Publié dans Economie

Marché mauricien - Opportunité d’exportation des légumes malagasy

Publié le mardi, 10 mai 2022


Potentiel à exploiter. C’est de cette manière que les deux parties, dont l’ambassadeur de l’île Maurice et le ministre du Commerce malagasy, ont décrit les possibilités d’ouverture du marché qui pourraient se concrétiser entre les deux îles sœurs, à l’occasion d’une visite de courtoisie effectuée par l’ambassadeur, hier à Anosy dans les locaux du ministère de l’Industrie, du Commerce et de la Consommation. Les deux dignitaires ont ainsi discuté des opportunités d’échanges commerciaux fiables entre les deux pays où il y aurait du bénéfice pour les Malagasy comme pour les Mauriciens. A titre d’exemple, l’ambassadeur a mentionné le cas des carottes. Ces tubercules sont terriblement chers à Maurice soit l’équivalent de 12 000Ar le kilo alors que l’île n’est qu’à 1h45mn de vol, et qu’à Antsirabe, on peut se procurer des carottes bio d’excellentes qualités pour 1 200Ar le kilo. L’ambassadeur a rappelé les efforts de son prédécesseur pour l’importation de pommes de terre et d’oignons malagasy, mais qu’au bout de la troisième cargaison, la qualité des produits a fait défaut. « Maurice se ravitaille en Afrique du Sud pour les légumes et en Nouvelle Zélande pour la viande, alors que Madagascar est tout à fait en mesure d’être le grenier de l’océan Indien, car la Grande île a beaucoup de terres cultivables », ajoute-t-elle. L’île Maurice est également un grand importateur de grains. Comme solution, le ministre du Commerce de suggérer un partenariat à travers deux sociétés d’Etat des deux pays en l’occurrence la SPM de Madagascar et la MAB de l’île Maurice. « Nous formerons nos agriculteurs et nos coopératives, nous aiderons les planteurs à la base, nous travaillerons sur les emballages. La qualité sera contrôlée. La coordination entre ces deux sociétés apportera un
bénéfice pour les deux pays », suggère Edgard Razafindravahy. En effet, pour deux sociétés contrôlées par l’appareil d’Etat, les procédures administratives seront plus simples tant pour l’exportation que pour l’importation. Pour rappel, Madagascar n’occupe actuellement que la 27ème place en termes d’exportation vers l’île Maurice, malgré les opportunités. La Grande île exporte des fruits de mer, notamment des poissons et des crustacés, du coton, des céréales, des produits laitiers ainsi que des huiles essentielles. Durant la dernière décennie, les échanges commerciaux entre Madagascar et l’île Maurice s’élevaient à 100 millions USD avec une exportation de 75 millions USD vers Madagascar et une importation de 25 millions USD. Par ailleurs, à l’époque, l’investissement mauricien à Madagascar a atteint un montant record en dépassant un milliard de roupies. L’île sœur offre aussi des opportunités à Madagascar, dans la mesure où les deux pays sont membres de la commission de l’océan Indien. Les échanges commerciaux entre les deux pays sont facilités par une franchise des taxes et droits de douane. Le pays dispose également de produits qui figurent dans la liste des demandes en importation de l’île Maurice, notamment les fruits, les épices, le café, les aromates, les légumes, les grains secs, les oignons, les fruits de mer, les pierres précieuses ou encore les bijoux de fantaisie.
Hary Rakoto

Fil infos

  • Agression meurtrière - Le tueur cache le corps sous des cosses de riz
  • Liaison aérienne Afrique du Sud - Madagascar - Airlink s'impatiente
  • Grève au MAE - Les syndicats désavouent les propos du ministre
  • Hausse des prix du carburant - âpres négociations Etat–Compagnies pétrolières
  • Association de malfaiteurs - Ninie Donia et ses co-accusés condamnés
  • Les actus en bref
  • Disparition de 36 kg d’or et 64.000 litres de gasoil - Des "magiciens" à Madagascar !
  • Lutte antiacridienne - Un pesticide controversé utilisé à Madagascar
  • Face-à-face entre les députés et le Gouvernement - La JIRAMA sous le feu des critiques !
  • Ministère des Affaires étrangères - Les grévistes veulent changer d’interlocuteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Psychose prématurée !
    Panique avant terme ! Depuis un certain temps, l’ombre d’une éventuelle augmentation des prix à la pompe pèse lourdement. Avant que les autorités compétentes, de concert avec les patrons des Compagnies pétrolières, n’annoncent les nouveaux prix la panique des flambées de prix des carburants envahissent déjà les esprits. Les stations-service sont prises d’assaut. Un réflexe très dangereux dans la mesure où il risque d’épuiser avant terme les réserves et d’un. Il portera atteinte aussi et surtout au calcul de projection à la gestion des stocks. Il faussera certainement l’enjeu. Le directeur général de l’Office malgache des hydrocarbures (OMH) a dû prendre la mesure sévère à savoir interdire le stock de carburant. La hantise de l’inflation empoisonne avant coup ! Jusqu’à hier, jeudi 30 juin, les dirigeants au sommet de l’Etat et les décideurs des compagnies pétrolières n’étaient pas encore parvenus à s’entendre sur les nouveaux prix. Evidemment, il s’agit d’un…

A bout portant

AutoDiff