Publié dans Economie

Carburant - Approvisionnement continu selon l’OMH

Publié le mardi, 02 août 2022


Rassurant. C’est de cette façon que pourraient se traduire les explications des responsables de l’Office malagasy des hydrocarbures (OMH), selon les informations reçues ainsi que les interviews relayées par la voie des médias audiovisuels de la Capitale ces deux derniers jours. Des explications qui tentent d’apaiser les risques de psychoses montantes qui incitent les usagers à se précipiter à la pompe ces derniers temps. Provocant ainsi des pénuries partielles dans certaines stations- service de la ville d’Antananarivo. Un grand nombre d’automobilistes était pris de panique suite à la circulation de certaines informations par rapport à la possibilité de défaut d’approvisionnement des stations-service du pays. Avant-hier, de longues files d’attente ont été constatées aux stations d’Antananarivo. Pourtant, l’approvisionnement de l’essence a échappé au phénomène contrairement au gasoil. Ainsi, plusieurs stations-service de la Capitale et ses environs ont été prises d’assaut par les automobilistes, hier. Un vent de panique qui a soufflé le temps d’une journée. En milieu d’après-midi, quelques stations-service du côté d’Antsimondrano se sont mises à rationner la quantité à verser dans chaque voiture pour pallier le rush. Avec les réseaux sociaux, les affirmations fusent de partout jusqu’à pointer du doigt les blocages au niveau des frontières.
Psychoses
D’autres, comme à Talatamaty ou Ampasampito, ont été submergées par les clients qui, une fois n’est pas coutume, voulaient tous faire le plein, en fin d’après-midi jusqu’en soirée. La panique semble avoir définitivement gagné les automobilistes qui sont sur le pied de guerre pour trouver une station ouverte. Sur les réseaux sociaux, des photos ont circulé, affichant des camionnettes et fourgons avec des fûts plastiques de 200 litres, pour s’approvisionner en carburant au niveau des stations-service. Leur comportement actuel est ce que les économistes qualifient de prophétie auto-réalisatrice qui, dans ce cas, conduit à une pénurie de carburant qui ne devrait pas avoir lieu. L’OMH précise ainsi que les stocks actuels sont encore largement suffisants, tandis que de nouvelles importations de carburant sont déjà attendues d’ici peu et que l’approvisionnement des différentes localités du pays en carburant se déroule régulièrement et sans incident. Selon toujours les responsables au sein de l’office des hydrocarbures, les importations des compagnies pétrolières sont approuvées tous les 30 à 35 jours, et qu’aucun problème ni retard n’est intervenu jusqu’ici. L’approvisionnement sur le marché intérieur se poursuit normalement, et il ne devrait y avoir aucun dérangement susceptible de perturber les points de vente.


Fil infos

  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • 10 août, une aubaine… 
    Le pays rendra hommage aux victimes de la tuerie de Mandrimena (Andoharanofotsy) demain. En effet, le 10 août 1991, des dizaines voire des centaines, certains avancent même des milliers de concitoyens, ont été abattus de sang-froid par des éléments de la Garde présidentielle, à l’époque de l’Amiral Didier Ratsiraka, sur le terrain vague de Mandrimena, entre Andoharanofotsy et Iavoloha.Les dirigeants de la lutte populaire issus du « Hery velona Rasalama » conduits par feus Zafy Albert et Andriamanjato Richard décidèrent sur la place du 13 Mai, ce 10 août 1991, d’aller avec des milliers de manifestants rejoindre le Palais d’Iavoloha pour entamer une concertation directe avec le maitre des lieux à savoir Didier Ratsiraka, Président de la République démocratique, et ce afin de dénouer la crise qui a trop duré dans le cadre d’un dialogue direct. Seulement, l’affaire a mal tourné. Les éléments d’élite de la GRP, survolant par hélico,…

A bout portant

AutoDiff