiant comment les sceptiques voient les projets présidentiels. Des projets pharaoniques, impossibles disent les uns. Fruits de la rêverie d’un jeune visionnaire ironisent les autres. En effet, étant vu les capacités matérielles limitées de la Grande île, compte tenu des ravages de la pandémie et considérant les besoins nécessaires pour la relance économique, les concrétisations de grands projets dans un contexte pareil relèvent de la délire, un pari inaccessible ! Contre toute appréhension et en dépit des doutes, lesdits projets prennent forme l’un après l’autre. Du moins en phase d’être pour certains cas.Projet « Tanamasoandro » à Antananarivo et environs. Quand le roi Andrianjaka (1610-1630) investit la colline d’Analamanga en 1610 et fonda la « Cité des Mille » (guerriers) en chassant les Vazimba, la plaine d’en-bas (Plaine d’Antananarivo) n’était qu’un espace désert. Il a fallu le transformer en zone…

A bout portant

AutoDiff